Brin de folie, brin de fourmi

Car le peuple n’est pas toujours aussi docile qu’ils aimeraient. Alors pour obtenir sa fidélité malgré leur cause inavouable, les Grands Manipulateurs inventent des causes et exacerbent des craintes afin d’obtenir en retour l’effort de guerre nécessaire et surtout la docilité inconditionnelle des populations qu’ils désirent faire travailler à l’atteinte de leurs objectifs.

Autrefois, les peurs inventées ou exagérées tournaient toutes autour de l’envahissement territorial. Ces craintes comportaient une matérialité dans des équations et des logiques simples à saisir. Si A survient, alors B sera sa conséquence. On pourrait résumer les conflits par le principe qu’il valait mieux envahir les autres en premier plutôt que de se faire envahir plus tard.

Aujourd’hui, ces projections simples sont devenues beaucoup plus complexes, car on parle plus rarement d’envahissement territorial, l’invasion se réalisant sans devoir occuper les lieux. Ainsi, les peurs à engendrer pour obtenir l’assentiment et les efforts de guerre de la population suivent l’évolution stratégique et technologique. Il n’y a pas encore si longtemps, les peurs carburaient aux communistes, aux socialistes, aux gauchistes et autres marxistes censés venir nous envahir. De nos jours, ces anciens ennemis se sont transformés en terroristes, en intégristes, en réfugiés, etc.

politique-migrants-honduras-etats-unis

Toutefois, les détenteurs des rênes du pouvoir, qu’ils soient d’hier ou de maintenant, n’ont pas changé leur objectif primordial, celui de poursuivre leur accumulation de richesses personnelles bien au-delà de n’importe quelle décence. Cependant, pour y parvenir, ils ont besoin de l’assentiment tacite des peuples qu’ils tiennent sous leur emprise et qui travaillent souvent à leur insu à les engraisser. La tactique toujours utilisée consiste à faire grandir leurs craintes en les gonflant artificiellement à partir de faits divers réels, mais souvent marginaux.

Demain, les Américains iront aux urnes pour les élections de mi-mandat. La dernière fois, je considère qu’il leur a fallu un brin de folie, pour ne pas dire une bulle au cerveau, pour élire un républicain de la nature de monsieur Trump. Cette fois-ci, ils auront eu deux ans pour réfléchir à leurs actes, nous saurons donc avec plus de précision ce que nos voisins ont vraiment dans la cervelle.

Autrefois un grand peuple, les Américains sont-ils devenus victimes de leur propre hégémonie qu’ils ont fait régner sur la planète? De folles fourmis aveugles au service de leur ploutocratie?

Dans quelques heures, nous en saurons un peu plus.

La frontière accueillante

Si j’avais prédit il y a vingt ans que le Canada deviendrait terre d’accueil par excellence pour certains individus résidant aux USA, je me serais fait jeter dans le feu pour hérésie.

Et pourtant c’est le constat depuis l’an dernier. La saison chaude encourage les Américains originaires de certains pays de demander l’asile au Canada en passant principalement par la frontière entre l’état de New York et le Québec.

C’est que le charmant président des États-Unis d’Amérique révoque des permis de séjour accordés à des réfugiés provenant de pays comme Haïti où ont sévi ouragans et tremblements de terre à répétition. Alors, au lieu de retourner dans leur misère, ils préfèrent se masser à nos frontières pour demander l’asile en demandant le statut de réfugié.

9a2ae436-e010-47e2-89cc-6e8b2cd9ea30_ORIGINAL

En travaillant ici, ils parviennent à ramasser suffisamment de sous pour envoyer de l’argent au reste de leur famille afin de rebâtir leur pays. Toutefois, pour eux cet exil n’est pas une punition. Ils sont très heureux d’habiter ici et espèrent amener le plus de gens possible de leur famille.

Avec les mesures sociales généreuses, ils espèrent donner la meilleure vie possible à leurs proches. Ce souhait, nous l’avons tous. Quoi de plus normal? Mais la terre d’accueil atteindra un jour ses limites. Alors, soit le tissu social se rompra, soit nous devrons mettre un terme à l’immigration des réfugiés afin de donner la chance à ceux qui sont arrivés avant les autres de contribuer de manière égalitaire à la richesse collective.

67e2bad47e84c56b0b23d9e25e9126983cbb9141

Depuis Pâques, les foules se pressent à nos frontières et le flot de réfugiés ne fait que commencer. Le Québec accueille plus que sa part des réfugiés qui boudent les autres provinces. Pour preuve, les chiffres de Statistiques Canada qui démontrent que depuis le début de l’année, 55 % des demandeurs d’asile ont choisi le Québec alors que nous ne composons que 23 % de la population du Canada.

D’une part, je suis heureux que le Québec soit considéré comme lieu par excellence pour être bien accueilli. J’espère seulement que nous avons et aurons les moyens de le rester.

Les photos ont été prises l’été dernier.

Photos :Ici Radio-Canada ; TVA Nouvelles  ; istoe.com.br

Une boite d’un nouveau genre pour un Boxing Day plus inspirant

Hier, c’était la fête de la boite ou de la taloche, selon le sens donné au mot « boxing ». Il invite les gens à ne pas oublier qu’ils sont d’abord et avant tout des consommateurs. Ici les magasins ouvrent leurs portes à 13 h. Afin de profiter des meilleures offres, certains individus font la file durant plusieurs heures, allant même jusqu’à apporter chaise pliante, doudou et thermos rempli d’on ne sait quel liquide ayant la fabuleuse propriété de rendre idiot.

Il fait actuellement -12 °C et -22 °C si on tient compte du facteur éolien. Ce n’est pas très froid pour cette période de l’année. Demain, le mercure frisera le -35 °C et le facteur éolien va donner l’impression que notre peau est soumise à un -45 °C. Mais ce -12 °C ne semble pas encore suffisamment froid pour briser la volonté ou l’entêtement ou la stupidité de ceux faisant le pied de grue devant les portes d’un magasin de bébelles.

En tant qu’humain, j’ai honte du comportement de mes semblables. Je ne saurai quoi dire aux extraterrestres lorsqu’ils me questionneront sur le sujet. Mettre ses orteils et ses lobes d’oreilles en gage dans le but de dépenser de l’argent pour un objet qu’on revendra peut-être immédiatement sur internet est, selon moi, le comble de ce que la société de consommation nous apporte. Évidemment, si on essayait de se procurer ces articles pour ensuite les donner aux moins bien nantis, ce serait un geste courageux et vertueux. Évidemment, aucun de ces consommateurs n’est empreint de cette bienveillante intention.

Nous avons accueilli durant ces derniers mois plus que notre part de réfugiés. Des gens qui, souvent, ont utilisé leurs derniers sous pour payer un taxi les amenant à l’un ou l’autre de nos postes frontaliers, pour fuir les purges du gouvernement étasunien qui veut retourner dans leur pays les gens accueillis durant ces dernières années.

Ce serait un beau geste de la part des propriétaires de magasins s’ils préparaient pour le Boxing Day un tas de boites remplies d’articles à l’attention des réfugiés nouvellement arrivés. Ce faisant, le Jour de la Boite prendrait un tout autre sens, un sens alliant charité et hospitalité, amour et entraide.

Les citoyens pourraient eux aussi contribuer en déposant leurs surplus de cadeaux dans ces commerces. Les boites se multiplieraient et enfin, le Boxing Day deviendrait aussi bien le jour des boites que celui de la taloche. Des taloches dispensées à la pauvreté, à la surconsommation et à l’égoïsme.

Si vous aimez l’idée, partagez ce lien.