Les quatre D

La nouvelle façon de vivre, c’est de mentir impunément. Puisque personne n’est sanctionné, le mensonge devient ainsi la norme sociale. Mentir en niant même les pires évidences, en affirmant exactement le contraire de ce qu’on fait, en jetant les blâmes des conséquences de ses actes sur ses adversaires, en inventant n’importe quels faux événements pour convaincre les autres de se rallier à sa cause, en menaçant les dénonciateurs. Mentir est même devenu tout à fait acceptable. Le mensonge prouve que vous prenez tous les moyens pour gagner et les gens aiment ceux qui gagnent, peu importe comment ils y parviennent.

Autrefois utilisé avec parcimonie puisque se faire prendre à mentir coûtait presque toujours sa carrière, aujourd’hui les menteurs ne cachent même plus. Sachant pertinemment qu’une partie des auditeurs ne sont pas dupes, ils s’en foutent totalement puisqu’ils ne font face à aucune conséquence.

trump-scouts-jamboree

Mentir permet à ses disciples et admirateurs de reprendre ces aberrations à leur compte et de les semer à tout vent. Lorsque des milliers de personnes crient un même mensonge sur tous les médias sociaux, le mensonge prend des allures de vérité. Surtout que personne (ou presque) ne s’intéresse à faire contrepoids.

Les menteurs imposent leurs règles, car aucune logique ne peut venir à bout des mensonges. La logique doit donc céder le pas à quelque chose de plus puissant et de plus draconien. Mais qui maintenant voudra mettre en place un système qui botterait le derrière aux mythomanes compulsifs lorsqu’ils sont au pouvoir ? Et ce sont des gens comme vous et moi qui les avons placés à ces postes. Vous, moi et aussi d’autres menteurs payés pour falsifier les résultats.

Voilà quelle société nous avons créée et dans laquelle nous vivons actuellement. Une société qu’il sera bien difficile de se défaire… à moins de devenir nous aussi des menteurs invétérés afin de combattre à armes égales. Mais alors, qu’est-ce qui aura changé sinon un nom sur une plaque et dans des documents ?

Une société ayant érigé le mensonge en système sera obligée d’endurer ce mode jusqu’aux quatre D, car cette abominable tolérance est le signe évident de la décadence d’un peuple qui entraine son déclin, engendre sa déchéance et enfin apporte sa destruction.

 

Déchéance héroïque

Ne cherchez pas à faire des personnes autour de vous vos héros. Plus important encore. Devenir vous-même un héros aux yeux de certains amis, enfants ou de purs inconnus, s’avèrera une très mauvaise idée. Pourquoi ? Parce que les héros d’aujourd’hui ne ressemblent en rien aux héros mythologiques d’autrefois et ce constat ne recèle rien de positif.

ob_35349d_spartacus-blood-and-sand

Dans l’Antiquité, les gens qui inventaient des héros comprenaient et acceptaient la nature humaine telle qu’elle était avec tout ce qu’elle comportait de lumineux et de sombre. Leurs héros avaient autant de cœur que d’imperfections et ils alternaient entre la vertu et l’immoralité aussi facilement qu’un vrai humain en est capable. L’humain antique ordinaire avait donc l’étoffe d’un héros de son époque. Il lui suffisait d’acquérir certains comportements pour en partie lui ressembler. Cet objectif lui restait atteignable puisqu’il ne cherchait pas à évacuer toutes ses bêtises et ses faiblesses. Un héros demeurait un être imparfait dans son ensemble et grandiose à certains égards.

Les héros modernes, on les fabrique en matières inaltérables, ils ne peuvent ni se rayer ni s’enrayer. Une fois un héros engendré, celui-ci est condamné à rester parfait pour toujours, sans possibilités d’afficher des défauts, des vices, car le héros de notre époque représente un idéal. Et cet idéalisme dans nos têtes obtuses se traduit par une obligation à la perfection.

Quel-est-le-super-heros-le-plus-fort-640x328

Le héros contemporain partage un destin commun avec tous ceux de son espèce. Une fatalité inscrite dans son mode de fabrication et celle-ci s’appelle déchéance. Une inexorable déliquescence se produira lorsque l’adulateur comprendra que son héros prétendument parfait est bourré de défauts comme n’importe qui. Ce scénario catastrophe n’est pas simplement une éventualité, mais une certitude. Vous n’avez pas à clamer cette perfection lorsque vous endossez l’habit du héros. Celle-ci fait intrinsèquement partie du personnage grâce à la culture dans laquelle nous baignons.

l-ombre-de-steve-jobs-va-toujours-planer

Ce héros qui sommeille en vous et qui aimerait émerger devrait privilégier, non, mieux encore, s’exiger de conserver des défauts et de s’assurer qu’ils soient bien apparents afin de ressembler plutôt aux héros d’antan, tellement plus réalistes, que nos mauvais pastiches sacralisés actuels.

En demeurant une personne imparfaite, en vous assumant ainsi, sans camouflage, vous ne deviendrez jamais un de ces héros modernes, mais vous éviterez probablement de connaitre la déchéance qui leur tient toujours la main.

En une phrase, lorsque des yeux éblouis vous admireront, inquiétez-vous-en et résistez à la tentation de vous sentir flatté, premier signe d’émergence du héros moderne.

Df0JcomWsAA6jJc

Les promesses impériales

Tous les empires se créent et se développent autour de promesses faites aux gens qu’ils désirent intégrer, enrôler, embrigader. Parfois, pas très souvent, les promesses restaient modestes, réalistes et tenues durant longtemps. D’autres ne furent qu’un tissu de mensonges rapidement consumé, des étoiles filantes. La plupart des empires ont entretenu des illusions par l’usage de croyances religieuses d’autant plus indiscutables qu’elles étaient imbéciles. Les promesses attirent les esprits et les religions les incarcèrent.

828inkvizicija.jpg

Aujourd’hui, ce processus demeure valide et les deux garanties essentielles données par les empires à leurs citoyens n’ont pas changé. Sécurité et prospérité sont les deux mamelles impériales primordiales auxquelles s’abreuve le peuple captivé, mais captif.

Pour respecter la seconde promesse faite à leurs citoyens, celle de la prospérité, les empires ont besoin de s’étendre. Pour l’obtenir, les guerres représentent le moyen privilégié de toujours. Cependant, elles fragilisent la promesse de sécurité, puisqu’elles créent de nombreux ennemis prêts à tout pour récupérer les spoliations.

soldat-byzantins-5-6-eme-sic3a8cle1

Ainsi, les empires transportent les germes de leur propre fatalité en se bâtissant sur deux oppositions irréconciliables. Voilà pourquoi tous les empires ont fini et finiront par mourir malgré leur puissance et leur hégémonie. L’illusion pourra durer, elle ne persistera jamais.

L’histoire neutre met en lumière ces lentes descentes, celles des Grecs, des Romains, des Mongols, des Teotihuacanais, des Espagnols, des Français, des Anglais, des Japonais, des États-Uniens, etc. et elles se ressemblent toutes plus ou moins. Elles sont dues aux dilutions des forces, parfois retardées par des moyens technologiques supérieurs à ceux des adversaires, mais jamais entièrement suffisants pour éviter l’affaiblissement systémique.

9.jpeg

Mais si les empires titubent bien avant leur chute, le coup de grâce a souvent été assené par une cause non humaine. Dans bien des cas, ce fut l’œuvre d’une catastrophe naturelle qui a brisé définitivement certaines promesses impériales et par conséquent la confiance du peuple envers leur protecteur.

Volcanisme, séismes, météorisme et inondations ont apporté destructions globales, famines, maladies épidémiques, périodes prolongées de gel, invasions d’insectes, déchirures du tissu social et déchéances. L’histoire est remplie de ces corrélations entre disparitions d’empires et cataclysmes puisque l’illusion de sécurité nourrie par l’apaisement des dieux ne persiste toujours qu’un certain temps. La Nature agit sans notre consentement, sans se préoccuper de nos prières ni de nos implorations.

cropped-pinatubo1991.png

Aujourd’hui, rien n’a changé et les empires actuels sont en voie d’être remplacés par d’autres plus primitifs encore, faisant miroiter les mêmes idioties séculaires.

La durée d’une vie humaine est passablement courte, c’est bien connu. Les empires resteront donc toujours attractifs, car les gens pensent pour les prochaines dizaines d’années, jamais bien au-delà. Alors, vaut-il mieux croire aux avantages des empires ou non? Les empires ne représentent que des trains, pas des destinations. Simplement, ne pas se bercer de leurs illusions et s’estimer chanceux si leur destruction ne survient qu’après notre mort, cette seule et vraie destination.