Brin de folie, brin de fourmi

Car le peuple n’est pas toujours aussi docile qu’ils aimeraient. Alors pour obtenir sa fidélité malgré leur cause inavouable, les Grands Manipulateurs inventent des causes et exacerbent des craintes afin d’obtenir en retour l’effort de guerre nécessaire et surtout la docilité inconditionnelle des populations qu’ils désirent faire travailler à l’atteinte de leurs objectifs.

Autrefois, les peurs inventées ou exagérées tournaient toutes autour de l’envahissement territorial. Ces craintes comportaient une matérialité dans des équations et des logiques simples à saisir. Si A survient, alors B sera sa conséquence. On pourrait résumer les conflits par le principe qu’il valait mieux envahir les autres en premier plutôt que de se faire envahir plus tard.

Aujourd’hui, ces projections simples sont devenues beaucoup plus complexes, car on parle plus rarement d’envahissement territorial, l’invasion se réalisant sans devoir occuper les lieux. Ainsi, les peurs à engendrer pour obtenir l’assentiment et les efforts de guerre de la population suivent l’évolution stratégique et technologique. Il n’y a pas encore si longtemps, les peurs carburaient aux communistes, aux socialistes, aux gauchistes et autres marxistes censés venir nous envahir. De nos jours, ces anciens ennemis se sont transformés en terroristes, en intégristes, en réfugiés, etc.

politique-migrants-honduras-etats-unis

Toutefois, les détenteurs des rênes du pouvoir, qu’ils soient d’hier ou de maintenant, n’ont pas changé leur objectif primordial, celui de poursuivre leur accumulation de richesses personnelles bien au-delà de n’importe quelle décence. Cependant, pour y parvenir, ils ont besoin de l’assentiment tacite des peuples qu’ils tiennent sous leur emprise et qui travaillent souvent à leur insu à les engraisser. La tactique toujours utilisée consiste à faire grandir leurs craintes en les gonflant artificiellement à partir de faits divers réels, mais souvent marginaux.

Demain, les Américains iront aux urnes pour les élections de mi-mandat. La dernière fois, je considère qu’il leur a fallu un brin de folie, pour ne pas dire une bulle au cerveau, pour élire un républicain de la nature de monsieur Trump. Cette fois-ci, ils auront eu deux ans pour réfléchir à leurs actes, nous saurons donc avec plus de précision ce que nos voisins ont vraiment dans la cervelle.

Autrefois un grand peuple, les Américains sont-ils devenus victimes de leur propre hégémonie qu’ils ont fait régner sur la planète? De folles fourmis aveugles au service de leur ploutocratie?

Dans quelques heures, nous en saurons un peu plus.

Déboulonner les voyages dans le passé

En science, il existe une technique appelée «la preuve par l’absurde» qui permet de tester une hypothèse en la considérant comme étant exacte et en notant ce qu’elle engendre comme effets. Si ses conséquences sont absurdes, c’est-à-dire inverses à ce qu’on connait, l’hypothèse initiale ne tient pas la route.

Je vais donc appliquer cet exercice de pensée en considérant les voyages dans le passé comme étant possibles. Ensemble, nous allons me suivre à travers mon périple qui sera, vous verrez, passablement révélateur. 

Je me prépare donc à reculer dans le temps grâce à une machine qui dépasse la vitesse de la lumière. J’ajuste sur mon écran le bond que j’ai l’intention d’effectuer dans le passé.

julius-caesar---5-little-known-facts-about-his-death

Petite parenthèse avant le grand plongeon, dès le moment où je retourne dans le passé, peu importe l’époque, j’apparais dans un continuum-temps qui ne m’appartient pas. Ce faisant, je me matérialise dans ce passé, quel qu’il soit. Ainsi, je peux serrer la main de Gengis Khan, participer au meurtre de Jules César, souffler à l’oreille de Marie Curie qu’un élément chimique portera un jour son nom. Je peux même assister à la dernière explosion du supervolcan de Yellowstone. Mais je peux également retourner dans un passé récent et me rencontrer en personne. C’est donc ça que je m’apprête à faire.

kyle-bromley-kbromley-gh-17.jpg

J’ajuste ma machine pour voyager dans mon passé récent, très récent, vraiment très récent, une seule seconde de décalage par rapport à mon temps présent. Je me rencontre alors que mon double n’est plus jeune que d’une seconde. Oui, oui, si je peux côtoyer Jules César, je peux me côtoyer moi-même, peu importe le temps dans le passé. C’est la même logique, la même machine, le même principe physique. Tout les principes sont rigoureusement identiques.

Mais pourquoi se contenter d’un seul double, me dis-je alors? Et vous aussi, j’en suis certain. Je me prends (ça semble passablement narcissique) et je nous embarque dans ma machine à remonter le temps pour recommencer le processus. Une seconde avant le précédent saut. Moi et moi-même, nous rencontrons alors notre autre double et nous l’embarquons dans la machine à remonter le temps.

En reculant de 24 heures, seconde après seconde, je viens de créer 86400 copies de moi-même. En reculant d’un an, j’aurai créé plus de 31 millions de copies n’ayant pas plus d’un an de différence avec le moi d’origine. Et si j’ajuste le voyage dans le temps à seulement 1 milliseconde plutôt que 1 seconde, en un an je me serai créé 31 milliards de copies de moi-même. Je serais donc en mesure de peupler un Univers entier presque exclusivement composé de moi.

Agent-Smith-Matrix-Replicas-Drones

Je crois que je n’ai plus besoin d’en rajouter. Si un être quelconque dans l’Univers avait déjà eu la possibilité de reculer dans le temps, on vivrait déjà dans un Univers peuplé à l’infini de ses clones. Ses alliés indéfectibles n’auraient qu’un but, celui de couvrir toutes les sphères possibles et évidemment finir par tout contrôler, le passé, le présent et le futur. Ouais, c’est mon petit côté mégalomane qui parle, là.

Et puisque cet événement n’est jamais survenu… vous connaissez la suite et la conclusion de mon raisonnement par l’absurde pour prouver que les voyages dans le passé n’existent pas. CQFD.

Certains scientifiques croient que si on pouvait voyager dans le passé, on ne pourrait pas interagir avec celui-ci, un peu comme si on regardait une vidéo, donc, pas de clonage à grande échelle possible.Histoire-ComparaisonToutefois, c’est certain qu’on verrait une vague sans précédent de suicide d’historiens, soit parce qu’ils seraient devenus totalement inutiles, soit par honte d’avoir raconté autant de bobards et d’avoir si sciemment et fréquemment omis les véritables faits. Malheureusement, ils continueront de sévir encore longtemps puisque les voyages vers hier, c’est pas pour demain !

Photos :
thedailybeast.com ;
biography.com ;
dreamcatcherreality.com ;
wccftech.com ;
blogs.histoireglobale.com