La chouette

Tracer mes rêves à la plume
Autour de son corps d’enclume
Laissé sciemment martelé
Par mes yeux acier déclarés

Risquer le glacial frisson
D’une insoutenable humiliation
Cœur désireux devenu volereau
Au contact du velours de sa peau

Vivoter exalté par sa fragrance
L’illusoire à mante se joue du hère
Aphrodite relâche sa carnassière
Marmoréenne est sa substance

Imprégnée des charmes d’une fausse gosse
Elle noie en son for mes pensées d’Éros
Dans son monde cadenassé parallèle
Ma convoitise ne se rapproche du réel

Qu’aux rythmes courbes de ses formes
Dandinantes, cruelles, provocantes
Répertoire maitrisé de la bacchante
Je sens en moi monter l’homme

 

© Mathis A. LeCorbot
Peinture : Paul Gauguin 1896 – Te Arii Vahine

Les 7 jours d’une grippe d’homme

On dit souvent que les hommes ressentent la grippe différemment des femmes. Si aptes à endurer des douleurs physiques aiguës, ils semblent pourtant incapables d’affronter honorablement cette maladie qui, sommes toutes, reste dans la très grande majorité des cas relativement banale aux conséquences mineures et aux séquelles plutôt inexistantes.

Plusieurs personnes avancent des explications d’ordre psychologique. Il n’en demeure pas moins que ce comportement de la gent mâle semble répandu, pour ne pas dire généralisé. Il transcende les générations, les cultures et les époques. Aujourd’hui, je n’apporterai pas ma contribution personnelle à l’édifice théorique, mais puisque je termine actuellement une grippe… d’homme, ma mémoire est fraiche pour vous rapporter assez fidèlement mes impressions des sept derniers jours. Voici donc la petite histoire de ma grippe d’homme en sept phases, une pour chaque jour.

Jour 1 —J’ignore — Le déni

La gorge me pique, j’ai de légers étourdissements, je sens un bandeau m’enserrer la tête, je frissonne occasionnellement, mais ce n’est pas la grippe. Tout au plus une irritation de la gorge par un polluant quelconque, la grippe, c’est pour les autres. Je pars travailler comme à l’habitude ce serait idiot de rater une journée de travail pour une simple supposition certainement fausse. Plusieurs personnes au bureau s’absentent ces temps-ci pour soigner une grippe, mais je refuse catégoriquement de relier ces cas à mes symptômes. Et même si j’ai effectivement chopé un virus, je suis fort et en santé, ça va passer rapidement.

Jour 2 —Je suis capable — L’optimisme

Je me rends à l’évidence, c’est bien une grippe. Une toute petite grippe, une grippette de rien du tout. Ça va passer tout seul si je fais attention. Je poursuis mes activités normales, mais je m’abstiens de faire des folies. Je me couche un peu plus tôt pour m’aider à guérir. Ainsi, je n’aurai pas besoin de prendre des médicaments, surtout que la grippe, on en soigne seulement les symptômes, alors je vais les endurer le temps qu’ils passent. Les symptômes changent rapidement et pas pour le mieux, je vis probablement l’apex de la maladie, demain ça ira mieux et je dirai adieu aux papiers-mouchoirs.

Jour 3 —Je ne suis pas capable — Le réalisme

La vache, elle est en train d’avoir ma peau. Je ne parle plus de symptômes, mais d’abominations. Ça ne fait que quelques jours et déjà je pense à un combat perdu d’avance. Je ne saurais nommer une seule partie de mon corps exempt de douleurs. Mon nez se compare à la fontaine de Trévi et mon gosier à du fil barbelé. Ma tête a cessé de fonctionner au moment où la pression interne a fait sauter les valves à idées. Je dévalise la pharmacie du coin et en rapporte tout objet dont l’étiquette comporte le mot «grippe». En arrivant à la maison, je prends une dose de tous les produits pour ne pas avoir à choisir et risquer de rater le meilleur. L’appel du lit est ma nouvelle vocation. J’y plonge en espérant m’en extirper plus en forme dès demain matin.

Jour 4 —Je ne suis plus capable — L’abandon

Il n’y a plus aucun espoir. C’est fini. La grippe fera une autre victime. Je ne sors de mon lit que pour remplir ma gourde et vider ma vessie. La chambre est jonchée de papiers-mouchoirs, d’emballages de médicaments et de désespoirs. Bien drogué, mes courbatures sont heureusement moins pénibles, mais les éternuements et les quintes de toux demeurent ininterrompus. Je regarde ma vie et je la trouve moche, inutile, misérable. Je dors et au réveil je me rendors. Si on m’avait dit que l’humain vivait cela, j’aurais refusé de naitre. Je peux me battre contre n’importe quel adversaire de ma taille, et même plus grand, mais pas contre ces guerriers microscopiques tortionnaires dénués de la moindre pitié.

Jour 5 —Je vais mourir — La fatalité

Seule consolation, l’agonie sera de courte durée, mais entretemps je dois encore subir cette torture incessante. J’ai perdu tout appétit ainsi que mon humanité. Je ressemble à une loque, à un zombie, à un ver de terre. Parce que j’ai vidé la réserve, je dois recycler mes papiers-mouchoirs et ça ne me dérange même pas. Mes seules occupations conscientes sont de boire de l’eau et d’uriner, je mange également quelques chips. Tant qu’à mourir, j’exauce mes dernières volontés. Du côté de la gorge, il y a amélioration, mais je mouche mes poumons et mon cerveau. Décérébré, foutue façon de crever. Mon seul exercice intellectuel encore possible, je peux encore prévoir mes flatulences. Ça m’encourage à penser que ma fin approche.

Jour 6 —Je survis — Une lueur d’espoir

Y aurait-il une vie après la grippe? J’ai mieux dormi que les nuits précédentes, d’épuisement, très certainement, mais au réveil j’ai un peu perdu de ce misérabilisme caractéristique des derniers jours. Mes savates trainent moins lourdement sur le parquet. Mon dos a un peu perdu de son quasi modo. Mon nez coule encore, mais la grande inondation semble vouloir se tarir. Je redécouvre la signification du mot appétit et même le sens de dévorer. Mes cinq sens n’affichent plus leur pancarte «hors d’usage». Je présume toutefois avoir plus d’énergie que la réalité et je redécouvre mon lit assez tôt dans la journée. Malgré ce début de journée en pétard mouillé, une flamme semble s’être toutefois rallumée au plus profond de mon organisme. Il ne me reste qu’à la protéger et à la faire croitre.

Jour 7 — Je prends du mieux — Le retour graduel à la normale

Malgré un sentiment de faiblesse toujours présent, mais grandement atténué, je réussis à vaquer à mes occupations plutôt normalement. Bien sûr, je me déplace encore avec ma boite de papiers-mouchoirs et ma bouteille de sirop contre la toux dans les mains ou les poches, cependant les quintes deviennent de plus en plus espacées. J’ai l’idée d’aller m’acheter un t-shirt avec l’affirmation suivante imprimée dessus: «J’ai survécu à la grippe». Je me retiens, car cette intention me semble encore prématurée, une rechute est si vite arrivée! Alors je m’abstiens malgré le sentiment de fierté d’avoir échappé de justesse à la grande faucheuse. Ça semble exagéré et pourtant je ne donnais pas cher de ma peau lorsque j’étais au plus mal. Vivre avec un bras coupé me semblait moins catastrophique que d’endurer cet ennemi invisible encore plusieurs jours. La nature est bien faite, malgré tout. Ces bestioles nanométriques semblent connaitre notre niveau de tolérance maximal qu’ils atteignent sans toutefois l’outrepasser. Bien entendu, s’ils tuent leur hôte, du même coup ils se suicident, une stratégie perdante qu’ils tentent certainement d’éviter. Le soir du septième jour, j’obtiens une preuve concrète de mon rétablissement en cours, je me sers un glencairn de scotch que je parviens à déguster, le coup de grâce donné à l’ennemi, l’état de grâce pour le survivant.

Ça se précise encore plus

Je sais, je m’étais promis de foutre la paix aux climatosceptiques afin d’entamer la phase de préparation aux catastrophes. Puisqu’il ne subsiste aucun doute sur la direction prise et conservée par l’humanité depuis ces deux derniers siècles, vous avez le choix entre le précipice ou le mur de pierre, je ne voyais plus aucun intérêt à discuter du sujet. On devra faire face à notre incurie collective et ça va brasser, croyez-moi ! Mais en tombant sur ce communiqué de presse, je n’ai pas pu résister à la tentation de vous en faire part.

La suite de l’article est directement tiré du site web du gouvernement du Canada et concerne l’Antarctique.

7e080c8439_112555_grotte-antarctique-vie

Communiqué de presse

Le 24 septembre 2018 – Gatineau (Québec)

La température de l’eau de mer près de l’Antarctique augmente, selon une nouvelle étude réalisée par une équipe de scientifiques d’Environnement et Changement climatique Canada et une de leur collègue du Scripps Institution of Oceanography, aux États-Unis.

Leurs conclusions, publiées aujourd’hui dans la revue Nature Geoscience, sont les premières à montrer que le réchauffement de la température de l’océan Austral au cours des dernières décennies résulte directement – et principalement – d’une hausse des émissions de gaz à effet de serre causées par l’homme. La diminution des niveaux d’ozone atmosphérique liée au trou dans la couche d’ozone contribue également au réchauffement.

Les scientifiques ont combiné une analyse de toutes les données historiques existantes et un modèle informatique de pointe mis au point par Environnement et Changement climatique Canada. Ils ont également conclu que les eaux près de l’Antarctique deviennent moins salées, ce qui concorde avec la modification connue des régimes de précipitations dans l’hémisphère Sud.

 

Citations

« Notre étude montre que l’augmentation de la température et la diminution de la salinité observées dans l’océan Austral sont causées par l’homme, qui est responsable de l’augmentation des gaz à effet de serre et de l’appauvrissement de l’ozone stratosphérique. Il est important de comprendre les changements qui s’opèrent dans l’océan Austral, car ce dernier joue un rôle clé dans le bilan thermique de la Terre et l’absorption du carbone, et les glaciers qui le recouvrent peuvent avoir un impact sur la hausse du niveau de la mer. C’est la première fois que l’influence séparée de la hausse des émissions de gaz à effet de serre et de l’appauvrissement de l’ozone stratosphérique a pu être détectée dans l’océan Austral. »

– Neil Swart, chercheur, Environnement et Changement climatique Canada

Faits en bref

  • L’océan Austral s’est réchauffé deux fois plus rapidement que la moyenne de l’océan mondial.
  • La hausse des gaz à effet de serre est le principal facteur responsable des récentes augmentations de la température et diminutions de la salinité de l’océan Austral.
  • L’appauvrissement de l’ozone contribue également au réchauffement de l’océan Austral et à la diminution de sa salinité. Cependant, étant donné que le rétablissement de la couche d’ozone est en cours grâce au Protocole de Montréal, on prévoit une diminution de l’incidence de l’ozone sur l’océan Austral.
  • Du 19 au 21 septembre 2018, le Canada a été l’hôte d’une réunion des ministres du G7 pour discuter de l’action climatique mondiale et de la santé des océans du monde.

 

antarctique_sizedLien : https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/nouvelles/2018/09/la-hausse-de-la-temperature-de-leau-de-mer-pres-de-lantarctique-est-causee-par-les-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-et-lappauvrissement-de-lozone.html

 

Une histoire d’univers parallèles

Aujourd’hui je vous présente une histoire maintes fois reprise sur la toile tendant à prouver que des univers parallèles existent. À la fin de cet article, je vous donne mes raisons pour lesquelles cette histoire devrait être crue ou, au contraire, être considérée comme un canular.

SE.161_Languedoc_LeB_1951

L’inconnu venu de… de… ?

Aéroport de Haneda, Tokyo, 1954. Un homme caucasien d’âge moyen portant des vêtements élégants se présente aux douanes après son vol en provenance d’Europe. Il explique en être à son troisième voyage d’affaires à Tokyo cette année. Sa langue maternelle est le français, mais il parle correctement le japonais et plusieurs autres langues. Son sac de voyage contient des billets de banque de plusieurs pays, confirmant ses habitudes de grand voyageur.

Mens-Double-breasted-Vested-Suit-25525.jpg

Jusqu’ici, rien de bien étrange jusqu’à ce qu’il réponde à la question sur son pays d’origine et présente son passeport. Il affirme provenir d’un pays appelé Taured, ce que son passeport maintes fois estampé de visas variés semble confirmer. Les agents lui répondent qu’aucun pays au monde ne porte ce nom. L’individu situe pourtant Taured entre la France et l’Espagne.

andorre

Il dit avoir un rendez-vous d’affaires avec une compagnie dont le nom n’apparait nulle part dans les différents registres japonais. Par contre l’hôtel où il devait résider existe bien, mais celui-ci ne retrouve aucune trace d’une réservation au nom du monsieur. Le nom de la banque nippone apparaissant dans son calepin n’a jamais existé.

L’homme croit avoir affaire à une farce élaborée et se moque des agents qui lui pointent sur la carte la Principauté d’Andorre, le lieu probable du pays qu’il s’entête à nommer Taured. Il jure n’avoir jamais entendu parler d’un pays nommé Andorre. D’après lui, Taured correspond bien à l’actuelle Principauté d’Andorre, mais le pays se nomme Taured depuis plus d’un millier d’années.

Andorra_Map

Les douaniers décontenancés le logent pour la nuit sous bonne garde dans un hôtel proche tout en conservant ses papiers dans une salle sécurisée de l’aéroport, le temps de savoir quoi faire avec cet énergumène venant d’un pays inconnu, mais muni d’un passeport et d’un permis de conduire prouvant le contraire.

Le matin suivant, l’homme s’est volatilisé alors qu’il n’a pas pu quitter sa chambre fortement gardée. Pire, tous ses effets personnels et même ses papiers laissés en sécurité à l’aéroport ont subi le même sort. C’est comme si toute cette affaire n’avait jamais existé.

Les douaniers n’ont écrit aucun rapport officiel sur cet événement, ce qui rend sa véracité suspecte. Toutefois, il aurait été surprenant qu’ils fassent exprès pour faire des fous d’eux-mêmes. Cependant, cette histoire remontant à 1954 semble avoir été oubliée jusqu’en 1981 où elle apparait dans le livre The Directory of Possibilities. Ni le nom de l’individu, ni la compagnie aérienne, ni le numéro du vol, aucune information permettant des recherches ne semblent avoir remonté jusqu’à nous.

many_worlds

Preuve d’univers parallèles ou tentative pour nous y faire croire?

Cette histoire est reprise des tas de fois sur internet, principalement sur des sites ésotériques où l’existence d’univers parallèles est défendue avec convictions.

Je n’ai rien contre le concept d’univers évoluant dans des dimensions parallèles, j’en ai contre le parallélisme des histoires de ces mondes. Dans tous les exemples répertoriés, on nous présente des mondes quasi identiques mis à part quelques détails. Je vais expliquer pourquoi cet élément constitue le talon d’Achille de ces histoires.

La divergence

Il faut savoir distinguer des univers parallèles et des histoires d’univers parallèles.

Dans cette histoire, Taured existe depuis plus de 1000 ans. L’univers parallèle serait donc au moins aussi vieux. Cela signifie que les deux mondes, le nôtre et celui du voyageur, ont eu le temps de diverger depuis autant d’années. Puisque le hasard ne peut s’appliquer de manière identique dans deux univers et que nous sommes sous l’emprise des lois du hasard, de légères différences seraient apparues dès l’apparition de l’univers parallèle. Celles-ci auraient entrainé quelques changements qui se seraient additionnés à de nouvelles variations pour créer des réalités de plus en plus divergentes.

Exponentielle est la divergence

Tous les systèmes cumulatifs créent des divergences exponentielles entre eux. En mille ans, les différences accumulées auraient créé un monde si différent qu’on ne reconnaitrait plus qu’il provient du nôtre. Ce ne sont donc pas quelques différences superficielles, mais bien des univers totalement différents qui nous apparaitraient après mille ans de divergences.

Exponentielle.png

Le saut interunivers

Je ne réfute pas la probabilité de sauter d’un univers à un autre. Par contre, le fait qu’un seul individu voyageant en avion en compagnie de centaines d’autres se soit retrouvé aspiré par le nôtre m’apparait pour le moins suspect. Qui plus est, ses bagages l’auraient miraculeusement suivi dans ce saut. Pour un heureux hasard, c’en est tout un! À croire que l’inanimé possèderait une conscience capable de suivre son maitre. Avoir su, je n’aurais jamais perdu un seul bagage lors mes voyages en avion. J’avais juste à leur demander gentiment de me suivre partout où j’irais.

La disparition

D’autre part, comment interpréter sa disparition de la chambre d’hôtel et celle de ses papiers à l’aéroport? Un nouveau saut parfaitement bien synchronisé qui l’aurait ramené dans son monde, lui, ses bagages et ses papiers? Peut-être ont-ils subi un anéantissement pur et simple à cause d’une incapacité de subsister ici? Pourquoi alors cette disparition serait survenue durant la nuit et pas avant à l’aéroport?

maxresdefault-3

1954 et 1981

Les 27 ans séparant les faits de leur publication me rendent suspicieux. On ne peut remonter dans les archives des compagnies aériennes de l’année 1954 où le transport aérien était bien différent d’aujourd’hui et les ordinateurs quasi inexistants. Cette histoire manque cruellement de détails et on ignore par qui et comment elle a pu avoir été transmise durant ces 27 ans.

Taured vs Andorre

La création d’Andorre date de l’année 780 et son paréage a eu lieu en l’an 1278 grâce à Charlemagne. Les origines présumées de Taured concordent donc avec celles d’Andorre. Cependant ce millénaire de divergence pose le problème inverse, celui de la trop grande ressemblance. Le terme Taured pourrait provenir de l’arabe [t’awr] signifiant montagne, parfaitement compatible avec le paysage de cette plus petite principauté d’Europe nichée dans les Pyrénées.

Cette divergence somme toute mineure paraitra plausible aux yeux des gens. Petit territoire, petite histoire, petite divergence qui ne remettent pas en cause les ressemblances conservées entre les deux univers. Mêmes pays mis à part le nom Taured, mêmes monnaies, mêmes langues, mêmes types de transport, tout est semblable à quelques exceptions près. Andorre recyclée en Taured ne choquera pas la sensibilité de la majorité des lecteurs. Pourtant, c’est justement cette trop petite différence entre les deux mondes qui rend cette histoire plus que suspecte.

Mon verdict

Pour ces raisons, je considère cette histoire inventée de toute pièce, son auteur commettant la même gaffe que presque tous les autres créateurs de mondes parallèles (Fringe, Sliders) qui s’entêtent à engendrer des mondes trop semblables, trop crédibles pour être véridiques. Mais aux yeux des spectateurs et des lecteurs, les histoires trop divergentes perdraient tout intérêt.

Et comment réussir à nous faire croire à l’existence d’univers parallèles sinon en nous présentant des histoires quasi parallèles? Certainement pas avec une probabilité bien plus réaliste, celle d’univers très divergents! Comme quoi, il est facile de se faire duper si on omet d’analyser tous les détails d’une histoire.

Divergence

À trop vouloir une histoire crédible…

Ici, l’erreur est récurrente et commune à presque toutes ces prétendues preuves, les auteurs créant des histoires trop parallèles pour des univers parallèles, car ils se fourvoient entre le parallélisme d’existence et le parallélisme événementiel impossible à préserver, car il est en partie mu par le hasard et rapidement l’histoire divergera exponentiellement avec le temps qui passe.