Je suis

vers-fin-des-grands-arbres.jpg

Je suis le vent glacé automnal, le ciel ombrageux, les feuilles tombées

Je suis l’étranger indésirable, l’inverse de l’an droit, l’épine dans la chair

Je suis l’oiseau rabattu, le corbeau aux ailes d’Échyrée, la menace tue

Je suis l’arbre sauvage épargné des haches et du feu, fier, risible, esseulé

Je suis le mascaret remontant le fleuve des préjugés, le ras-le-bol-de-marée

Je suis l’ile aux falaises tranchantes, inabordable, peuplée d’oiseaux exotiques

Je suis le pieu du prétentieux, le dénonciateur du menteur, l’ail du vampire

Je suis la pluie sournoise, le verglas briseur, la pesanteur indésirable

Je suis l’épopée oubliée, le héros méconnu, la quête avortée

Je suis l’enfer inondé, le ciel silencieux, la terre en jachère

Je suis l’innommable, l’inqualifiable, l’épouvantail

Je suis la marmite débordante, la rébellion sous couvert, l’incompréhensible

Je suis la défervescence, l’extincteur des idioties, le réaliste indésirable

Je suis les nuées noires, le symbole de la furie, le silence annonciateur

Je suis l’univers atomisé, l’immensité ratatinée, le peu anéanti

Je suis mon indomptable roi, mon irréprochable loi, ma juste foi

Je suis moi… qui suis-je

2018 GE3

C’est le doux nom d’un astéroïde géocroiseur qui s’est invité sans l’avoir détecté avant qu’il nous frôle. Il a été le plus gros et le plus proche jamais répertorié « après coup ».

Bon, ce n’est quand même pas un tueur de dinosaures. D’un diamètre de seulement 65 mètres, mais propulsé à une vitesse impressionnante de 29,6 kilomètres par seconde, ça vous aurait défrisé un afro en un rien de temps. Ce joli bolide est passé à moins d’une demi-fois la distance Terre-Lune, ce qui est considéré comme une menace sérieuse.

file6xl3ub7tpiac1wqmna5.jpg

La preuve est faite, une fois encore, que malgré toutes nos précautions, les astéroïdes dangereux peuvent survenir sans se faire annoncer. Comment font-ils pour ne pas être détectés par nos instruments ? Tout d’abord, sa vitesse équivaut à celle de la Terre lorsqu’elle orbite autour du Soleil, mais tout dépend de quelle direction vient le géocroiseur. De l’un ou l’autre des pôles, il y a très peu de chance qu’on le voit s’approcher. S’il se rapproche de nous alors qu’il a le Soleil dans le dos, il restera totalement invisible puisque les rayons solaires nous aveugleront.

Bien que les géocroiseurs soient maintenant répertoriés et suivis à la trace, de nouveaux bolides restent une menace permanente comme nous l’a prouvé 2018 GE3 encore une fois et comme ce fut le cas le matin du 15 février 2013 à environ 9 h 20 locales avec le superbolide de Tcheliabinsk en Russie dont je vous convie à regarder une édifiante compilation vidéo montrant la rentrée du météore dans l’atmosphère terrestre, ainsi que ses conséquences vraiment non négligeables causées par les multiples ondes de choc trahies par les dizaines d’explosions entendues lors de quelques séquences. Et ce caillou ne mesurait que le quart du diamètre de 2018 GE3. Il transportait tout de même l’énergie de 30 bombes d’Hiroshima dont la majorité a heureusement été consumée en frottement dans notre atmosphère.

Bon visionnement !