Voyez ces voisins voyous

On a des voyous comme voisins. Voilà le triste constat auquel on doit arriver lorsqu’on regarde la façon dont les autorités réglementaires et le fabricant d’avions ont comploté dans la mise en marché du type d’appareil qui s’est écrasé deux fois. La sécurité du public n’a plus jamais été un enjeu, seule l’économie a compté et voilà le résultat.

Il n’existe qu’une seule façon d’agir afin que ce comportement ignoble cesse, c’est de parler le même langage qu’eux, celui de l’argent, sinon on leur donne raison d’avoir menti, triché et tué. Pendant combien de temps doit-on les punir? Mais pour toujours, voyons! Sinon à quoi cela servirait-il de les laisser s’échapper? On ne pourra jamais prouver la négligence criminelle ayant causé la mort. Les responsables de ces décès s’en sortiront avec des frousses et du fric. L’incitatif donné aux autres dirigeants pour garder leurs mains propres est pourtant simple. «Si tu triches, tu tues ta compagnie».

Malheureusement, ceux qui ont comploté pour faire voler cet appareil défectueux, s’en tireront, tout comme la compagnie qui continuera de vendre sa camelote en la bradant aux réticents qui laisseront leurs principes au vestiaire pour parler économie d’argent, eux aussi. Le gouvernement leur viendra même en aide pour retrouver le niveau des ventes antérieur qui, pourtant, a été établi sur des mensonges.

Les gens aiment oublier et les compagnies voyous le savent, alors elles en profitent. L’honneur, l’honnêteté et la rectitude ne tiennent plus aucune place dans le type de monde dans lequel nous vivons. Nous ne valons pas mieux que ces voyous, car nous continuerons d’acheter des billets d’avion de compagnies aériennes qui achèteront encore ces appareils.

Pour ma part, je pratique la devise de notre province qui est: «Je me souviens». Je pourrais aussi dire: «Je n’oublie pas». Je n’oublierai pas cette malveillance parce que les gens qui sont décédés dans les deux accidents valent qu’on se souvienne de la cause de leur disparition. Cette cause n’est pas une défectuosité mécanique, c’est une défectuosité humaine qu’on appelle la cupidité.

Zénitude et sacrifice

Je n’utilise pas un néologisme, zénitude fait bien partie du dictionnaire. Ce mot se comprend sans vraiment devoir l’expliquer, un mariage évident entre zen et plénitude.

D’entrée de jeu, la zénitude ne m’habite pas. Au mieux, j’ai appris à relativiser les situations difficiles et les émotions qu’elles me provoquent. Pour être plus précis, je ne colle plus au plafond à chacune de mes frustrations relatives aux humains ou à leurs moindres imbécillités volontaires. Si la zénitude et moi étions parents, elle serait la grand-mère de la tante de la fesse gauche de l’arrière-petit-fils du cousin germain de mon beau-frère. Vous voyez tout de suite le lien de parenté étroit qui nous unit.

zen-accueil

Pourquoi la zénitude n’a-t-elle pas élu domicile chez moi ? Probablement parce que je reste extrêmement sensible à plusieurs facteurs dont la liste qui suit n’est sûrement pas exhaustive. Comme les radis, je tolère très mal la bêtise humaine, le mensonge qui accompagne toujours la bêtise humaine, l’égoïsme qui accompagne toujours le mensonge, la mauvaise foi qui accompagne toujours l’égoïsme et enfin la cupidité qui accompagne toujours la bêtise humaine, le mensonge, l’égoïsme ainsi que la mauvaise foi.

7a0ba552

J’ai compris que la zénitude m’obligerait à faire comme les trois singes, me fermer les yeux, les oreilles et la bouche. Être dans un camp de concentration, c’est-à-dire en mode survie totale, j’y parviendrais, parce que la situation m’y obligerait. Mais de mon plein gré et pour les affaires de la vie courante, la zénitude serait pour moi la pire des prisons.

s6sh8tbo

Je veux tout voir, tout entendre, tout comprendre et tout commenter. Je veux me faire une opinion sur tout ce qui s’approche de moi, je veux l’émettre et être en mesure de la défendre. Je veux parler des abuseurs de tout acabit. Je veux délier les écheveaux trop emmêlés qu’ils semblent inextricables et jeter les fils démêlés à la face de ceux qui se croyaient plus fins en concevant ce motton compact. Je veux prendre le parti de ceux qui risquent d’être victimes de ces gens. Je veux mettre leurs vils desseins sous les projecteurs pour que l’ombre ne puisse plus les camoufler.

c4rd4r7_x5Qt64jrzu

Tout ceci me parait bien incompatible avec la zénitude. Je ne vivrai probablement pas aussi vieux, mais chaque petite victoire de la lumière sur les forces de l’ombre me comble de joie, une joie qui mérite qu’on y sacrifie plusieurs années… de zénitude.