La paix du Corbot

Ça devrait en surprendre plus d’un à la lecture de certains des articles de ce blogue, mais le noir volatile atteste qu’il a enfin trouvé la paix. Difficile de le croire ?

Ouais, bon ! Je vous l’accorde, ce n’est pas la paix totale ni béate ni heureusement la paix éternelle. Certainement pas la paix amoureuse, celle-là ne surviendra probablement jamais, mais j’ai quand même atteint une forme de paix, la paix d’esprit entourant mon rôle social.

Lorsque je voyais la planète se déglinguer, aucun individu sensé ne pouvait laisser ce massacre s’accomplir sans lutter. Le problème est que la guerre était perdue d’avance puisque personne ne voulait combattre. Seule une lutte victorieuse aurait permis à l’humain de survivre et tout le monde s’en est foutu.

Après l’inévitable ahurissement, la déprime tout aussi inévitable m’attendait de pied ferme. Chacun d’entre nous avait le devoir de collaborer à la hauteur de ses moyens et de ses talents. Rien n’a été fait, sauf se donner bonne conscience pour s’en être désintéressé en triant ses recyclables. Wow ! Quel merveilleux accomplissement ! Quels actes héroïques dignes des plus grands champions ! Jeter des « jenveuxpu » dans un bac vert en plastique plutôt qu’une poubelle grise en métal pour qu’ils se retrouvent quand même dans un dépotoir ici ou en Malaisie. Tout un exploit ! Et après on se demande pourquoi on va crever ! L’histoire n’est même pas pathétique, elle est loufoque.

LeCorbot-1337

Être pris entre les mâchoires de l’étau qui se resserrait incessamment me tuait à petit feu. Le maxillaire fixe du froid outil, les humains indolents, imperturbables, inactifs. Et la mandibule, notre système, les industriels, les politiciens qui rapprochent les deux pièces de métal l’une contre l’autre en écrasant tous ceux qui osent se placer entre les deux.

Même les esprits les plus fins, les plus respectés, les plus populaires n’ont pas tenu le coup. Al Gore, David Suzuki et mon compatriote Hubert Reeves, ils ont tous baissé les bras et pavillon. Ils ont jeté l’éponge, la serviette et les armes. Ils ont plié bagage et l’échine. Ils ont mis le genou par terre. Ils ont consciemment ou inconsciemment abandonné leur lutte, car inutile, car impossible. Aucune victoire, aucun progrès, aucun désir perçu, aucun plan valable mis en œuvre, aucun accord respecté, c’est l’échec le plus cuisant de toute l’histoire de l’humanité.

Et malgré cette décrépitude, ou peut-être à cause de celle-ci, j’ai atteint un moment d’intense compréhension du rôle de l’humain sur terre et dans l’univers. Cela m’a suffi pour cesser de me préoccuper de son avenir. D’une certaine façon, une illumination comme j’en ai eu peu dans ma vie. J’ai compris le véritable rôle dévolu à l’humain et il n’a rien en commun avec nos prétentions, nos désirs, nos espoirs ou nos ambitions, j’oserais dire heureusement.

On rêve de conquête spatiale alors qu’il nous est impossible de supporter la microgravité, le vide, le froid spatial, les tempêtes solaires, les particules cosmiques, le temps. On rêve de voyages intersidéraux qui nécessiteraient un recyclage de 100% de toutes nos ressources, y compris nos déjections et nos dépouilles alors qu’on est incapables de mettre le plus petit système fonctionnel ici sur le plancher des vaches où nous possédons tout pour réussir. Il faudrait vivre en vase clos dans un espace restreint et exigu durant des milliers d’années alors qu’il nous est absolument impossible de supporter un voisin à trois maisons de la nôtre.

LeCorbot_1338

On renverra des gens sur la Lune et on plantera même des drapeaux sur Mars. Mais après, on fera quoi ? Où ira-t-on ? Voudrons-nous toujours nous étendre au-delà des limites de la Terre lorsque les astronautes mourront comme des mouches et les survivants développeront des maladies incurables, qu’ils deviendront aveugles, que leurs os se casseront comme du verre, que leur cœur fera patate, que leur cerveau se mettra à leur jouer de très mauvais tours ? Continuerons-nous d’envoyer des équipages dans l’espace lorsque nous perdrons tout contact avec ceux qui s’y seront déjà aventurés ? Continuerons-nous de nous préoccuper des astronautes partis depuis des siècles alors qu’on oublie de visiter nos parents ?

La conquête de l’espace au-delà de notre petit système solaire n’est pas de notre ressort. Nous ne sommes pas constitués pour ce genre de mission, quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse. Le transhumanisme ne nous sauvera pas, car viendront rapidement d’autres solutions bien plus intelligentes et efficaces. Par contre, et voilà comment la situation devient ironique, ces solutions viendront de nous-mêmes, les humains. Elles ne consisteront pas à développer des techniques et des équipements pour nous aider à voyager loin dans l’espace. À cause de notre biologie, notre véritable place ne peut être que sur Terre.

Cependant, si nous sommes incapables de prendre soin de nous-mêmes ici et maintenant, la situation actuelle le prouve, nous risquons fort également de rater cet ultime objectif.

Le calme dans ma tête se préparait depuis un certain temps. Ma paix intérieure découle de différents constats. J’ai compris qu’il était inutile de stresser à propos du sort de l’humanité. Qu’elle réussisse ou non à respecter son ultime engagement, qu’elle disparaisse parce qu’elle a failli à ses devoirs essentiels envers elle-même, envers les autres espèces et envers la planète, qu’elle gagne ou perde, qu’elle agisse en idiote ou en sage, notre sort ne fait simplement pas partie de l’équation finale. Se faire disparaitre ne serait pas si pathétique si nous n’entrainions pas des milliers d’autres espèces dans la foulée. Elles ne méritent pas de s’éteindre alors que nous, nous méritons bien pire que l’extinction.

Je sais, tout ceci reste ambigu si vous ignorez quel est ce fameux ultime mandat. Je l’ai récemment écrit, je vous invite donc à le lire en suivant cet hyperlien ainsi les deux articles qui le précèdent (partie1 et partie 2). En substance, sachez qu’en ayant synthétisé des décennies d’informations en une seule fonction logique, mon esprit s’est enfin apaisé.

LeCorbot_1339.jpg

Imaginez un jongleur jouant avec des centaines de quilles toutes différentes. Tant qu’il jongle, il est incapable de se reposer et il continue de jongler, car il lui manque la réponse à l’ultime question qui est de savoir quoi faire avec les quilles. Comment s’agencent-elles ? Puis, vient l’illumination. Tout se clarifie, l’acrobate sait maintenant comment les organiser. Il les place par taille, par matériaux, par couleurs, par symboles gravés sur leur ventre. Le jongleur peut cesser de penser, il rattrape chacune des quilles, il les place au sol pour enfin contempler son œuvre. Bien sûr, d’autres combinaisons pourraient exister et l’acrobate en est pleinement conscient, mais celle-ci lui plait suffisamment pour le convaincre de cesser sa quête, de se reposer avant d’entamer un nouveau défi d’une tout autre nature.

Voilà où j’en suis. Je n’ai plus à me préoccuper d’informer la population, d’éduquer mes proches, d’alerter l’humanité, de la défendre contre les bonzes et aussi contre elle-même, de m’en inquiéter outre mesure, de hurler l’urgence d’agir. Tout ce qui me tuait à petit feu a disparu. Et tout ce stress existait parce que j’étais resté anthropocentrique. J’avais considéré l’humain comme la pièce maitresse de l’échiquier alors qu’il n’est que le fou. L’univers peut donc le sacrifier afin d’obtenir sa victoire, une victoire qui, lorsque la partie se termine, que le fou soit resté sur l’échiquier ou qu’il ait été bouffé au cours du combat, qui s’en soucie ?

Certains d’entre vous penseront qu’un tel article vise justement à vous alerter, contrairement à ce que j’affirme. D’autres diront que j’abandonne en cherchant à me justifier. J’essayerai de répondre à ces muettes questions et aux commentaires que vous voudrez bien me laisser dans un prochain article.

Mort sur Mars

La NASA a rendu la nouvelle officielle. Mars est devenue une fois encore le cercueil d’un non-humain. Vous vous dites qu’ils ont peut-être vu un autre écrasement d’ovni à sa surface? Hum! Pas certain. Lisez la suite.

En 2004 atterrissaient sur la planète rouge deux robots mobiles de 185 kg aux noms prometteurs de Spirit et Opportunity. Leur mission de trois mois visait principalement à déterminer l’histoire de l’eau sur Mars. Trouver des traces de la présence ancienne de cet élément à l’état liquide permettrait de comprendre l’évolution de la planète, dont la façon et le moment où cet élément essentiel à l’apparition et au maintien de la vie aurait disparu.

150325122427-mars-opportunity-spirit-rover-super-169

Un programme de 90 jours qui s’est vu maintes fois rallongé, car les robots continuaient de bien fonctionner, et ce malgré la dégradation de leur source d’alimentation, leurs panneaux solaires. Le vent martien charrie de fines particules de roche qui se collent et s’insinuent partout, réduisant d’autant la capacité des cellules voltaïques à transformer les photons solaires en énergie électrique.

Prévu pour parcourir une distance de 600 mètres, Spirit est tombé au combat en 2010 après avoir avalé 7,7 kilomètres durant six années de dur labeur. Jusqu’à tout récemment, Opportunity fonctionnait encore très bien et avait parcouru plus de 45 kilomètres. Mais ce qui devait arriver voilà quatorze ans est finalement survenu. Le petit robot n’a pu trouver suffisamment d’énergie pour remettre en route ses ordinateurs et ses équipements de travail.

apres-ans-odyssee-curiosity-sur-mars-heure-verite.jpg

Durant l’hiver martien, les robots privés du soleil sont obligés de se placer en mode « sommeil » jusqu’à ce que leurs panneaux solaires viennent recharger les accumulateurs. Mais cette procédure n’est pas sans risques. Le froid abime les composantes et chaque réveil s’avère complexe et plus qu’incertain. C’est pourquoi les revers n’étaient pas censés traverser leur premier hiver malgré une conception qui n’avait pas négligé cette éventualité.

Opportunity en a traversé quatorze avant de succomber à son quinzième hiver. C’est un exploit peu commun qui démontre notre capacité de bien faire les choses lorsqu’on s’en donne sincèrement la peine. Concevoir et mettre au point des appareils de qualité en de courts laps de temps et surtout avec des budgets modestes, la NASA en a fait une vocation et avec ces deux baladeurs martiens, elle a pleinement rempli sa mission.

636655166187056052-AP-Space-Mars-Rover

Après plusieurs mois d’échecs à réanimer le robot, les opérateurs ont baissé les bras et finalement déclaré Opportunity définitivement inopérant. Il reste évidemment toutes les données recueillies qui continueront d’alimenter les scientifiques durant des décennies, mais la mission MER (Mars Exploration Rover) se termine sur un sentiment pleinement mérité d’avoir dépassé tous les espoirs en ayant fait progresser nos connaissances en planétologie de manière exceptionnelle.

Bravo à toute l’équipe de MER! À l’instar de vos deux scouts, vous méritez amplement de vous reposer enfin.

mars-planet

Et si cette mort n’était qu’un très long et profond sommeil? Se pourrait-il qu’un jour, Opportunity redonne signe de vie?

Si cela devait survenir dans peu de temps, nous serions certainement surpris, étonnés, mais pas ahuris. Tandis que si le réveil s’effectuait alors que l’humanité ne possède plus la trace de cette mission passée, penserions-nous qu’un engin extraterrestre tente de communiquer avec nous?

Je souhaite qu’une telle chose survienne, ne serait-ce que pour nous déstabiliser, car l’humain n’est jamais meilleur que lorsqu’il est confronté à l’étrange.

Devon

L’ile Devon n’est pas une nouvelle destination vacances. Bien peu de gens la connaissent parce qu’elle se situe tout au nord du Canada dans les territoires du Nunavut. C’est la plus grande ile inhabitée de la planète. Alors que peut bien receler cette ile pour qu’on en parle ces temps-ci ?

En réalité, elle fait parler d’elle depuis 1999 dans certains milieux scientifiques. C’est là que la NASA effectue certaines expériences lorsqu’elle a besoin de simuler l’environnement de Mars. Lorsqu’on effectue un survol de ces terres désolées, on voit très bien la ressemblance avec la petite sœur de la Terre.

Vidéo 1:22 min

Mais actuellement, il existe une autre raison pour laquelle ce milieu désertique est populaire. Des scientifiques ont par hasard découvert le premier lac sous-glaciaire canadien. Il existe dans le monde près de 400 de ces lacs dont le plus célèbre est probablement le lac Vostok en Antarctique, mais celui de l’ile Devon est très particulier.

Il est fait d’eau hyper chargée en sels minéraux, ce qui pourrait la faire ressembler à l’eau contenue sous la croûte glacée d’Europe, l’énigmatique lune de Jupiter. En étudiant cette eau, elle pourrait peut-être nous donner des indices sur la faune vivant sous la glace d’Europe.

ob_cb2c00_yb399w0xsvns7w1ekj3ho4d6jgw-957x459

Due à la pression de la glace, la température de l’eau du lac de l’ile Devon avoisinerait les -10 °C même si elle reste à l’état liquide. Ce deuxième critère de ressemblance possible avec les eaux d’Europe encourage et excite les exobiologistes.

EuropeLune

Cela fera pour l’ile Devon une raison supplémentaire pour recevoir en été de nouveaux scientifiques. Comme quoi les terres désolées ne sont pas si inutiles qu’elles peuvent sembler.

Les conspirationnistes affirment que jamais personne n’a envoyé de rovers sur Mars et que toutes les images proviennent de l’ile Devon. Je leur répondrais qu’ils ne sont certainement pas des rocket scientists (intellos, nerds) pour oser avancer de telles affirmations sans aucune preuve, constat ou observation autres que leur scepticisme. Qu’importe, puisque ce sont les mêmes qui prétendent que la Terre est plate. La seule chose qui est plate est l’étendue infinie de leur désolante ignorance.

Falcon Heavy vs Big Falcon Rocket

Elon Musk a de quoi se réjouir. Sa nouvelle fusée Falcon Heavy a réussi hier son vol d’essai quasiment à la perfection. Cette fusée s’avère être un assemblage de trois fusées Falcon 9 mises en sandwich dont celle du centre est surmontée d’un deuxième étage et de sa coiffe transportant la charge utile. Ainsi, cette fusée munie de 27 moteurs Merlin a envoyé vers Mars le roadster Tesla de l’excentrique milliardaire.

Les deux fusées auxiliaires sont revenues se poser au cap Canaveral presque simultanément. Ce fut tout un spectacle de voir ces atterrissages contrôlés. Par contre, Spacex a cessé de diffuser avant qu’on sache ce qui est advenu de la fusée principale. Elle était censée atterrir comme ses deux autres sœurs, mais sur une barge en mer puisqu’en propulsant plus longtemps la charge utile, le retour sur la terre ferme devenait impossible. Cependant, dans le passé, cette opération s’est fréquemment déroulée sans incident.

Je vous propose de regarder la vidéo du lancement de la fusée Falcon Heavy survenu hier. Si vous n’avez jamais assisté à un lancement d’une fusée de la compagnie Spacex, ne boudez pas votre plaisir et regardez les données de vol, vitesse et distance, retransmises jusqu’à la mise en orbite. C’est fascinant. Vous aurez aussi l’occasion de voir la Tesla rouge une fois en orbite qui joue « Space Oddity » du regretté David Bowie.

Préparatifs et lancement du lanceur Falcon Heavy

Lancement de la fusée Falcon Heavy : Aller à 21min30s
Atterrissage des deux fusées auxiliaires : Aller à 29min30s

L’idée est de faire un peu comme la navette spatiale, de la récupération d’équipement pour diminuer les coûts de lancement. On peut remarquer que cet exercice reste périlleux. Toutefois, il est déjà certain que Musk a gagné ce pari. Les autres lanceurs auront de la difficulté à le concurrencer sur ce terrain.

Dans un article précédent, je m’interrogeais sur les contrats que pouvait bien avoir Spacex dans son carnet de commandes pour lancer une charge utile de 63,8 tonnes, la plus importante charge utile pour l’instant, puisque les spécialistes s’accordent à dire que c’est trop ou trop peu. Trop pour le lancement de satellites normaux qui peuvent parfaitement être mis en orbite avec la Falcon 9 et les autres lanceurs dans cette catégorie, ou trop peu pour penser transporter des humains vers Mars.

Mais voilà que ce rêve du cofondateur de PayPal deviendra possible avec un autre projet qu’il est en train de réaliser, une fusée totalement distincte des Falcon actuelles, la Big Falcon Rocket (BFR) déjà surnommée la Big Fucking Rocket. On comprend ce surnom lorsque sont mises côte à côte la fusée Saturn V, la fusée la plus puissante jamais construite (missions Apollo), et cette nouvelle fusée. La BFR pourra transporter vers Mars une charge utile de 500 tonnes ! Suffisamment pour démarrer un projet de colonisation. Après les succès retentissants de ses trois plus importants projets, Pay Pal, Tesla et Spacex, celui de la fusée BFR semble soudainement réalisable.

Dimensions comparées entre les fusées Saturn V (missions Apollo) et la future BFR

SaturnV-BigFalconHeavy

Dimensions comparées entre la future fusée BFR et un humain

BFR-maison

Pourquoi la Falcon Heavy ?

Dans le domaine des lanceurs spatiaux, mettre des charges utiles (payloads) lourdes en orbite exige de faire appel à des fusées de plus en plus puissantes.

Le 6 février prochain, notre milliardaire vedette Elon Musk va procéder au lancement inaugural d’une fusée Falcon Heavy capable de mettre en orbite une charge utile de 63,8 tonnes. À titre de comparaison, la navette spatiale américaine avait une charge utile maximale de 24,4 tonnes, la fusée Saturne V, la championne toutes catégories, pouvait se permettre une charge de 118 tonnes. Quant à Ariane 5, elle plafonne à 21 tonnes. Toutes ces masses sont valides pour la mise en orbite basse. On comprend que pour atteindre les orbites géostationnaires qui sont bien plus hautes, ça exige plus de carburant, donc la masse utile diminue.

Cependant, le marché des satellites se contente de fusées de moyenne capacité, car le poids de nos yeux spatiaux fait généralement quelques tonnes. La fusée Ariane 5 pouvait donc se permettre de lancer plusieurs satellites à la fois, réduisant d’autant la facture individuelle.

Toutefois, les spécialistes s’accordent à dire qu’il n’y a pas de débouchés actuellement pour une fusée pouvant mettre une soixantaine de tonnes en orbite basse et vingt-cinq tonnes en orbite géostationnaire. Alors pourquoi Elon Musk s’intéresse-t-il à ce segment commercial imaginaire ?

Dernièrement, il a fait des déclarations en parlant de Mars. Mais Spacex organise des lancements, pas des missions spatiales et personne n’est prêt à envoyer des humains sur Mars en ce moment.

Bon, la mise au point de la Falcon Heavy reprend l’architecture de la fusée Delta IV Heavy qui se permet de plus lourdes charges en accolant deux propulseurs latéraux supplémentaires à la fusée. Ce concept est plus simple à développer que s’il fallait repartir de zéro avec une toute nouvelle fusée. Qu’importe. Quelle mission Spacex a-t-elle actuellement dans son carnet de commandes pour la Falcon Heavy ? On l’ignore. Il faut donc s’attendre à une annonce fracassante de la part de son PDG advenant le succès de ce lancement.

Petite anecdote, les constructeurs de satellites attendent qu’un lanceur ait fait ses preuves avant de risquer leur œuvre sur un nouveau lanceur. Ainsi, Elon Musk utilisera sa Tesla Roadster personnelle comme charge payante. Fallait pas s’attendre à moins de sa part.

Photos : Steve Jurvetson