Allez, Terre, dis-le-moi !

Il existe quelques endroits au monde qui se partagent, s’échangent, se disputent le titre du plus vieux terrain de la Terre.

On a tout d’abord un craton en Afrique du Sud, l’Australie défend aussi chèrement sa vieillesse, tout comme le Groenland qui détenait la palme jusqu’à tout dernièrement avec un prélèvement âgé de 3,8 milliards d’années. Mais récemment, des géologues québécois ont rendu les trois autres pays jaloux.

image-2

Je me souviens lorsque j’étais plus jeune et je croisais ce genre de rochers qui me semblaient bien étranges avec leurs veines ou taches blanchâtres circulant au travers d’une gangue d’un gris neutre, terne, triste, patiné. Instinctivement, je semblais déjà comprendre que cette roche était très vieille. Elle ne possédait à peu près aucun attrait, semblait fatiguée d’exister, elle avait cédé ses trésors primordiaux pour ne garder que l’ennui. Par contre, ce substrat paraissait extrêmement solide, dur, dense, inaltérable, et pourquoi pas éternel !

thumb

Des prélèvements effectués au Nunavik dans le nord du Québec ont révélé un âge jamais atteint par aucun autre caillou sur Terre. Il serait âgé de 4,2 milliards, voire 4,3 milliards d’années alors que l’âge de la planète est estimé à 4,54 milliards d’années. C’est dire comment ces roches furent parmi les premières à apparaitre à la surface et à n’avoir jamais été recyclées ou totalement érodées.

1462

J’en ai parlé dans d’autres articles, au Québec le sol fait presque totalement partie du Bouclier canadien, une vaste étendue de roc solidaire issu du magma remonté près de la surface puis solidifié par lent refroidissement. C’est essentiellement du granit, une roche plutonique, c’est-à-dire qu’il ne s’est jamais produit d’effusion de lave. Le refroidissement du magma s’est effectué en profondeur, gardant ainsi une forme cristalline à plus haute densité.

Une datation précise et comparative avec les autres sites ailleurs dans le monde reste difficile. Dans le cas des roches du Nunavik, on y est allé avec la désintégration du samarium 146 aujourd’hui entièrement transformé en néodyme 142, un isotope stable.

DSC06852

Cette découverte confirme quelques hypothèses comme l’âge de la Terre ou une autre suggérant qu’elle était à ses débuts une immense boule en fusion, que les continents ont émergé du magma bien plus tôt qu’imaginé autrefois et que des croûtes toujours visibles ont résisté à toutes les conditions ayant mené à la disparition des autres continents. On peut donc étudier la composition chimique de ces roches maintes fois milliardaires afin de mieux comprendre les origines de la formation de notre globe et les mécanismes naturels qui l’ont alors façonné.

image3-121

Étrange qu’un si jeune pays soit si vieux et qu’émergeant tout récemment de la dernière période glaciaire, il laisse maintenant apparaitre son âge vénérable. Nous, habitants de ce lieu, sommes-nous influencés par le sol sous nos pieds ? Percevons-nous sa solidité à toute épreuve ? Nous inspire-t-il son calme, son assurance, sa patience ? J’aimerais croire qu’il en soit ainsi, que nous, humains vivant à sa surface, devenons plus solides et plus sages à son contact. Une force tranquille que rien ne peut faire disparaitre. Une assise maintes fois éprouvée, mais toujours bien ancrée. Est-il possible qu’on devienne de meilleurs humains si l’on vit sur un meilleur sol ? Nous imprègne-t-il de ses qualités intrinsèques ?

8-qc-101gaspesie.jpg

Le meilleur moyen de le savoir serait de lui poser la question. Il est probablement dur… d’oreille, mais je suis certain qu’il pourrait me répondre… à sa façon. Un rare petit séisme de faible amplitude pourrait constituer une bonne façon de me le confirmer.

Allez, Terre, dis-le-moi !

Mexico et les séismes

La ville de Mexico est une mégalopole sacrément mal foutue. Bien sûr, je n’entre dans l’équation ni le soleil brûlant, ni les sites archéologiques exceptionnels, ni les piña coladas glacés et encore moins les chicas bombées. Par contre, j’y inclus les plaques tectoniques, les volcans et le type de sol.

Mexico se trouve à la jonction de quatre plaques tectoniques : les Plaques pacifique, nord-américaine, des Cocos et des Caraïbes, en plus d’être influencée par la plaque sud-américaine pas très loin. Il va sans dire que les séismes y sont fréquents et particulièrement violents. Nous en avons eu un aperçu cette semaine avec une secousse sismique évaluée à 7,1 sur l’échelle Richter.

Le tamponnage ininterrompu de ces diverses parties de l’écorce terrestre engendre la Cordillère néovolcanique, une chaine de volcans actifs dont plusieurs entourent la cité. C’est le cas du célèbre Popocatepetl situé à seulement 70 km de la grande ville. Si le panorama qu’offrent ces montagnes environnantes est particulièrement grandiose, les images des buildings effondrés, des infrastructures pulvérisées, mais surtout des gens morts, blessés ou sans-abris, nous rappellent tristement que Mexico ne sera jamais une ville sécuritaire. Et ici, rien à voir avec les risques occasionnés par les gangs de malfrats de toutes allégeances.

Mexico n’est pas la seule ville au monde à avoir été construite en zone dangereuse, d’ailleurs j’ai déjà consacré un article à Naples, mais ce qui caractérise Mexico par rapport aux autres, c’est la nature de son sol. Du sable. Instinctivement, on aurait tendance à croire que les séismes seraient moins ravageurs dans ce type de sol semblable à un coussin absorbant que sur du roc solide qui vibre très facilement à la moindre secousse. Il faut comprendre que les ondes sismiques transportent l’énergie du séisme en partant de l’épicentre vers les zones environnantes. Cette énergie se dissipe comme les ondes d’une antenne émettrice. Un sol rigide comme le roc absorbe très peu l’énergie d’un séisme. C’est pourquoi l’onde de choc est ressentie à de très longues distances, mais très faiblement en chaque point du territoire affecté.

Un séisme d’intensité équivalente se propage difficilement dans un sol meuble. Ainsi, toute l’énergie du séisme se dissipe sur une très petite surface du territoire. Les ondes de choc sont stoppées net par le sable, causant une accumulation de l’énergie à cet endroit. Autour et proche de l’épicentre, le sol se liquéfie. Il ne devient pas liquide, mais le sable acquiert un comportement comparable à du liquide. Et tout le monde sait que des bâtiments ayant leurs assises sur un liquide ne resteront pas debout bien longtemps.

Le récent séisme de Mexico nous rappelle de façon tragique que l’humain d’aujourd’hui est incapable de réfléchir à long terme. Les peuples « primitifs » de la région ont, eux, construit des édifices capables de résister aux mêmes séismes, comme le prouve le site archéologique de Teotihuacan situé à moins de 40 km de la grande ville. Il nous faudra beaucoup d’autres preuves pour que nous finissions par admettre notre bêtise et celles de nos œuvres, si jamais on en arrive là. Peu d’individus survivront aux tares de l’humanité. Ne me traitez pas de pessimiste, je suis simplement un oiseau de malheur. Personne n’oserait prendre au sérieux ce satané volatile noir ! Personne ?