Usurpation maternelle

— Je m’insurge, je monte sur mes grands chevaux, je tempête, je me scandalise!

— Bon ! LeCorbot, quoi encore! Tu as perdu une plume dans ton oreiller?

— Tu peux bien rire, mais ce n’est pas drôle du tout. Mon statut de père me porte à me révolter contre cette odieuse usurpation.

— Explique qu’on en finisse!

— Tu sais, tous les bébés commencent à émettre des sons par mimétisme. Ils nous voient parler et tentent de faire comme nous. Toutefois, ils ne peuvent pas émettre n’importe quel son. Ils commencent donc par ceux qui leur sont les plus faciles. Et devine le phonème le plus facile à émettre.

slider_1-600x200

— Le «a», je suppose.

— Exactement. La voyelle «a» est la plus naturelle puisqu’elle ne nécessite qu’on ouvre naturellement la bouche et qu’on expire. Cet exercice engendre instantanément le son « a». Et une fois le son «a» maitrisé, quelle est la syllabe la plus facile à produire pour un poupon?

— «ma», probablement.

— Parfaitement. Une syllabe labiale composée d’une expulsion, les lèvres fermées, et d’une ouverture graduelle de la bouche.

— Je commence à comprendre là où tu veux en venir.

— Parfaitement. En répétant le son le plus facile à créer, les bébés forment le mot «mama». Mais ça ne fait aucunement allusion à leur mère! Ce sont elles qui ont récupéré ce son en se faisant croire que leur bébé les appelle. On connait la suite. Les bébés comprennent assez rapidement qu’ils obtiennent le sein, toutes les fois qu’ils prononcent ce son. Et comme les hommes sont dépourvus de glandes fonctionnelles, mama est irrémédiablement associée à la personne qui est en mesure de se dévêtir la poitrine.

image_2832_400

— Ainsi, mama ne signifierait aucunement la mère dans la tête d’un nourrisson.

— Les mères ont sauté sur l’occasion pour usurper cette syllabe en leur faveur en déviant son sens réel. Et les pères dans tout cela, ils sont totalement laissés pour compte.

— Va dormir, LeCorbot. Demain, tu n’y penseras plus.

— Je suis prêt à oublier mes récriminations à condition que lorsque je crierai «mama, mama», tu te dévêtisses pour me présenter tes seins.

— Cochon de pervers!

— Oui, ta paire vers le père vert.

— On verra, mon verrat!

— Faudrait te faire une idée, suis-je un oiseau ou un cochon ?

— Si Pink Floyd a réussi à faire voler un cochon, tu peux bien en faire autant.

— Eux, ils carburaient aux des substances tripatives.

— Et toi, tu m’as !

— Ouais, vu sous cet angle, tu as bien raison. Mama, mama !

Zipf et hapax legomenon

En quelle langue est écrit cet étrange titre? Zipf n’est pas une onomatopée, mais le nom d’une loi en l’honneur de celui qui l’a découvert, un certain George Kingsley Zipf.

George-Kingsley-Zipf-

La loi de Zipf est étonnante, car elle concerne les statistiques de la linguistique. Il est facile de savoir que, peu importe la langue dans laquelle on écrit un long texte, roman, encyclopédie, la récurrence des différents mots variera énormément. Cependant, Zipf a cherché à en connaitre beaucoup plus et ce qu’il a découvert a de quoi étonner, pour ne pas dire abasourdir.

Commençons par un constat simple, mais non dénué d’importance, la récurrence des mots varie en fonction de leur longueur. Plus un mot est court, plus fréquemment il sera utilisé. On le voit bien avec les déterminants, les prépositions, les conjonctions, des mots généralement très courts. On le comprend également pour l’autre extrémité du spectre. Pour diverses raisons, les très longs mots ne seront pratiquement jamais employés, l’une des raisons étant notre ignorance même de leur existence, mais notre paresse fait également partie des causes favorisant leur absence. De plus, les longs mots sont souvent tirés de jargons spécialisés, impertinents dans des œuvres de nature générale.

Graphique_Zipf_pour_Ulysses

Lorsqu’un long mot devient très populaire, nous produisons des diminutifs, ce qui contribue à respecter le principe relationnel entre longueur courte – fréquence élevée. Cinéma pour cinématographe, pneu pour pneumatique, télé pour téléviseur, frigo pour réfrigérateur, doc pour docteur, etc., les mots raccourcissent avec la fréquence d’utilisation.

Zipf a également noté que les mots difficiles à prononcer auront tendance à disparaitre des discours. S’ils s’avèrent incontournables, certains se transformeront afin que leur prononciation s’en voit facilitée.

Mais sa plus étonnante découverte fut de constater que la récurrence des mots suit une loi mathématique étrangement simple.

Si le mot le plus fréquent est apparu n fois dans une œuvre, le deuxième plus fréquent apparaitra moitié moins souvent, le troisième, seulement le tiers du premier, etc. C’est une simple loi d’inverse 1/n.

En multipliant le rang (r) de chaque mot par son nombre de récurrences (n), on obtient une constante égale à n pour chaque mot répertorié dans l’œuvre. C’est la loi de Zipf. Fantastique, vous ne trouvez pas?

Bon, maintenant que j’ai donné l’explication du mot Zipf dans le titre, que signifient les deux autres mots?

Le terme «hapax legomenon» est tiré du grec et signifie «chose dite une seule fois». Dans la loi de Zipf, il signifie un mot apparaissant une seule fois dans une œuvre. Dans le graphique, ce sont les points situés tout au bas. 

Le dictionnaire français présente la version écourtée, le mot «hapax» pour désigner ces solitaires.

Expression québécoise — 7

Ça faisait longtemps que je ne vous avais pas confronté à un mot ou à une expression typiquement québécoise.

Pour cette septième particularité de la langue de chez nous (en vérité, ça en fait 8 à cause de la 1,5), voici le mot d’aujourd’hui: «tapocher».

Étymologiquement, il provient du mot «taper» et probablement de «taloche» puisque le verbe «talocher» existe (donner une taloche), mais son sens diffère du verbe «talocher».

gars_violent

Je vous avise que les sens donnés au mot dans cet article proviennent de moi en tant qu’utilisateur. Je ne suis pas linguiste et je ne prétends pas que mes définitions sont valables.

Premier sens: taper maladroitement sur quelque chose ou quelqu’un.
Les enfants tapochent sur des tambours bien avant d’en jouer. Ils tapochent aussi leur petite sœur. Donc, on tapoche sur quelque chose, mais on tapoche quelqu’un. «
Arrête de tapocher ta sœur!»

ac2cecd6-d5bd-47aa-b7ad-0415e3075751_1.0ad7ea3504fde13800e977073e6f6f0a

Tapocher sur un instrument de percussion s’exécute sans rythme et sans retenue, créant des sons bruyants et désagréables.

Une taloche existe, mais pas une tapoche, pas vraiment, enfin trop peu pour le considérer. Le nom commun est quasi absent, seul le verbe est régulièrement employé.

Si «talocher» est surtout utilisé dans le sens de donner une ou des claques, tapocher peut se faire avec la main ou le poing ou même le pied.

En l’analysant dans un sens plus large, tapocher peut également exprimer «donner une rossée», «rosser quelqu’un» surtout lorsqu’il est utilisé comme un euphémisme dans une phrase menaçante. «Si t’arrêtes pas, m’a te tapocher!». Ou encore entre deux adversaires qui s’affrontent dans un ring «regarde le favori tapocher l’aspirant», «il lui donne toute une raclée».

Cette même phrase est également considérée au sens figuré. Tapocher devient ainsi une façon d’exprimer la venue prochaine d’une volée de mots crus ou insultants ou des représailles.

Y comme dans… y

La deuxième lettre qui fait l’objet d’un mot à découvrir est le «y». C’est quand même une drôle de lettre, ce i grec. Vingt-cinquième lettre de l’alphabet, c’est tout autant une voyelle qu’une semi-consonne (ou une semi-voyelle selon les ouvrages), une lettre qui s’écrit en deux mots «i» et «  grec», parfois avec un trait d’union (i-grec), parfois sans (i grec). Sa graphie a été empruntée à la lettre grecque upsilon majuscule (Υ), de là il tient son nom. 

En police de caractères latine avec ou sans empattements, les y minuscules, majuscules, italiques et calligraphiques peuvent ressembler à ceux-ci.

Yy

Dans le mot «cycle», y est une voyelle et il se prononce comme un [i], tandis que dans le mot «yocto», c’est une semi-consonne et il se prononce phonétiquement [j] comme dans paille [paj].

Y est une lettre, mais aussi un mot à part entière. Ainsi, le mot qui commence par « y » qu’on découvrira aujourd’hui, est le mot « y ».

Parfois, le mot « y » est un adverbe, parfois un pronom. Dans l’exemple «vas-y», y est un pronom adverbial désignant un lieu.

Y est un pronom personnel dans des exemples comme «vous n’y pensez pas» et «j’y renonce».

Cette lettre est aussi un pronom ou un adverbe dans les gallicismes comme «y en a marre» et «on ne s’y retrouve plus».

Il remplace parfois directement le pronom personnel «il». «C’est-y pas de valeur!» «Voulez-vous t’y que je le fasse ou pas?» Ce langage plutôt désuet est souvent populaire chez des populations éloignées qui ont gardé un parler ancestral.

Pour une seule lettre, on peut dire qu’elle y trouve beaucoup à faire. Et pour être plus compliqué que ça, y faut se lever tôt et user de beaucoup d’imagination!

«Y» est utilisé pour le symbole de l’élément chimique Yttrium de numéro atomique 39 casé dans la troisième colonne du tableau périodique de Mendeleev.

On utilise la lettre y minuscule comme préfixe dans le système international d’unités pour signifier un quatrillionième, soit un diviseur à 24 chiffres après la virgule.

C’est 0,000000000000000000000001 ou 10-24. On utilise le mot yocto pour désigner ce diviseur.

Quant au Y majuscule dans le système métrique, il se nomme Yotta et fait l’inverse, il multiplie par 1024 ou autrement dit, par un quatrillion. (1000000000000000000000000).

Mon dictionnaire recense seulement 129 articles sous la lettre Y, seulement battue par la lettre X avec 116 articles.

Mots-Y

Le montage photos précédent présente quelques mots commençant par Y et ce sont tous des mots empruntés d’autres langues. Un youyou, un yawl, une yourte et du yaourt (yogourt) provenant de mots chinois, anglais, russe et bulgare.

Enfin, tout le monde connait la plus grande utilisation qu’on fait d’un Y. On en fait des lance-pierres, évidemment.

Lance-pierre-en-Y