Courage

Lorsqu’un animal est attaqué, il peut choisir entre six solutions pour s’en sortir. Le premier réflexe en est un de défense passive, se figer pour faire perdre au prédateur sa cible de vue. Le camouflage et le mimétisme ont sauvé la vie de bien des animaux qui ont vu leur ennemi passer tout près sans les apercevoir. Cette technique statique a également contribué à faire perdre la vie à bien d’autres animaux, car elle implique de rester dans l’aire de danger. Elle donne cependant du temps à la proie pour déterminer le degré réel de dangerosité ainsi que le ménagement de ses efforts, car toute dépense énergétique se paye cher dans la nature.

Criquet

La deuxième technique peut sembler la meilleure, car elle éloigne, du moins temporairement, la proie du prédateur, c’est la fuite. Mais si elle est située au deuxième rang, c’est qu’elle n’offre pas que des avantages. Le mouvement se remarque très facilement. Le fuyard se tatoue donc une cible sur lui. Généralement, la nature a doté les prédateurs de vitesse de pointe plus élevée, sinon ils ne pourraient pas survivre. Ainsi, fuir ne suffit pas, cette technique doit être accompagnée d’une stratégie consistant à trouver rapidement un abri sûr. Fuir, mais où ? Sans objectif, il ne reste que l’épuisement et la chance apportés par les obstacles du terrain à l’avantage de l’un ou de l’autre pour déterminer qui remportera la course.

Guepard

Semblable à la première, la troisième technique ne peut se pratiquer que par certaines espèces. Elle consiste à attendre l’attaque et laisser ses défenses naturelles venir à bout de l’ennemi. Être muni d’une carapace épaisse ou de dangereuses épines peut venir à bout de la patience et de la sensibilité de l’attaquant tout en se laissant malmener.

article-2314541-1979CBB1000005DC-537_634x462

La quatrième façon d’aborder l’ennemi est de l’attaquer. Pris au piège, l’affrontement peut parfois faire tourner le vent en faveur de la victime. Un coup de croc ou de griffe bien placé, un jet de substance biologique sur le museau ou dans les yeux, des épines plantées dans les pattes ou le nez, le prédateur pas toujours expert en la matière risque parfois d’en prendre bien plus qu’il ne l’aurait cru.

1

L’avant-dernière façon d’aborder son ennemi est plus rare, car elle ne fonctionne que dans certaines conditions particulières, c’est la soumission. Se soumettre à son ennemi, implorer sa clémence, collaborer avec lui pour lui rapporter plus d’avantages qu’une simple nourriture immédiate peut constituer la dernière ligne de défense. Elle exige toutefois de changer son style de vie pour se soumettre à un être supérieur.

Le dernier moyen de prendre le dessus sur un ennemi est de trouver du renfort. À ce sujet, on trouve deux types d’alliés différents, les naturels et les improbables. Il existe parfois, pas toujours, un prix à payer pour cette protection providentielle. Les circonstances et les individus en cause viendront déterminer les conditions de ce contrat d’alliance. Dans la gamme des alliances naturelles, les congénères d’une hyène attaquée viendront évidemment à son secours. Un lion venant au secours d’un bébé gnou attaqué par un autre lion, ça semble pas mal plus étrange et pourtant ça s’est vu.

x1080

Vous l’aurez probablement compris, ces six comportements se rapportent également aux humains, plus vraiment dans le contexte d’un mangeur et d’un mangé au sens propre, mais dans des relations difficiles à l’école, à la maison, au travail, dans des cercles d’amis ou de loisirs.

Le principe de prédateur-proie reste valable, tout comme les six techniques décrites pour affronter l’adversité. Instinctivement, nous adoptons parfois l’une d’entre elles sans vraiment nous en rendre compte, sans avoir jugé de sa pertinence face à un ennemi en particulier et des conséquences possibles de ce choix sur la suite des événements. Choisir sa technique de défense en connaissance de cause nous éloigne déjà d’un statut de simple victime.

Qu’on le veuille ou non, il existera toujours des attaquants qui s’en prendront à des travaux, à l’intégrité, aux valeurs, aux résultats, à la popularité ou aux idées des autres. Certaines attaques resteront bénignes, mais parfois un individu des plus déplaisants et bien déterminé à attaquer une personne sans raison évidente surgira et fondera sur sa proie.

Il n’est pas toujours possible d’utiliser les techniques de défense passive. Il n’est pas toujours possible d’attaquer plus puissant que soi. Il n’est pas toujours possible de fuir. Il n’est pas toujours possible de collaborer. Par contre, il est presque toujours possible de trouver des alliés quelque part, même s’ils agissent dans d’autres sphères, même s’ils paraissent éloignés de nos soucis, même s’ils ne nous ressemblent pas.

amitie-animaux-entre-chien-orang-outan2.jpg.png

Le prix à payer pour cette demande d’aide externe est souvent l’exclusion du cercle dans lequel l’individu évolue. Est-ce une véritable perte ou une fabuleuse occasion à saisir ? Parfois, la peur de l’inconnu semble plus forte que la crainte de ses faux amis, ses véritables ennemis.

Ça demande du courage. Cette qualité se développe à partir d’une première tentative, puis d’une autre et encore une autre, sans égard aux résultats apparents. Le courage ne peut appartenir qu’aux victimes, car les prédateurs n’agissent jamais par courage, seulement par opportunisme, car attaquer un plus faible est la marque des vrais faibles.

Alors, courage ! Sors-t’en !

Après la sixième extinction massive

Après une grande extinction comme l’une des 26 importantes qui ont frappé la Terre depuis sa naissance vient une explosion de nouvelles espèces qui conquièrent les niches écologiques laissées vacantes par les précédentes.

o-WORMHOLE-facebook

Aucun cataclysme planétaire n’a encore signé l’extinction de toute vie sur Terre. Il serait peu probable que cela survienne, à moins que la planète tout entière soit disloquée, avalée, annihilée par un trou noir, une étoile à neutrons ou par une collision avec une autre planète qui ramènerait notre monde au stade de l’Hadéen (premier éon de l’histoire de la Terre).

Éon-Hadéen.jpg

L’exemple du Cambrien

Lorsque la vie trouve des opportunités de foisonnement, les nouvelles espèces bourgeonnent de manière plutôt échevelée. Confinée à un certain territoire dépourvu de prédation sérieuse, la vie teste de nouvelles façons d’exister. Lorsque nous observons les fossiles de la faune de l’explosion cambrienne, plusieurs espèces seraient facilement qualifiables de nature extraterrestre tellement leurs caractères nous apparaissent exubérants.

4e24527665e3aacca0cf4168ddcf9d4e

Cette période géologique débute voilà 541 millions d’années avec l’extinction de l’Ediacarien, la dernière période précambrienne, et s’étire sur 56 millions d’années au-delà.

Chaque environnement développe ses propres solutions qui seront mises à l’épreuve. Ainsi, il nous sera impossible de connaitre la majorité des espèces cambriennes, seules les plus mobiles et les plus aptes à survivre ont conquis de plus grands espaces permettant un nombre plus important de fossiles. Quelques espèces auront une descendance qui se perpétuera jusqu’à aujourd’hui, dont plusieurs arthropodes (corps segmentés articulés munis de pattes).

Sixième extinction de masse

Des traces permanentes confirment une nouvelle période géologique. L’Holocène s’est terminé pour laisser la place au Meghalayen, nommé officieusement Anthropocène durant plusieurs années. Extinction massive d’espèces, importants résidus des combustibles fossiles dont les plastiques, la Terre s’est transformée et les changements continuent de s’accélérer.

c14438d_28208-scha86.bf4qk9be29

La grande extinction actuelle causée par l’humain laisse elle aussi des niches vides qui se remplissent par des espèces existantes indigènes ou migratoires. Mais l’histoire nous montre qu’apparaitront également de nouvelles espèces issues de mutations de caractères plus favorables que ceux existants. Elles profiteront de toutes les faiblesses engendrées par les changements environnementaux pour s’imposer devant leurs semblables. Meilleure adaptabilité à la chaleur, à la sécheresse, aux vents, aux inondations, aux insectes, des plantes quasi indestructibles et des animaux supportant les extrêmes finiront par proliférer au profit d’une flore trop fragile et d’une faune trop spécialisée.

Flore-mutante

Mutations

Certaines mutations paraitront légères tandis que d’autres afficheront des changements drastiques. Par exemple, avec la hausse moyenne des températures, le gigantisme pourrait facilement et rapidement redevenir à la mode. Mais l’inquiétude vient de ce que nous ignorons. Naitra-t-il des hybrides du style «alien», «the thing» ou «predator» apparaitre? Le prédateur parfait, l’ennemi idéal de l’humain verra-t-il le jour?

Alien-espece.png

À ce jeu de hasard génétique, de conditions environnementales encore inconnues et d’opportunités ratées ou profitées, il s’avère impossible de deviner ce que la Nature nous concoctera. Toutefois, le déséquilibre environnemental actuel risque d’engendrer de bien mauvaises surprises. Ce sera à découvrir, mais d’ici là, mes os m’auront depuis longtemps foutu la paix. Mais en suis-je bien certain? Les nouvelles sur le sujet pourraient s’avérer bien pires et survenir bien plus tôt qu’on pourrait le croire!

L’humain

Pour terminer, une autre nouvelle probablement pas très réjouissante, l’humain aussi s’adaptera ou il disparaitra. À quoi ressembleront les futures générations d’humains? Porteront-ils toujours la dénomination homo sapiens ou devrons-nous parler d’une nouvelle espèce?

Archeopteryx.jpg

Ce pourrait être homo gigantis (homme gigantesque), homo troglodytis (homme vivant sous terre), homo coriaceus (homme à cuirasse) ou même homo pteryx (homme ailé). Si certains dinosaures ont su se transformer en bête volante, pourquoi pas notre espèce?

the-mothman-of-point-pleasant-documentary-989798

On pourrait au moins affirmer que la sixième extinction de masse nous aurait élevés à des hauteurs insoupçonnées. Ça camouflerait peut-être un peu la sombreur de notre méfait!

Utérus et société.

Y a-t-il un avantage évolutif à être vivipare plutôt qu’ovipare ? Si on se pose la question en regardant le passé, on serait porté à croire que l’utérus a supplanté l’œuf. Fait indéniable, les dinosaures ont disparu alors que les mammifères, eux, ont prospéré depuis qu’un mont Everest filant à 30 000 kilomètres à l’heure est tombé sur la Terre voilà 66 millions d’années.

Pragmatiquement, l’utérus a un sérieux avantage durant la première partie de la gestation. Un œuf se fait voler puis manger par une foule de prédateurs cherchant une prise facile. Suffit que maman et papa soient suffisamment éloignés du nid. Puisque papa préfère se taper une autre milf que de surveiller de futurs rejetons et que maman est bien obligée d’aller bouffer d’autres ovipares, les œufs restent souvent sans défense. Tandis qu’un utérus garde le ou les bébés avec sa mère lorsqu’elle part se nourrir. Alors les affamés n’ont qu’à bien se tenir puisque être chapardeur ne suffit plus. Ça prend maintenant des qualités de chasseur carnivore et être équipé conséquemment pour affronter une future maman bien déterminée à rendre son embryon à terme.

Mais une mère en fin de gestation, alourdie par le poids de ses bébés, devient plus vulnérable. Ensuite, pour aider à mettre bas, certains placentaires mettent au monde des bébés passablement immatures. C’est le cas de l’humain dont la position verticale a eu pour effet de rétrécir le bassin. Ses rejetons vivent donc longtemps aux crochets de leur mère, ce qui a tendance à créer un environnement fragilisé pendant aussi longtemps que ses bébés restent dépendants.

Pour solutionner le problème de fragilisation des mères et de ses rejetons, les placentaires n’ont pas eu d’autre choix que de créer des sociétés permettant aux petits et à leur mère d’être protégés par d’autres membres de leur communauté. Ainsi, de nécessité en nécessité, les sociétés ont évolué et se sont renforcées, permettant aux petits de grandir à l’abri des prédateurs.

Les œufs par contre ont une hygiène naturelle. Ces coquilles renferment le garde-manger des petits pour toute la durée de la couvaison et quand ils en sortent, la maman est en possession de tous ses moyens. Au contraire, la maman placentaire doit bien souvent recouvrer les forces après avoir passé un temps relativement long à supporter la dernière phase de sa grossesse et surtout l’accouchement.

Ainsi, la viviparité humaine a exigé la création de sociétés, ce qui a permis la spécialisation de ses individus et par le fait même, la croissance de ces groupes dont chaque membre est dépendant de l’ensemble. L’obligation de sédentarité occasionnelle ou permanente a par la suite engendré l’agriculture et l’élevage qui ont accru les besoins de recourir à des métiers spécialisés et par conséquent, notre dépendance mutuelle.

Aurions-nous pu évoluer jusqu’à notre état actuel si nous étions restés ovipares ? Il faudrait connaitre tout un tas de sociétés extraterrestres pour en tirer une conclusion en ce sens, ce qui nous échappe encore. Cependant, le succès d’une recette n’interdit pas d’en avoir plus d’une qui puisse fonctionner. Surtout que notre viviparité a exigé une modification génétique majeure de notre système immunitaire. Un corps étranger est censé être repéré, tué puis évacué par notre organisme. Les mères ont donc vu leur ADN modifié pour permettre la conservation intra-utérine de certains aliens que sont leurs bébés. C’est un changement majeur, car dans un certain sens, il nous affaiblit face à d’autres corps étrangers dangereux, ce que l’oviparité permet d’éviter totalement.

Il est toutefois certain que je ne serais pas en train d’écrire sur un ordinateur si chacun de nous étions restés des chasseurs-cueilleurs. Cela a nécessité des millions, voire des milliards d’individus surspécialisés pour en arriver à inventer et fabriquer ces outils de haute technologie. Des gens qui, bien au-delà de leur maturité sexuelle, sont restés improductifs pour la société jusque dans la vingtaine avancée (et bien plus dans certains cas).

Ainsi, l’utérus et la chute d’une météorite géante ont favorisé l’apparition d’un grand primate un peu plus malin que la moyenne. Un animal qui finira par acquérir la connaissance nécessaire pour faire disparaitre toute forme de vie plus évoluée que les bactéries.