Recueil de poésie

J’ai terminé la composition d’un recueil de poésie s’intitulant Poésie sur l’amour et pire encore. Je l’ai envoyé à quelques éditeurs avec le même désintéressement général. Bon, je l’écrivais dans un article datant de l’an dernier, ma poésie n’est pas normale, ça ne me rapproche pas d’une possibilité d’intéresser un éditeur. Je m’en fous un peu, car mon plaisir d’écrire l’emporte sur celui d’être édité malgré le velours de la reconnaissance.

Les lecteurs de mon blogue ne doivent pas s’étonner du titre. Cependant, présenter mon livre ainsi, Poésie sur l’amour et pire encore, rebute certainement l’âme fleur bleue, la pensée à l’eau de rose, la blanche oie romantique, la verte feuille fragile ou la jaune corolle sensible. Mais faut-il espérer recevoir des vers luisants provenant d’un Corbot de jais qui les bouffe au diner en les accompagnant d’un ver(re de) blanc ?

Et puis… pire encore, c’est pire que quoi ? Pire que la poésie ou pire que l’amour ? Peut-être autant pire l’un que l’autre !

Mais l’amour, direz-vous, ce n’est pas « si » pire que ça ! L’amour est un beau sentiment, désirable et précieux, grandiose et porteur de bonheur.

Poésie-Sur-L-Amour-Et-Pire-Encore-2

Foutaise ! Les amours ressemblent aux radis. Joliment rouges, vus de l’extérieur, mais incolores par en dedans. Il est préférable de les consommer à doses réduites, en petites tranches et entre deux, mieux vaut s’efforcer de les oublier. Radis et amours, mêmes défauts. Trop petits, ça prend une botte pour rassasier son homme et ça laisse un terrible arrière-goût d’amertume. Les deux se présentent sous un beau jour aguicheur en masquant leur désagréable vraie nature.

Non, je vous le dis, le titre de mon recueil de poésie se justifie amplement. Vous n’auriez qu’à lire mes textes pour vous en convaincre définitivement. Et note d’optimisme non négligeable venant d’un Corbot, avouez que ce titre annonce qu’il existe pire encore que l’amour. Voilà bien une façon de vous montrer que ma noirceur envers le rouge sentiment laisse place à une teinte quelconque de gris, raison probable de l’heureux mariage entre ces deux couleurs, le gris atténuant les prétentions criardes du rouge amour.

Oui, même si l’amour est épouvantablement détestable, il est parfois possible de trouver pire. Alors si vos amours battent de l’aile, dites-vous que moi, je bats des ailes afin de ne pas tomber… en amour.

corbeau_3

Quelle fin du monde choisir ?

On se croirait au restaurant en train de baver sur le menu. On parle tellement de fins du monde qu’une n’attend pas l’autre. Il faut dire qu’avec les internets, aujourd’hui tout le monde peut y aller de sa petite contribution im-personnelle.

11392459

Dans le bon vieux temps où annoncer une fin du monde requérait un peu de prestige ou d’estime qui disparaissaient évidemment lorsque la date de l’hécatombe annoncée était dépassée, n’annonçait pas une fin du monde qui voulait. Malheureusement, aujourd’hui, il suffit d’un compte Facebook rempli de bons et loyaux amis à la pochetée ou d’une vidéo lancée sur YouTube pour faire d’un quidam un quasar (quasi star) des fins du monde.

supernova-nasa-hd-download.jpg

Bravo pour ceux qui les encouragent! Non seulement il faut faire avec les faux frères de l’eschatologie, on déprime en notant qu’ils reçoivent des pouces d’appréciation à la pelle. Il ne faut cependant jamais oublier qu’un seul pouce ne mesure que 2,54 cm, ça en prend une méchante quantité pour équivaloir aux milliards d’années-lumière séparant ces faux prophètes de la sagacité.

Corbeau d'Australie Corvus coronoides Australian Raven

Alors, ne placez pas votre confiance en ce qui concerne les fins du monde dans les mains de n’importe quel usurpateur de ce rôle réservé aux véritables spécialistes. Seuls les corbeaux – et LeCorbot en l’occurrence – peuvent vous les prédire et surtout bien vous les expliquer avant qu’elles ne surviennent. Et à ce que je sache, je n’ai encore rien dit sur la prochaine.

Prenons l’exemple de la dernière vraiment colossale à avoir été prédite, la méga monstrueuse de 2012 qui s’est soldée par quoi? Oui, vous pouvez le dire plus fort pour que je puisse vous entendre. PAR UN FLOP TOTAL!

Rien, nada, zéro puis une barre, le néant, même pas un pet. Bravo! Belle fin du monde! Si on les juge à ces critères, je comprends pourquoi on annonce de nouvelles fins du monde toutes les semaines! Eh bien! moi, je suis resté totalement muet. Pas même un seul signe d’encouragement à ceux qui croyaient avoir compris les Mayas et comment l’Univers entier fonctionne. Il aurait été préférable pour tout le monde qu’ils prennent quelques bonnes bières afin d’oublier d’en parler. Voici ma suggestion pour qu’ils puissent parler de la fin du monde sans tomber sur les rognons du reste de la planète.

biere-quebec_La-Fin-du-Monde-Unibroue_le-bon-sirop-d-erable

Une bonne bière québécoise brassée pour ceux qui ne sont pas des mauviettes ou… qui parlent trop et à travers leur chapeau. À 9 % d’alcool, ça les assomme vite fait bien fait.

Ce ne seront ni les Mayas, ni les gourous, ni les jésuites, ni les illettrés qui prédiront la prochaine et la vraie fin du monde, ce seront les corbeaux. Et sachez bien, ne nait pas oiseau de malheur qui veut!

ob_13e3e3_1025831550.png

Si j’étais vous, je continuerais de lire ce blogue très régulièrement puisque vous ignorez quand le temps sera venu. Et quand il surviendra, vous serez les premiers connectés sur la vérité. En attendant ce moment délicieux, faites pression pour que mes écrits trouvent un bon éditeur. Comment? Je l’ignore, c’est vous les spécialistes des prières aux Mayas, aux gourous, aux jésuites et aux illettrés! Non, laissez tomber les illettrés, pour cette demande, ils ne seront d’aucun secours. J’ai une bonne quantité de textes traitant de fins du monde sous forme de nouvelles ou de poèmes. Vous ne les connaissez pas? Que c’est dommage! Vous pourriez déjà en apprendre beaucoup plus sur les fins du monde sans devoir vous fier aux piètres charlatans qui peuplent, envahissent et polluent les médias.

incendios-portugal-1200x600

Allez, hop! Au boulot! Moi, j’ai un travail important et urgent à accomplir, écrire d’autres fins du monde avant que l’une d’elles ne survienne. Serait-ce un indice ?

Photos : 1freewallpapers.com ; fanrto.com ; unibroue.com

La poésie a la cote

Avec le rythme trépidant des vies actuelles, avec les réseaux sociaux qui nous incitent à télégraphier nos pensées, avec le sentiment permanent de perdre du temps, la poésie ne peut pas mieux tomber.

Concise, codée, frappante, la poésie rejoint le besoin de lire peu et vite avec l’autre besoin moins évident, moins quémandeur qu’est celui de lire du contenu porteur, intelligent, réfléchi.

La poésie étonne, frappe, déstabilise, émeut, le tout en quelques mots, en quelques strophes. Elle a tout pour plaire. Règles grammaticales éclatées, constructions déconstruites, rébellions autorisées.

La poésie est un art de haute voltige même si le résultat semble anodin. Un bout de vers peut rester longtemps coincé dans notre cerveau sans qu’on sache pourquoi. Le rythme est crucial, critique même. Pas un mot en trop ni une syllabe manquante. La poésie s’accroche à nous comme une teigne ou comme un amour inavouable.

La poésie est un canal de communication crypté dont les clés de déchiffrement nous sont finement révélées ou sont laissées à la discrétion du lecteur. La poésie se fait comprendre par paliers. On croit avoir compris, on croit avoir vraiment compris, on croit avoir tout compris et enfin on s’étonne de ne pas avoir tout saisi.

On n’écrit pas la poésie comme on écrit un récit ou une œuvre de fiction en prose. Sans cesse, elle torture son auteur. Elle nait et émerge de ses souffrances. Même les strophes anodines ont été soupesées un nombre incalculable de fois. Elle se noie, mais également s’abreuve des larmes du poète.

Comme toute amante passionnée, la poésie incendie son entourage, laissant parfois le lecteur pantois, ébaubi ou même sidéré.

Actuellement, la poésie a la cote auprès des jeunes et des moins jeunes par sa densité, sa concision et sa puissance brute.

Je viens de terminer d’écrire mon premier recueil de poésie. Des textes que je ramassais depuis plusieurs années et d’autres tout récents forment un ensemble de quarante poèmes qui m’ont demandé, sans exception, des séances de travail passablement émotives. Et voilà, le travail de composition est maintenant terminé.

La maladie ayant forcé mon éditrice à renoncer à son travail, je me cherche une nouvelle maison d’édition. Ma demande est lancée et mon manuscrit envoyé à quelques éditeurs. On verra ce que l’Univers réussira à faire de tout cela.

Édition et désinvolture

Dans le milieu de l’édition de livres, l’innovation est devenue nécessaire et pas simplement par rapport au contenu. Cette pression qu’ont les éditeurs s’exprime de différentes façons. Certains d’entre eux essayent d’appliquer indistinctement la recette gagnante d’autrefois, alors qu’à l’autre bout du spectre, d’autres cherchent par tous les moyens à couper les frais au maximum.

L’affluence importante et même grandissante aux kiosques des salons du livre semble démentir ce besoin d’innover, c’est le grand paradoxe du moment, car il est inutile de le cacher, l’édition du livre vit une crise technologique et générationnelle.

C’est toujours étonnant d’entendre parler des écrivains qui ont vainement tenté de trouver un éditeur pendant plusieurs années et qu’ils ont obtenu un franc succès et même remporté plusieurs prix littéraires en utilisant des méthodes d’édition non conventionnelles. Les professionnels du domaine de l’édition sont-ils totalement dépassés qu’ils ne comprennent plus comment faire leur boulot qui est, entre autres choses, de bien connaitre le lectorat afin de découvrir des œuvres inédites et inusitées qui s’avèreront intéresser ce public ?

L’an dernier, lorsque j’ai transmis mon manuscrit à plusieurs maisons d’édition, seriez-vous étonnés de savoir qu’une faible minorité parmi eux a eu la politesse ainsi que le professionnalisme d’envoyer une lettre ou un courriel de refus, et encore moins un accusé de réception. Le travail d’édition commence d’abord et avant tout par la récolte de textes auprès des auteurs. Leur démontrer un minimum de respect en les avisant du verdict du comité de lecture est, selon moi, une expectation tout à fait raisonnable.

N’est-ce pas là bâcler le travail d’édition dès le début du processus ? Je n’ignore pas que nous vivons dans une ère où les considérations pour autrui partent à vau-l’eau, tant personnellement que professionnellement. Le travail de l’éditeur, un métier séculaire, semble lui aussi malheureusement faire partie de la catégorie peu enviable des métiers renégats. Pourtant, à ce que je sache, écrire un modèle de lettre de refus est à la portée de tout éditeur, à moins que certains se considèrent comme analphabètes ! Ce modèle est ensuite utilisé autant de fois que nécessaire pour signifier aux auteurs le verdict relatif à leur manuscrit. Si on rajoute à cela la simplicité et l’économie des envois par courriel, je ne trouve aucune raison valable d’ériger cette désinvolture en mode opératoire normal. Ils auront beau s’indigner du nombre démentiel de manuscrits à lire, dont la plupart s’avèrent être de qualité médiocre, rien ne justifie, à mon avis, ce manquement à la politesse la plus élémentaire envers ceux qui fournissent avec confiance et enthousiasme la matière première potentiellement utilisée pour créer leur produit final.

Je comprends parfaitement, surtout au Québec plus que partout ailleurs, que les tirages soient extrêmement faibles et qu’il faille trouver des moyens de diminuer les frais d’édition. Mais ce n’est certainement pas en déversant sur les épaules des auteurs les obligations non littéraires des éditeurs que le problème se règlera adéquatement. Et dans tous les cas, la désinvolture systémique à leur égard n’engendre aucune économie. Par contre, cet épiphénomène des lettres de verdict démontre clairement que les premiers à dénigrer le travail d’édition sont d’abord et avant tout les éditeurs eux-mêmes.