L’eau qui marque

Lorsqu’on remonte les annales de la Terre, l’on s’aperçoit qu’elle a connu et connait encore de nombreux tsunamis. Les occasions de générer ces vagues meurtrières ne manquent pas, car notre planète peut compter sur une panoplie de moyens différents. Météorites, éboulements, glissements, affaissements de montagnes, élévations subites du plancher océanique, volcanismes sous-marins, détentes de plaques continentales, déplacements horizontaux subits de plaques océaniques, les océans ourdissent en profondeur de bien grandes catastrophes qui se dérouleront à des milliers de kilomètres de leur lieu d’origine.

10993034

Pourtant les tsunamis ont longtemps constitué un mythe, car on ne leur trouvait aucune cause proche des lieux de désastres. Les scientifiques ne doutent jamais de leurs théories, ils préfèrent douter des récits et des légendes, ça leur évite de chercher et ça préserve leur sentiment de supériorité.

Malgré l’invraisemblance des histoires rapportées, ces événements exceptionnels ont réellement existé et aujourd’hui nous avons parfaitement compris leurs différents mécanismes. Nous savons également reconnaitre les traces géologiques de leur passage permettant de figer les lieux, époques et ampleurs exacts de ces phénomènes récurrents non cycliques.

Massive impact crater from a kilometre-wide iron meteorite discovered in Greenland.mp4

Parmi les tsunamis les plus célèbres, le plus important n’a jamais été aperçu d’aucun homme. En tombant partiellement dans la mer, la météorite de Chicxulub qui dévora les dinosaures non aviaires il y a de cela 66 millions d’années a engendré une vague planétaire dont la crête en plein océan devait mesurer près de 150 mètres. En comparaison, le tsunami de 2004 en Indonésie mesurait environ 15 centimètres lorsqu’il se baladait en plein océan, mille fois moins haut que son ancêtre du Crétacé.

Le mot «tsunami» est d’origine japonaise. Ça se comprend, parce que ce chapelet d’iles est parfaitement situé pour recevoir des bombardements de vagues monstrueuses. Non seulement ce pays doit composer avec ceux engendrés près de ses côtes et ils sont pléthore, il reçoit également les vagues créées de l’autre côté du Pacifique en provenance des états de l’Alaska, de Washington, de l’Oregon, de la Californie, du Canada et même d’Amérique du Sud.

Ceinture_de_feu_du_Pacifique.svg.png

Dans un article précédent, je fais état d’un mégatsunami américain survenu en l’an 1700 dont la date exacte est connue puisque le Japon a subi une attaque océane le lendemain et a répertorié cet événement dans ses annales.

Un autre tsunami bien connu fut celui engendré par l’explosion de l’ile de Santorin en Méditerranée voilà 3600 ans qui mit fin à la civilisation minoenne.

santorin

La Norvège et l’Écosse ont connu un tsunami de grande ampleur en provenance d’un éboulement en mer de Norvège il y a de cela 8100 ans. Cet endroit est toujours propice à subir d’autres événements semblables à celui-ci qu’on nomme «Glissements de terrain de Storegga». Des strates géologiques en font état encore aujourd’hui.

1200px-Conglomeratereyes

L’un des plus monstrueux de tous n’a pourtant pas eu comme origine un lieu situé sur la ceinture de feu du Pacifique, là où l’on s’attend à les rencontrer généralement, mais dans l’Atlantique. Voilà 73000 ans, un flanc du volcan Pico do Fogo au Cap-Vert s’étale dans l’océan, provoquant un mégatsunami qui se répercute sur toutes les côtes atlantiques.

1018587171

Nous connaitrons une situation similaire avec le Cumbre Vieja dans un avenir pas si éloigné. Lire mon article «La menace du Cumbre Vieja» sur le sujet.

J’écrivais précédemment que les tsunamis ne sont pas cycliques (certains pourtant le sont), ça n’empêche pas de tenir des statistiques. Une dizaine d’années en moyenne séparent des tsunamis relativement importants dans le monde, mais on peut vivre un siècle sans subir de graves dégâts.

cropped-MBM-3.jpg

Même si aujourd’hui nous sommes plus sensibilisés qu’autrefois à ce phénomène, il n’en demeure pas moins que nous restons très vulnérables face aux tsunamis puisque l’humain s’est fait un malin plaisir de bâtir partout au pied des océans. Nous subirons donc des pertes incommensurables, c’est garanti.

Quand? Ayez crainte! C’est pour bientôt.

Mitraille de forts séismes

Le nord de la plaque océanique Juan de Fuca a tremblé treize fois en une seule journée, dont trois importants séismes de 6,5, 6,6 et 6,8.

Seisme-vancouver

Cette mitraille est survenue à l’ouest de l’ile de Vancouver dans l’océan Pacifique au Canada à la jonction des plaques Juan de Fuca et pacifique. Malgré l’ampleur des séismes, aucun tsunami n’est survenu, car la course de ces deux plaques est heureusement divergente, donc elles ont tendance à s’écarter.

Juan de Fuca

Je vous ai déjà parlé de cette plaque qui glisse sous le continent nord-américain et qui cause le volcanisme de cette région. Les géologues prévoient un séisme de magnitude 9+ lorsque la plaque nord-américaine laissera échapper sa tension accumulée par le télescopage de la plaque Juan de Fuca. Ainsi, tout séisme d’importance survenant à cette plaque pourrait la déstabiliser et causer le fameux séisme appelé la catastrophe Cascadia.

Une histoire à suivre de près, mais pas de trop près, comme l’apprendront à leur dépend les gens de l’Ouest étatsunien et canadien.

Séismes, un mois en apparence normal

Depuis le dernier mois, l’activité sismique d’importance, c’est-à-dire 6,0 et au-delà sur l’échelle Richter, est essentiellement concentrée dans la région de l’Indonésie, de la Papouasie – Nouvelle-Guinée, des iles Fidji, du Vanuatu, de la Nouvelle-Calédonie, des iles Salomon et toute cette région située au Nord et au nord-est de l’Australie, aux jonctions de la plaque tectonique australienne avec les plaques pacifique, philippine et eurasienne. L’Australie poursuit son périple océanique au rythme de 6 à 7 cm par année vers des latitudes plus clémentes et pour ce faire, elle bouscule allègrement les joueurs qui occupent actuellement le terrain.

Séismes-201810.png

D’autres tremblements de terre d’importance se sont produits en Russie orientale (iles Kouriles) et en Alaska (iles Aléoutiennes). Enfin, quelques séismes secondaires, mais assez inquiétants à cause de la population environnante, ont frappé le Guatemala à 5,7 et Haïti à 5,9.

Je constate dans le dernier mois le maintien de la moyenne d’un séisme d’importance survenant tous les deux jours et parmi ceux-ci, deux ont franchi la barre du 7 (7,0 et 7,5), conformément aux probabilités.

Ce mois peut donc être qualifié comme ayant été dans la normale statistique, mais la concentration importante des secousses presque au même endroit a tout de même de quoi étonner. Ces activités nous renseignent toutefois sur certains comportements de la croûte terrestre. Lorsque des régions ont vécu des épisodes de calme relatif comme ce fut le cas pour la région au Nord et au nord-est de l’Australie avant la récente reprise des activités s’ensuit une concentration de plusieurs séismes d’importance. Toutefois, la Terre aurait pu se déchirer d’un seul coup, ce qui aurait engendré un cataclysme comme on en a connu en 2004 et 2011 avec des secousses de magnitude 9,1 et 9,0.

magnum_f

Un séisme d’une telle ampleur survient en moyenne une fois aux dix ans, mais savoir l’endroit où il se produira relève d’une science très inexacte. J’ai déjà ciblé la côte ouest de l’Amérique du Nord dans mon article sur la catastrophe Cascadia. Toute la région citée en début d’article reste toutefois le lieu le plus probable où surviendrait un tel événement. Cependant, on ne peut oublier de regarder en direction de régions moins fébriles, mais tout aussi susceptibles d’accumuler de grandes quantités d’énergie comme le long de la côte ouest de l’Amérique du Sud, les Caraïbes, l’Alaska, la Russie orientale et même l’Europe orientale et le Moyen-Orient.

Heureusement, nous prenons de plus en plus de précautions pour protéger la population des effets néfastes engendrés par ces catastrophes naturelles, mais jamais celles-ci n’empêcheront totalement des destructions massives et des pertes de vie en grand nombre. Le dernier tsunami survenu aux Célèbes en septembre dernier met fortement en lumière les faiblesses de nos protocoles d’intervention où les alertes au tsunami ont été levées juste avant son arrivée sur les côtes, tuant du même coup des milliers de riverains!

7906530_5a3de780-c3cf-11e8-bfc0-d34ee9c61331-0

Puisque la croûte terrestre ne cesse et ne cessera de se déplacer, de se fracturer, de se frotter et de collisionner, nous pouvons affirmer avec certitude que les séismes surviendront en suivant des lois de probabilités logarithmiques telles qu’actuellement définies et que ceux-ci continueront de nous faire trembler… de crainte et de tous nos membres.

L’effondrement de Hilina

État d’Hawaï, grande ile Hawaï, Kilauea. Vous connaissez les événements actuels. Des coulées gigantesques de lave ne cessent de se déverser du volcan Kilauea, rasant tout sur leur passage. Ce phénomène géologique reste très banal, car toutes les iles hawaïennes se sont formées ainsi. La destruction des maisons et des infrastructures ne montre pas la violence du volcan, mais simplement la stupidité des humains à avoir construit des bâtiments et des routes dans ce lieu hautement à risque.

Vidéo récente du Kilauea (16min)

 

Toutefois, ces épanchements ne se révèlent pas dépourvus de tous dangers catastrophiques, loin de là, mais pas ceux qu’on imagine d’emblée. En se refroidissant, cette lave se solidifie sur un sol déjà ferme créant des strates de roches inhomogènes et disloquées. En prenant de la hauteur, le terrain ne fait qu’accroitre son instabilité et il atteindra un jour son point de rupture. Il se produira quasiment à coup sûr un immense glissement qui enverra par le fond des milliards de tonnes de roches. Cet événement à venir se nomme «l’effondrement de Hilina».

Dans un article récent, je décrivais une catastrophe semblable à survenir aux Canaries sur l’ile de La Palma qui engendrera un monstrueux tsunami dans l’Atlantique. L’effondrement de Hilina aux iles hawaïennes causera un gigantesque raz-de-marée, cette fois dans le Pacifique.

Computer-simulation-7-of-the-tsunami-waves-that-might-be-set-off-in-a-collapse-of.png

Pour prouver la validité de ce concept, il suffit de regarder de l’autre côté de cette ile, sur la côte nord-ouest et plus précisément sous l’océan à ses pieds. Des débris ne pouvant avoir été créés que par d’épouvantables glissements de terrain gisent au pied de la grande ile. On estime le volume de roches à s’être détaché des pentes de l’ile à 400 fois celui de l’effondrement survenu au mont Saint Helens en 1980.

Cependant, en raison de sa position centrale dans l’océan Pacifique, cette ancienne catastrophe aurait soulevé des vagues de 300 mètres de hauteur, rasant tous les littoraux des terres péripacifiques. La partie nord-ouest de cette ile s’est détachée voilà environ cent mille ans, raison pour laquelle les scientifiques pensent que ce même phénomène se répètera sur la côte sud-est de cette ile.

Dcs9iY-WkAEP53v.jpg

L’effondrement de Hilina ne représente pas une théorie de géologues reclus dans des bureaux puisqu’il existe déjà. Le terrain glisse actuellement d’une dizaine de centimètres par an, prouvant son instabilité. S’il venait à se détacher, il causerait un séisme d’une magnitude approchant 9 sur l’échelle Richter et un tsunami évalué lui aussi à 300 mètres de hauteur à cause de la profondeur des eaux dans les parages.

En 1868 et en 1975, des glissements de moindre importance ont engendré de petits tsunamis d’une vingtaine de mètres et ont détruit une bonne partie de plusieurs villages environnants. Est-ce que le présent événement éruptif survenant au mont Kilauea ne permettra pas d’enclencher ce glissement cataclysmique attendu puisqu’il rajoute du poids et des degrés supplémentaires aux pentes de ce terrain maudit?

1000463.jpg

Chose certaine, s’il devait bientôt se produire, la surprise ne serait pas totale. Seuls les gens ignorant tout de l’effondrement de Hilina ainsi que ceux qui se le seraient volontairement caché resteront sans voix devant les ravages qu’il causera.

Mais vous, en tant que lecteur de mon blogue, vous ne pourrez prétendre à l’ignorance, seulement à l’insouciance.