Un Noël blanc

Oui, en cette nuit de Noël, Montréal est tout de blanc vêtue et on annonce un autre quinze centimètres de neige pour ce 25. Même ceux qui détestent la neige espèrent du blanc partout pour cette journée particulière. Étant jeune, on ne connaissait aucun Noël sans neige. Puis plus tard sont apparues des années moches où la pluie et la pluie verglaçante ont remplacé la neige. Les changements climatiques s’étaient mis à nous tomber dessus.

Depuis quelques années, les beaux hivers blancs sont revenus, mais on n’ignore pas qu’ils seront bientôt chose du passé. Il faut en profiter, évidemment, car d’ici peu les rues et les parterres gris remplaceront pour longtemps et peut-être pour toujours ces lieux aujourd’hui immaculés de blanc.

Les Noëls du futur seront différents, car tout change et surtout le temps. On ignore ce qu’on a engendré, mais on en aura une bonne idée bien assez tôt, car les années d’insouciance se terminent. La meilleure solution ne sera pas de sombrer dans la tristesse ou la nostalgie et encore moins dans la colère. Il suffira d’accueillir au mieux ce que le monde nous aura réservé.

Joyeux Noël.

Le Messie de Haendel, c’est Noël !

Durant le temps des Fêtes de fin d’année, les gens amènent leurs enfants voir Casse-Noisettes et les adultes vont écouter le Messie de Haendel. Cet oratorio monumental composé en 1741 a été achevé en seulement 24 jours. Hier soir, l’Orchestre Métropolitain de Montréal délivrait sa version devant une salle archibondée. De retour d’une tournée retentissante en Europe, l’orchestre dirigé par Yannick Nézet-Séguin et le Cœur Métropolitain se sont illustrés par une interprétation empreinte d’une grande sensibilité. Les quatre choristes férus de cette œuvre comme en témoignait leur livret maintes fois manipulé ont offert une excellente performance.

Je dois avouer un travers. J’ai un problème en rapport avec le chant. Beaucoup de voix de sopranos m’énervent. J’ai une sensibilité extrême à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un cri de détresse, dont plus particulièrement les cris des jeunes enfants et quelques sopranos qui poussent la note un peu trop richement. Une lumière rouge « danger » clignote dans ma tête et je me mets instinctivement en mode « trouve la menace et règle-lui son cas ». C’est passablement désagréable de vivre ce type d’émotion probablement héritée de mes ancêtres pour qui tout rapprochement avec des cris d’alarme représentait une question de survie. La voix de la soprano Carolyn Sampson est heureusement exempte de cet aspect plutôt désagréable même lorsqu’elle projette sa voix jusque dans les corridors. J’ai donc pu apprécier l’œuvre dans toute sa splendeur, tant mieux pour moi et pour l’entourage qui n’a pas eu à souffrir de mon tomahawk laissé sagement sous mon veston. Ça me réconcilie avec les voix féminines haut juchées.

Cette œuvre possède une sinfonia suivie de cinquante-et-un récitatifs regroupés en trois parties. Seulement deux récitatifs faisant partie de la dernière partie sont restés dans les coulisses, fait plutôt rare, puisque la longueur totale de l’œuvre, près de trois heures, décourage bien des maestros à tous les inscrire au programme. En faisant disparaitre plusieurs récitatifs, ou même en éliminant totalement la troisième partie, ils réduisent l’œuvre et son impact global. Heureusement, Nézet-Séguin n’est pas du genre à simplifier son travail derrière le pupitre.

La deuxième partie se termine sur le populaire alléluia qui aurait fait frissonner un ours polaire. Cependant, la moitié de la salle s’est levée durant l’exécution de ce récitatif. Sur le lot, j’aurais été bien curieux de compter le nombre de gens qui en saisissait la réelle signification. À l’église, l’alléluia appelle l’assemblée à se lever, mais c’est durant une messe, pas durant un concert. Ce genre de dérangement inutile m’agace grandement. Oui, je l’avoue, j’ai un caractère bourru à l’occasion (!) et surtout lorsqu’on gâche mon plaisir avec de fausses bonnes idées.

Je profite du 24 et du 25 décembre pour faire jouer des chansons de Noël à la maison. Ce sera amplement suffisant.

Alors, Joyeux Noël à tous les Terriens ! Les autres, laissez les humains tranquilles jusqu’aux Rois.

Une fête païenne re-recyclée

Selon plusieurs études, Jésus ne serait pas né à ce temps-ci de l’année. Si l’on fête sa naissance à ce moment précis, c’est pour retrancher une fête païenne, celle du solstice d’hiver. En empiétant sur cet événement très important chez les peuples de l’époque, petit à petit les gens ont cessé de fêter l’un pour fêter l’autre. La transition a été assurée, car elle s’est produite sans heurts et sans dénigrement.

Et une fois de plus, la société bascule vers une autre célébration, celle de la fin de l’année. Cet événement astronomique qui ramène les saisons constitue en fait un retour aux origines. Bien entendu, on ne doute plus que le Soleil reprendra sa course ascendante dans les cieux, mais dans les faits, c’est bien de cet événement qu’il est question lorsqu’on parle de la fin de l’année. Le retour de l’ascension du Soleil et l’augmentation du temps d’ensoleillement.

Évidemment, cet événement astronomique ne met pas un terme à l’hiver puisque la Terre réagit lentement aux changements. Ça lui prendra bien trois mois avant que ses rayons soient suffisamment puissants pour retrouver les premières fleurs.

Alors, joyeux Solstice à tous les humains de la Terre et aux autres !

Photo : Le Soleil