Des vœux et des prédictions

Tout d’abord, mes vœux pour 2018. Je souhaite au monde entier une prise en main sans équivoque de solutions concrètes permettant d’amoindrir les bouleversements climatiques. C’est mon vœu, car on a bien le droit de rêver. Ce n’est pas une prédiction, car je crois son avènement impossible.

Bon. Qu’est-il advenu de mes prédictions de 2017 ? Ce sera mon bilan de fin d’année.

J’avais prédit que le club de hockey Les Canadiens ferait des séries courtes et c’est exactement ce qui s’est produit avec son élimination dès le premier tour des séries éliminatoires. Bravo, Mathis, tu reçois 100 % pour celle-ci. Le hockey au Québec, c’est pire qu’une religion. Qu’on le veuille ou non, il façonne le Québec comme aucun autre sujet d’intérêt. Pour ma part, je m’en contrefiche, mais ignorer notre club de hockey, c’est pire que contracter la lèpre. Alors, faire une prédiction sur ce sujet très sensible m’immunise contre le bannissement social et probablement même contre l’exil. Heureusement, la peine de mort a été abolie. Quand je vous dis qu’au Québec on ne niaise pas avec le hockey, c’est un euphémisme. Vous retrouverez donc ma prédiction pour 2018 un peu plus loin dans le texte.

J’avais aussi prédit la confirmation de l’existence de vie extraterrestre et à ce chapitre, j’ai presque eu raison lorsque le Pentagone a rendu publique en fin d’année la vidéo d’un ovni poursuivi par un avion de chasse. De plus, le pilote de cet avion a ensuite été interviewé, confirmant que cette vidéo était authentique. L’objet ne possédait ni ailes ni moteur apparent et pourtant, il se maintenait parfaitement dans les airs et a ensuite disparu à une vitesse bien au-delà de celles atteintes par des aéronefs de conception humaine.

On a également eu droit à la visite d’un objet allongé très étrange nommé `Oumuamua qui a frôlé la Terre et qui provenait de l’extérieur de notre système solaire. Ne ressemblant en rien à un astéroïde, une nature potentiellement artificielle a été évoquée par de nombreux scientifiques.

À cause de ces deux événements jamais survenus auparavant, je me donne la note de 50 % pour cette prédiction presque réalisée.

J’avais prédit que Trump se ferait démettre de ses fonctions, démissionnerait ou serait mis hors d’état de nuire s’il parvenait à se faire élire. Sur ce thème, j’obtiens 0 %, mais je reprends cette prédiction pour cette année. Oui, c’est ainsi que procèdent les grands prophètes. À force de toujours reprendre les mêmes prédictions d’année en année, elles finissent bien souvent par se réaliser. Ce n’est qu’une question de patience. De toute façon, les grands prophètes ont tous le même don, celui de faire oublier leurs prédictions non réalisées, mais de faire tout un chahut avec celles qui ont fini par s’avérer. Désirant moi aussi devenir un grand prophète, je leur pique leurs meilleurs trucs.

Et nous voilà en 2018. Je vais immédiatement me débarrasser de ma prédiction concernant le club de hockey Les Canadiens. Cette année, le club ne se rendra même pas en séries éliminatoires. Bon, c’est fini, on n’en reparle plus. Et surtout, ne me crucifiez pas comme le fut un autre grand prophète né en l’an 1 qui avait prédit qu’un messie viendrait nous sauver. Il jouait avec des dés pipés puisque c’était lui, apparemment, le fameux messie en question. Il y a des maudites limites à me considérer comme un vrai prophète ! Je n’y peux rien si l’équipe est pourrie, gangrenée, composée de tire-au-flanc et d’une équipe de repêchage incapable de faire la différence entre un joueur de hockey et une truite. Prédire une coupe Stanley à cette équipe, c’est comme prédire que le Soleil se lèvera à l’ouest pour se coucher à l’est. En tant que prophète, je ne peux pas dépasser ce niveau d’absurdité juste pour mousser ma popularité.

Oui, je sais, ma position est ambiguë. Est-ce que je veux ou pas devenir un vrai prophète ? Je dirais que je veux même devenir un très grand prophète, mais avec une tête toujours vissée sur ses épaules. Vous voyez le genre ? Faire beaucoup de fric de mon vivant et vivre suffisamment vieux pour tout le dépenser avec des filles sexy. Quoi ? C’est le vœu de tous les prophètes. Vous les preniez pour qui ? Des angelots ? Des saints ? Pfff ! À quoi ça sert d’être prophète sinon à convaincre les femmes d’acquiescer à mes avances en les convainquant qu’un prophète connait mieux leurs intentions qu’elles même ?

Pour les autres prédictions, je reprends intégralement les deux de l’an passé. Trump qui ne finit pas son premier mandat et la confirmation de vie extraterrestre sous n’importe quelle forme, soit bactérienne, primitive, évoluée ou carrément beaucoup plus évoluée que l’humain.

Et enfin une toute dernière prédiction inédite. Je prédis un cataclysme majeur durant l’année 2018. Un tremblement de terre hors du commun ou la colère phénoménale d’un volcan ou un tsunami dévastateur ou un mélange de tout cela. Le dérèglement climatique possède des effets insoupçonnés et inattendus – pas pour tout le monde, certains scientifiques les avaient prévus – sur les volcans et le relâchement des tensions des croûtes continentales.

J’en ai déjà parlé, le super volcan souterrain du parc de Yellowstone risque à tout moment de se fâcher. Ce serait un cataclysme planétaire comme l’homme n’en a jamais connu. Mais il existe beaucoup d’autres volcans qui pourraient être amenés à déclencher un hiver pouvant durer plusieurs années.

Quant au tsunami, il pourrait émaner d’un séisme majeur comme cela s’est produit en 2004, mais également d’un décrochement et d’un glissement soudain d’une montagne qui s’échouerait dans l’océan. À ce sujet, le volcan Cumbre Vieja à La Palma menace de générer un tsunami de 500 mètres de hauteur qui ravagerait la totalité de la côte est des deux Amériques si jamais la montagne qui l’héberge venait à se rompre et à glisser dans l’océan Atlantique. Et de fait, la montagne montre une fissure démentielle qui grandit sans cesse. Un jour, cette montagne finira par se scinder, c’est certain. Seuls la date et le nombre de victimes restent à être écrits dans le grand livre des cataclysmes les plus meurtriers.

Je rajoute aux catastrophes la chute d’une météorite. Même si on répertorie la plupart des menaces potentielles depuis quelques années, certains bolides spatiaux ayant touché terre nous sont déjà passés sous le nez. Ça pourrait très bien se reproduire avec un objet ayant déjà été détecté ou pas. Quatre facteurs rentrent en ligne de compte pour qualifier l’importance de la chute d’une météorite. Sa masse, sa vitesse, son angle d’attaque, ainsi que l’endroit où il touche terre.

Ce ne sont là que quelques exemples et j’ai même failli omettre le duel de cons entre les dirigeants de la Corée du Nord et des USA. Ma prédiction n’est pas rattachée à eux seuls, mais à tout autre cataclysme d’envergure rarement atteinte. Il ne faut pas toujours rattacher un nombre de victimes ou le coût engendré par une catastrophe à son importance. Un séisme de magnitude 9,5 ne s’est produit qu’une seule fois de mémoire d’homme. Aucun n’a atteint une plus grande magnitude.

Et voilà les prédictions du Corbot pour cette année 2018. Portez-vous bien, mais ne prenez pas de risque, inscrivez immédiatement mon nom dans votre testament comme héritier de vos biens. On ignore quand le destin nous frappera. Sauf mon grand-oncle qui savait exactement quand il partirait, à la minute précise, même. Le juge le lui avait dit.

Prendre le temps de comprendre le temps

Un débat séculaire n’ayant couronné aucun gagnant jusqu’à présent oppose une vision linéaire du temps à celle qui le considère plutôt comme étant cyclique. On peut se crêper le chignon sur le sujet pendant des siècles, la définition préalable du temps est essentielle. Et c’est précisément cette absence de définition claire, partagée et surtout unique sur la nature du temps qui stérilise les discussions. Nous comprenons le temps de façon tellement intuitive, aujourd’hui, hier, demain, plus tôt, plus tard, que nous croyons le connaitre et le comprendre. Pourtant, c’est faux. Rien n’est plus difficile à définir scientifiquement que le temps. Qui plus est, les deux grandes théories de la physique moderne, la physique relativiste et quantique, voient le temps de façons diamétralement différentes et incompatibles l’une avec l’autre. Alors, non, le temps ne se laisse pas si facilement capturer. Le schisme est tellement important que nous sommes même en droit de penser qu’il n’existe tout simplement pas, s’il n’est pas qu’illusion ! Dans SFM-1, je parle du temps à quelques occasions, mais je ne prétends pas le connaitre pour autant, et pour cause.

Prenons simplement le mot « maintenant ». Il n’a aucune réalité. Si le temps existe tel que nous le pensons ordinairement, alors le mot « maintenant » est une illusion puisque le temps ne fait que fuir depuis toujours et pour toujours. « Maintenant » n’existe pas plus que le néant.

Malgré tout, il se pourrait que « maintenant » ait une certaine réalité si le temps n’est pas continu, comme le flux d’une rivière, mais plutôt discret, comme au jeu de la roulette où la boule d’ivoire ne peut s’arrêter que sur une case numérotée, jamais entre deux cases. Un peu comme la matière, le temps serait indivisible au-delà d’un certain atome temporel. Ainsi, il sauterait d’une maille à l’autre sans couler continument. Ce temps minimal serait ce qu’on appelle le temps de Planck et mesurerait environ 10^-43 seconde (une décimale de 42 zéros avant le 1), limite absolue de la mesure qu’on puisse effectuer sur le temps. Cette mesure est-elle équivalente à un atome de temps ? Fort possible, disent les défenseurs du temps haché en petites parties. Quoi qu’il en soit, ça ne fait pas un bien long « maintenant ».

Dans le langage usuel, les expressions utilisant le mot « temps » sont légion. Je n’ai pas pris le temps de les compter tellement j’aurais dû y passer du temps ! Puisque nous avons inventé tant d’expressions utilisant ce simple mot, nous  avons l’impression de le connaitre à fond et pourtant rien n’est plus faux. Le temps ne se laisse pas facilement circonscrire, ni dans notre langage courant, ni dans le langage mathématique de la physique où cette notion est incompatible avec elle-même lorsqu’on la regarde simultanément des points de vue quantique et relativiste. Pourtant, toutes les théories majeures ne font état que d’une seule dimension de temps. C’est donc qu’il doit se décliner en une seule saveur, mais pas nécessairement l’une des deux saveurs précédemment citées.

Le temps joue au trouble-fête et c’est souvent à cette occasion qu’on parvient à faire exploser les anciennes théories en les améliorant et surtout en découvrant de nouvelles propriétés qui nous étaient autrefois cachées. En 1905, le temps nous a montré son côté relatif. On a alors su qu’il variait selon la vitesse relative entre deux points de référence. En 1915, il s’est de nouveau distingué en variant cette fois selon le champ de gravitation. Le temps n’est pas identique pour une horloge trônant en haut d’une tour et pour celle restée à ses pieds même si leur vitesse relative est nulle. Oui, ça semble un peu ridicule, mais vos locataires du second vieillissent moins vite que vous. Bah, n’ayez crainte, pas suffisamment pour qu’ils vous envoient leur chèque de loyer en retard.

Que nous réserve encore ce satané temps ? Certains disent qu’il sera à l’origine de la preuve que nous vivrions dans une simulation informatique et que toute matière n’est qu’illusion. Si vous pensez reconnaitre des ressemblances avec les films The Matrix, vous ne vous trompez pas totalement. J’en ferai cependant le sujet d’un autre article.

Ah, j’allais oublier. Le temps passe et nous abordons le Nouvel An. Je vous souhaite sincèrement une année remplie de belles surprises pour vous et vos proches.

Bonne année 2017.

Lire la suite « Prendre le temps de comprendre le temps »