Dandelion, un court-métrage exceptionnel

Ma virée hier à Mont-Tremblant m’a amené à visiter la bibliothèque de cette municipalité des Laurentides. Situé à l’intérieur du bâtiment abritant l’hôtel de ville, ce lieu de culture de proximité possède une section spécialement et brillamment conçue pour les enfants. La section pour les adultes offre beaucoup de luminosité naturelle, rendant propice et agréable le plaisir de lire et de découvrir de nouvelles œuvres.

J’ai été accueilli à la bibliothèque par une personne de laquelle il s’avère impossible de rester indifférent. Vous savez, le genre qu’on voudrait instantanément s’en faire une bonne amie et qu’on regrette amèrement de ne pas avoir connu bien avant dans notre vie.

Cette personne se nomme Catherine Fauteux. Vous la connaissez peut-être puisqu’elle a remporté un concours de production de court-métrage en marge du Festival du film de Los Angeles en 2017.

Ce concours consistait à imager l’œuvre musicale Rabbit and Rogue de Danny Elfman. Entièrement réalisé en animation en volume (stop motion), cet étonnant court-métrage issu d’une personne qui en était à sa première expérience en production cinématographique nous transporte dans un univers aux richesses éblouissantes à travers un scénario qui témoigne de ses préoccupations pour la question environnementale, l’apport de l’humain et ses conséquences.

Jugez vous-même du résultat en allant visionner cette œuvre magistrale intitulée « Dandelion» d’une durée légèrement inférieure à dix minutes en cliquant l’hyperlien ci-devant.

La photographe Tremblantoise Catherine Fauteux prépare actuellement sa récidive cinématographique. Il va sans dire que j’ai bien hâte de découvrir les fruits de cet exigeant, mais combien passionnant travail artistique!

Photo : Radio-Canada.ca

La fourmi, la guêpe et l’intrication quantique

Hier soir, j’ai été voir le film de superhéros «Ant-man et la Guêpe» produit par Marvel. Si vous n’avez pas encore visionné le film, soyez sans crainte de poursuivre votre lecture, je ne dévoile aucun punch.

Depuis que cette entreprise opère dans le cinéma, elle porte un soin jaloux à ses scénarios en évitant de tomber dans les pièges de la facilité qui amènent inexorablement d’autres maisons du genre à concevoir des tissus d’incohérences et des collections d’âneries. Marvel sait raconter des histoires en emmêlant allègrement à travers leurs multiples films les aventures que vivent leurs différents personnages. L’ensemble de la filmographie crée une grande saga qu’on peut suivre du premier film jusqu’au dernier.

Ant-Man-et-la-Guêpe-e1530473865333-906x445.jpg

Bien entendu, Marvel maltraite, triture, torture la science dans tous les sens, mais leurs films se consacrent au divertissement, pas au documentaire. Nous devons donc être en mesure de les regarder pour ce qu’ils prétendent être et éviter de leur en vouloir pour les libéralités prises à l’endroit des formules des lois naturelles.

Dans le cas de l’homme-fourmi, un principe physique simple qui n’est pas respecté est la masse volumique. Pensez à un cube de 10 cm de côtés. Il possède un volume de 1000 cm3 et supposons qu’il pèse 1 kg. Maintenant, doublons ses dimensions. Les côtés mesurent 20 cm, le volume passe alors à 8000 cm3. Quant à son poids, il atteint 8 kg. En doublant des dimensions linéaires, les volumes ainsi que les masses deviennent 8 fois plus importants. Dans cet exemple, pour soutenir un homme dont ses dimensions ont été doublées, des jambes proportionnelles ne supporteraient jamais le poids. Le même raisonnement fonctionne également en sens inverse, ça explique pourquoi les pattes des fourmis semblent si fines à leurs dimensions, mais beaucoup trop minces pour rester efficaces lorsqu’on amplifie la taille de l’insecte.

ant-man-2-ant-man-et-la-guepe-gif-5b3e5e4e2b2b1.gif

Mais ce n’est pas très grave puisque c’est du divertissement et on aime bien voir des créatures, des personnages et des objets se faire réduire ou agrandir tout en conservant leurs propriétés intrinsèques. Mais quelle est la limite au rapetissement? Dans le film «Ant-man et la Guêpe», ils vont jusqu’à la limite théorique, celle des particules élémentaires, celle du vide quantique.

Aujourd’hui, dans nombre de films, on s’approprie certains pans de la physique quantique sans nécessairement la respecter, mais ce ne sont que des divertissements. À mon avis, il est grandement temps d’en parler au quotidien après être restée tapie dans les placards durant tout un siècle. Évidemment, les étrangetés de cette physique se prêtent bien à créer autour d’elles d’autres bizarreries moins véridiques, mais on demeure toujours dans le monde du divertissement.

Il y a quelques jours, j’ai traité du principe cosmologique des ponts Einstein-Rosen qui a été utilisé dans le film de Marvel, «Thor — Ragnarok». Vous pouvez le lire dans mon article intitulé «Pont Einstein-Rosen». Dans la production cinématographique mettant en vedette le couple d’insectes, Marvel exploite cette fois-ci le concept d’intrication quantique pour engendrer une connexion télépathique entre deux cerveaux. Le producteur effleure aussi l’aspect de délocalisation quantique avec le personnage du Fantôme.

bande-annnce-ant-man-guepe-65219-1200x675

Très récemment, j’abordais exactement le sujet de l’intrication dans un article intitulé «Intrication et télépathie». Pourtant, je n’avais aucune espèce d’idée du scénario du film «Ant-man et la Guêpe» lorsque je l’ai rédigé. C’est à croire que je possède une certaine forme d’intrication quantique télépathique avec Marvel! Qui sait, ça me rapproche peut-être d’un autre degré de Scarlett?

Connaissez-vous le wing chun ?

Ne stressez pas, je ne vous ferai pas modifier la position de vos meubles dans votre chambre à coucher pour retrouver la tête de lit encastrée dans vos portes de garde-robe. Ce n’est pas non plus une nouvelle marque de gomme à mâcher. Pas plus qu’une technique pour rogner les ailes de votre perruche pour éviter qu’elle se promène partout. Et enfin, ce n’est pas le nom de l’acteur chinois qui va remplacer Jackie Chan dans les films d’action, quoique là, on commence à chauffer un peu plus.

ip2hungipfight

Le wing chun est un art martial chinois qui a été popularisé, du moins en partie, par le célèbre et regretté acteur sino-américain Bruce Lee. Plus récemment, une série de trois films mettant en vedette Donnie Yen dans le rôle-titre de Ip Man a relancé la popularité de cet art martial un peu particulier. Ip Man (photo noir et blanc ci-bas) fut le véritable professeur du jeune Bruce Lee lorsqu’il vivait en Chine.

chi-sao-2

Le wing chun aurait été inventé par une femme et son objectif initial était d’être en mesure de tenir tête aux hommes dans des combats à mains nues ainsi qu’avec certains objets utilisés dans la vie courante, bâton de bambou, couperet de boucher, etc.

Je vous recommande vivement de regarder au moins l’excellent premier film Ip Man afin d’apprécier ces techniques. Vous remarquerez assez facilement que cet art du combat n’a rien de tellement spectaculaire. Pas de gestes exubérants, pas d’envolées fracassantes, pas de hurlements, pas de positions du tigre, de la grue, du cobra ou du singe. Même la position de base en préparation au combat ressemble à une invitation à une poignée de main. Pas de mimique d’arrachage de cœur, pas de splits, pas de barbarie.

Et c’est exactement ce qui fait la beauté de cet art. Sa simplicité apparente, l’impression que n’importe qui peut le pratiquer, et c’est en partie vrai, redonne aux arts martiaux la place qui lui revient. Oubliez le tai-chi. Le wing chun ne déguise pas les techniques de combat, il les épure.

Robert-Downey-Wing-Chun

L’acteur jouant le rôle d’Ironman, Robert Downey jr s’y est également mis afin de donner à son personnage des gestes simples et efficaces d’autodéfense et de combat.

Je disais au début qu’il aurait été inventé par une femme. Ses principes ne sont donc pas basés sur la force mais sur la vitesse, sur des positions stables en toutes circonstances, sur des économies d’énergie, sur la simultanéité de la défense et de l’attaque et sur la volonté de commencer un combat pour le terminer au plus tôt.

En mettant en pratique ses techniques, les petits gabarits peuvent affronter des opposants bien plus puissants et quand même les vaincre. Il permet de tenir tête à plusieurs opposants simultanément. Pas comme dans les films où le héros combat 50 ennemis, mais toujours un seul à la fois.

9d1b8fad4fcd93c6a149bab8e8d3e11e

Le wing chun permet vraiment de se défendre contre plusieurs opposants, car il mise sur la vitesse et sur des gestes permettant la défense et l’attaque tout-en-un. En limitant au strict minimum les déplacements et la gestuelle, il accorde au combattant une stabilité constante. Le principe géométrique principal est le triangle dont l’une des pointes est toujours orientée vers l’opposant. Et tout parent sait qu’un tricycle est bien plus stable qu’un vélo.

Mais ne vous fiez pas à ses apparences inoffensives, le wing chun vise réellement à neutraliser l’ennemi le plus rapidement et le plus économiquement possible.

wing-chun-dummy

Il existe également un quatrième film sur Ip Man non issu de la trilogie. Vous trouverez aussi une série biographique sur NetFlix consacrée à Bruce Lee où l’on voit son apprentissage avec son maitre Ip Man. Il existe quelques photos et films d’archives permettant de voir le vieil Ip Man, le vrai, utilisant son instrument de pratique fétiche, un appareil tout en bois à forme humaine.

Après avoir vu le wing chun, c’est certain, vous ne verrez plus jamais les films d’arts martiaux du même œil.

IpMan3

« Solo », ce que je n’en pense pas

Je n’ai pas encore vu le film, cet article ne se veut donc pas une critique. Et je ne ferai surtout pas comme les académiciens des Oscars qui votent sans avoir vu les films.

Les recettes ont été décevantes pour le premier week-end. Les producteurs s’attendaient à empocher 150 millions et le film n’a rapporté que 103 millions. Seulement les 2/3, il y a de quoi faire sourciller les bonzes du cinéma hollywoodien qui ont acquis Lucasfilm pour plus de 4 milliards de dollars verts en 2012.

Han-Solo-Movie-New-Name-Timeline-Story-Details

Je fais partie du tiers des cinéphiles restés chez eux à siroter une petite bière devant un soleil blafard alors que j’aurais pu m’enfermer à l’intérieur pour voir des soleils étrangers vus de planètes exotiques en compagnie d’une bête poilue de 2 m de hauteur. Je peux donc expliquer pourquoi je ne suis pas accouru pour plonger mon œil dans ce prologue d’une saga qui a ravi plusieurs générations d’individus à travers la planète.

chewbacca-solo-a-star-wars-story-age-1100459-1280x0

Le film précédent, « Les derniers jedi », il était nul à ch… J’en avais fait une critique au lendemain de ma représentation que vous pouvez lire en suivant ce lien. À ce moment, j’étais déchiré entre rester neutre comme un vrai adepte devrait l’être ou dire la vérité. J’avais opté pour une sorte de compromis entre ce que j’en pensais réellement et un certain degré de politesse.

Autre problème avec « Solo », les producteurs se sont débarrassés des réalisateurs en plein cœur du tournage. Ce revirement de capot de bord (changement drastique d’idée, en québécois) annonce un bide bien avant la sortie du film et une anticipation de la déception des amateurs.

Millenium-Falcon-920x518

Disney qui possède maintenant Lucasfilm devra revoir son entente avec J.J. Abrams qui ne transforme plus en or, à l’instar du roi Midas, tout ce qu’il touche. Ce prodige en a trop avalé d’un coup et il est en train de s’étouffer bien solidement. Le dernier Star Trek « Sans limites » qu’il avait aussi produit en 2016 n’avait pas l’étoffe qu’il aurait dû avoir.

Les principaux problèmes de ses récents films viennent, d’après moi, des scénarios et du montage. Revirements en épingle à cheveux, portions d’histoires raboutées, rythmes inconsistants, des montagnes de clichés, des clins d’œil à d’autres films inutiles. Bref, plein de bonnes raisons pour en faire des histoires qui ne passeront pas à l’histoire.

63457-maxresdefault-169-lg.jpg

Photos : Lucasfilm