Les foudres de Gaïa

Je n’en demandais pas tant ! Dans mon article d’hier, je demandais à la Terre de me faire un signe en m’envoyant un léger séisme. Puis, survinrent vingt-quatre séismes de magnitude plus élevée que 5,0 qui ont subitement frappé la Nouvelle-Calédonie en moins de six heures. Bon, vous direz que ce pays est aux antipodes du Québec et vous avez parfaitement raison. Mais puisque le Québec ne peut pas vraiment trembler pour la peine, je considère cette pétarade impromptue comme m’étant destinée.

image-cagxxq513_jsga_vent-vague-deferlante-v34711211-e1479968290788-1

Ouais, vous aimeriez me croire, mais ça vous parait passablement impossible ! Je comprends votre scepticisme, et même je voudrais le partager, mais les faits me laissent croire que la Terre m’a effectivement envoyé le signe que j’espérais recevoir d’elle. Allez lire mon article d’hier et je vous attends.

Je vous parais prétentieux, c’est pas grave, un Corbot a l’habitude des mauvaises réputations. Un caractère négatif de plus ne peut peser bien lourd dans l’ensemble de la balance. En bonus, ma réputation d’oiseau de malheur croît davantage, car si je peux faire générer 24 séismes simplement en demandant à la Terre de me faire un petit signe. Que puis-je engendrer si j’osais lui demander quelque chose de vraiment important ?

Nouvelle-Calédonie-Séismes

Et dans l’état où je suis actuellement par rapport aux exactions des humains, un état de colère assez prononcé, je devrais me redouter, et vous, plus encore. D’autre part, je pourrais utiliser ce pouvoir pour demander à la Terre d’engloutir suffisamment d’humains pour que le peu qui resterait finisse enfin par comprendre qu’ils ne peuvent continuer à se foutre de notre planète.

Cependant, le plus grand pouvoir est celui qu’on s’abstient d’exercer — dixit un gourou célèbre. Je suis donc porté à me retenir malgré l’envie folle de voir engloutis tous les oligarques et les technocrates à leur solde dans un raz-de-marée planétaire.

Je sais pertinemment qu’il y aurait des tas de victimes collatérales parmi le bon peuple soumis. Je ne suis pas parfait, et ce malgré tous mes efforts consentis pour y parvenir. Quant à moi, sachant voler, je pourrai éviter les éboulis, les crevasses, les affaissements, les tsunamis, les déferlantes et les débris en planant au-dessus de vos têtes durant les épisodes où les catastrophes vous anéantiront.

20-5-8-c2_corbeau_vol

Je vous inviterais bien au Québec, mais notre cher PM vient de diminuer de 20 % les quotas à l’immigration. Alors si vous n’êtes pas un de ses amis personnels, vous n’avez aucune chance de vous réfugier ici avant que ne s’abattent ailleurs les pires cataclysmes.

À votre place, je me dépêcherais de venir au Québec même sous un prétexte parce que ma patience commence à atteindre sa limite et j’ignore encore combien de temps je vais pouvoir me retenir de demander à la Terre de procéder au Grand Décrassage. Vous pourriez en profiter pour partir à ma recherche, si vous parvenez à me dénicher, je vous offrirai un verre d’un excellent alcool québécois, un gin Ungava par exemple. Ça vous ferait peut-être voir LeCorbot sous un jour plus sympathique !

Ungava-slider-accueil-01

Meunon ! Vous savez bien ! Il y a longtemps que je n’aspire plus à entendre cette épithète me concernant. Heureusement, sinon j’hésiterais peut-être à vouloir déclencher les foudres de Gaïa.

Yellowstone, le cauchemar est-il commencé ?

Le parc de Yellowstone dans les états du Wyoming et du Montana aux É.U.A. abrite l’un des volcans les plus gros et les plus dangereux de la planète. Lorsque je me suis intéressé pour la première fois à ce supervolcan, personne n’en faisait de cas. Maintenant, on en entend abondamment parler, mais quel est l’état réel de ce volcan capable de créer un hiver permanent à la grandeur de toute la planète ?

yellowstonevacations-home-fall-geyser-basin-desktop

Comme dans toutes les disciplines scientifiques incomprises, les avis divergent énormément d’un spécialiste à l’autre. Cependant, aucun géologue n’est réellement spécialiste du Yellowstone. Pourquoi ? Parce que sa dernière éruption globale est survenue voilà 640 000 ans. Parce qu’il n’est pas un volcan comme les autres. Parce qu’il possède une taille totalement disproportionnée. Parce que ce genre de volcan – il en existe quelques-uns sur la Terre – n’est jamais entré en éruption de mémoire d’homme et ainsi, on ignore totalement leur comportement et leurs signes avant-coureurs.

yellowstone

L’USGS (United States Geological Survey) estime à 1 sur 730 000 la chance d’une éruption récente, sans spécifier ce que le mot « récente » signifie. Un professeur de l’Université du Colorado croit, pour sa part, qu’il est dans une phase d’endormissement et qu’il ne se réveillerait que dans 1 ou 2 millions d’années. Pourtant, ce volcan possède un cycle éruptif relativement régulier tournant autour de 600 000 ans. Ce professeur a probablement été payé pour endormir les craintes des gens.

M2x075Px

Les geysers du Yellowstone connaissent actuellement une phase d’activités plus intenses. Ces jets d’eau et de vapeur restent néanmoins des signes relativement mineurs des humeurs du ténébreux volcan et ne devraient pas être considérés comme un oracle, toutefois ils ne peuvent pas être ignorés non plus.

Un autre signe très surveillé est l’activité sismique dans la caldeira. Dernièrement, on a noté une forte recrudescence du nombre de secousses, sommes toutes mineures, cependant ce regain d’activité inquiète certains spécialistes. On en dénombre maintenant plusieurs centaines par semaine. Ça ne semble pas poser de grandes angoisses pour l’instant, mais en colligeant tous les changements comportementaux du méchant dragon, je ne partage pas entièrement l’optimisme des géologues chargés de surveiller le sommeil du géant.

La prochaine éruption du Yellowstone atteindra le niveau VEI 8 sur l’échelle d’indice d’explosivité volcanique, le maximum possible. On le qualifie d’ultra-plinien apocalyptique puisque le monstre souterrain rejettera plus de quatre mille fois la quantité de cendres de l’explosion survenue au mont St Helens en 1980. Il recouvrira la moitié du sol des É.U.A. sous plusieurs centimètres de cendres rocheuses. Ses déjections atteindront la stratosphère à 100 km de hauteur et seront transportées à la grandeur de la planète. À cause de cette poussière omniprésente, la température chutera partout de plusieurs degrés, la photosynthèse s’effectuera très difficilement et causera des disettes et des épidémies catastrophiques un peu partout.

maxresdefault-3

Dans mon esprit, le Yellowstone se rapproche dangereusement d’une phase éruptive majeure, mais à l’échelle géologique, les temps ne se comptent pas en semaines ni même en mois. Nous aurons probablement le temps de terminer notre existence sur la boule bleue avant qu’il n’entame ses frasques, mais qui sait ? J’aurai peut-être la chance de regarder l’humain se faire remettre à sa place par la Nature qui lui montrera une bonne fois pour toutes qu’il n’a été qu’une vulgaire mouche agaçante à sa surface.

Reprise des séismes de moyenne importance

Après une longue accalmie, la Terre a recommencé à engendrer des séismes de moyenne ou de grande puissance. Ici, je dois préciser que le nombre de séismes était resté important, il avait même augmenté, mais ceux évalués au-dessus de 6,0 sur l’échelle Richter ont mystérieusement disparu pendant une période de 34 jours. Je m’en inquiétais déjà dans un article paru le 2 juin dernier.

nom-plaques.jpg

Certaines études donnent une moyenne un peu différente, mais toutes ont constaté les séismes supérieurs à 6,0 à survenir aux deux à trois jours. Les tremblements de terre ne suivent pas des cycles, mais la déformation continuelle de la croûte terrestre engendrera inévitablement des séismes et leur amplitude dépend du temps pendant lequel les plaques tectoniques n’ont pas décroché. Donc, durant les accalmies, l’énergie s’accumule et plus longtemps durera cette accumulation, plus les futurs séismes s’avéreront puissants. Voilà la raison pour laquelle je m’inquiétais du manque de soubresauts d’importance moyenne et forte. Les prochains risquent malheureusement de se montrer encore plus dévastateurs.

Dernièrement, la Terre a repris ses activités et le nombre de séismes supérieurs à 6,0 augmente. Jusqu’à présent, j’en compte 9 au cours du mois de juillet. La moyenne semble donc se rétablir.

Rinjani-Seisme.png

L’Indonésie reste l’un des endroits les plus susceptibles d’être touchés par des séismes de moyenne ampleur. Il en survint un d’une magnitude 6,4 le 28 juillet dernier sur l’ile de Lombok. Celui-ci a créé d’importants éboulements qui ont bloqué des centaines de touristes sur la principale montagne de l’ile, le mont Rinjani. Celui-ci n’est autre qu’un immense volcan actif culminant à 3725 mètres d’altitude, le deuxième en hauteur en Indonésie. Le séisme a causé 16 décès et fait 160 blessés.

mont-rinjani-lombok-volcan-trek

En général, la sismologie et le volcanisme sont deux conséquences d’un seul et même phénomène, la collision de plaques tectoniques. En Indonésie, la plaque australienne enfonce les plaques eurasiatique et philippine, créant la majorité des iles et des volcans de la région. Cet endroit géologiquement très actif a été le théâtre des pires catastrophes des 100000 dernières années et l’une d’entre elles est survenue en 1991 lorsque le mont Pinatubo aux Philippines a causé une chute dramatique des températures sur Terre durant l’hiver qui a suivi son éruption.

lead_720_405.jpg

Éruption massive du Krakatoa en 1883

On compte pas moins de 150 volcans dans cette région du monde. Pensez aux monts Krakatoa, Tambora, Merapi, Tengger, Batur et surtout le Toba, tous situés sur des iles indonésiennes. Ce dernier a bien failli faire disparaitre notre espèce voilà près de 75000 ans lors de sa toute puissante éruption.

aHR0cDovL3d3dy5saXZlc2NpZW5jZS5jb20vaW1hZ2VzL2kvMDAwLzAzOS81NTAvb3JpZ2luYWwvdG9iYS1zdXBlcnZvbGNhbm8tY2FsZGVyYS5qcGc=

La croûte de notre Terre se meut sans arrêt et les séismes nous le prouvent constamment. À quand le prochain tremblement de magnitude supérieur à 9,0?