Pour les corviphiles

Ce matin, je me sens corbot paresseux. Lobotomisé en manque de café, je n’écris rien de consistant. Je pratiquerai donc le farniente et l’oisiveté sans remords.

En revanche, je ne vous donne pas totalement congé dominical. Je vous propose une lecture instructive et réellement passionnante sur un sujet qui me tient beaucoup à cœur, les individus de mon espèce, évidemment celle des corbeaux. Cliquez sur le lien suivant.

Cet article est paru dans La Presse Plus et montre, faut-il encore le prouver, qu’animaux et humains partagent de grandes compétences.

Allez! J’enfouis mon bec sous mes plumes et je vous retrouve demain.

 

‘Oumuamua, le mystère s’épaissit

Je vous ai parlé à quelques reprises de cet objet spatial repéré le 19 octobre 2017 qui a été officiellement classé dans la catégorie des objets interstellaires, c’est-à-dire que sa provenance est extérieure à notre système solaire. Il est le premier de son genre à être répertorié.

Vous trouverez les liens vers mes autres articles traitant de cet objet au bas du présent texte.

Qu’il soit astéroïde ou comète, sa forme très inhabituelle de cigare dix fois plus long que large, sa métallicité très élevée et son revêtement mou de couleur rouge foncé le rendent des plus bizarre. Mais il y a plus. Des études fines de sa trajectoire viennent rajouter une couche de mystère supplémentaire à son sujet.

Lors de son passage à proximité du Soleil, ‘Oumuamua suivait sur une trajectoire hyperbolique qui le fait s’éloigner définitivement de nous. Des astronomes ont toutefois noté une augmentation supplémentaire de sa vitesse, suggérant un dégazage semblable à ce qui survient aux comètes et qui crée leur chevelure si caractéristique. Notez qu’aucune queue de gaz n’a toutefois été repérée et seule son accélération l’a été.

Ce phénomène bien connu des astronomes est censé occasionner certains changements comportementaux à l’astre. La rotation de l’objet sur lui-même devrait se modifier. Or à ce chapitre ‘Oumuamua n’a pas semblé se comporter différemment. De plus, l’astrophysicien Roman Rafikov de l’Université Cambridge conclut que les effets du dégazage auraient dû causer sa dislocation. Pourtant, notre visiteur extrasolaire est bien resté en un seul morceau.

Une théorie alternative laisse entendre que cet objet semble trop peu naturel pour ne pas être artificiel. Certains le voient donc comme une sorte de sonde spatiale envoyée par une autre civilisation. Il récolterait des informations sur les différents systèmes planétaires qu’il croiserait en chemin. Cependant, il n’émet aucune onde électromagnétique, ni pour sonder son entourage ni pour transmettre les informations recueillies au cours de son périple. Mais cette technologie équipant nos propres sondes pourrait être ringarde et remplacée à bord d’Oumuamua par quelque chose de plus performant que nous ne connaissons pas.

Objet céleste naturel atypique ou engin spatial extraterrestre ? On ne connaitra peut-être jamais la vérité à son sujet.

Référence : L-express.ca via Agence Science-Presse

 

Mes autres articles traitant de ‘Oumuamua

La Californie s’affaisse

Quatre cultures par année, la Californie est la championne de la production de légumes aux États-Unis. Elle est aussi la championne de la consommation d’eau. Elle en consomme ßtellement que le sol s’affaisse de plusieurs centimètres par année, surtout dans la vallée San Joaquin, là où les terres et le climat semblent idéaux.

151102_w37ca_brocolis-californie_sn1250

Des relevés radar fournis à la Nasa par le satellite Sentinel-1A de l’ESA ont montré qu’en seize mois en 2015 et 2016, la vallée s’est enfoncée de 40 cm à 56 cm sur une longueur de 97 km. Vous voyez sur la carte suivante l’importance de l’affaisement (en pouces).

main_full

Plusieurs problèmes majeurs se profilent bientôt à l’horizon. La surconsommation d’eau vide les nappes phréatiques et rendra bientôt les terres stériles par manque d’irrigation. Pire encore, les vallées centrales de la Californie courent devant des inondations monstres lorsque les terres intérieures seront potentiellement envahies par l’océan au cours d’une tempête, d’un raz-de-marée, d’un tsunami ou d’une série de séismes qui créeront une brèche entre la côte et les cuvettes.

Étant inondées par de l’eau salée, même une fois asséchées, les terres agricoles perdront leur capacité de culture et bien sûr leur valeur. Le prix des fruits et des légumes décuplera, obligeant les ménages à réduire drastiquement leur consommation.

14bb8cfafb19872e37dd24a67c96e467-inondation-les-terres-agricoles-en-souffrance

Peu d’informations filtrent sur cet autre effet négatif anthropique. Comme toujours, tout le monde s’étonnera lorsqu’une catastrophe surviendra, surtout les autorités qui feindront la surprise et l’inattendu. N’étant plus à un mensonge près, ça en fera juste un autre de plus.

Une fois de plus, les données scientifiques en rapport avec les effets dévastateurs des humains sur la planète restent peu populaires sinon ignorées et même occultées. Toutes nos exactions, soyez assuré, nous reviendront comme un boomerang. Et le jour se rapproche où une kyrielle de catastrophes dont les causes sont de nature anthropique s’abattront incessamment sur nos têtes.

Notre réaction sera alors de blâmer tout le monde sauf nous-mêmes, de reprocher l’inaction d’Alice et Bertrand, de nous dire qu’on aurait pu empêcher tout cela si on nous en avait parlé. Foutaise. On le sait pertinemment et on continue d’élire des gens qui nous promettent de rester les bras croisés.

Savoirs anciens, les dimensions de la Lune

Si vous n’avez pas suivi mes précédents articles sur les savoirs anciens, sachez simplement que j’ai travaillé pour le pharaon Khoufou (Khéops) et je lui ai prouvé à l’aide de moyens extrêmement simples que la Terre était ronde et qu’elle mesurait 40000 km de circonférence, valeur que je lui ai traduite en coudées égyptiennes afin qu’il comprenne correctement. Le système métrique n’étant pas encore en vigueur à cette époque.

1026950359

Maintenant, grâce à la rotondité et aux dimensions connues de la Terre, je l’entretiens sur l’astre de la Nuit, la Lune, et je lui montre comment mesurer ses dimensions et la façon de connaitre la distance qui la sépare de nous.

 

— Cher rusé Corbot, vous voulez me faire croire que vous connaissez la distance qui sépare notre belle Lune de nous?

— Parfaitement, chère Majestueuse Hypercholestérolémie, je peux même vous montrer comment trouver ses dimensions grâce à l’éclipse de Lune qui commence à l’instant.

— Comment ferez-vous? Apprenez-moi votre méthode.

— Maintenant que nous connaissons la forme et les dimensions de notre Terre, nous les utiliserons pour mesurer celles de la Lune. Regardez, l’ombre de la Terre commence à se projeter sur la Lune. Puisque la Terre est ronde, son ombre l’est tout autant.

composiye-27-sept-2015-Mario-Groleau-660x400

— Oui, je vois un croissant noir apparaitre et lentement grandir à la surface de la Lune.

— Parfaitement et le côté extérieur de ce croissant ne nous présente rien d’autre que le bord extérieur de notre chère Terre.

— Quel étonnement de voir l’ombre de notre planète se profiler sur la Lune! Mais que ferez-vous maintenant que nous voyons ce croissant sombre?

Maintenant qu’il occulte environ la moitié de la Lune. Je reproduis sur un papier le dessin que forment les deux cercles, celui de la Lune et la portion du cercle de la Terre représenté par ce croissant. Je complète ensuite cet arc de cercle afin de montrer la Terre en entier.

Terre-Lune-Eclipse

— Je comprends, astucieux volatile. Il reste ensuite à comparer les dimensions des deux cercles. Puisque nous connaissons combien la Terre mesure de coudées, les proportions entre les deux astres nous permettent de trouver les dimensions de la Lune.

— Exact. Voilà le dessin des deux astres alors que l’éclipse montre bien une partie des deux. Avec une règle je mesure que le diamètre de la Terre est environ 3,66 fois plus grand que celui de la Lune.

Earth_moon_size_comparison.jpg

— Et puisque vous avez déjà déterminé le diamètre de la Terre en mesurant sa rotondité, il est aisé d’en déduire celui de la Lune.

— Oui. Puisque le diamètre de la Terre vaut 30580000 coudées populaires, celui de la Lune vaut 3,66 fois moins, donc près de 8338000 coudées populaires.

lune.png

— Et si mon précepteur a bien fait son travail, je devrais pouvoir calculer la circonférence de notre astre de la Nuit en multipliant par le nombre magique des cercles que vous appelez pi, cher emplumé ami. En faire le tour représente environ 26200000 coudées, si nous pouvions nous y rendre, évidemment.

— La prochaine fois que nous nous verrons, nous calculerons la distance nous séparant de notre chère Lune, cher Illustrissime Pharaon.

Peuples galactiques

En raison de l’exploration de notre seul système solaire, nous savons que les exoplanètes telluriques ne sont pas toutes susceptibles d’abriter la vie. Tout d’abord, les planètes doivent se retrouver dans l’anneau d’habitabilité, là où la température de l’eau à la surface peut se maintenir autour des 25 °C.

Il existe aussi une question de gravité. Une planète trop petite et trop peu dense ne pourra pas retenir son atmosphère et sans elle, l’eau s’évapore. De plus, les rayons cosmiques et stellaires bombardent sa surface, la rendant carrément stérile.

1bb29fb84b_106480_mars-rouge-ok

Mais une planète trop grosse possède d’autres désavantages qui se rapportent à sa vitesse de libération ou, autrement dit, sa vitesse d’échappement. Cela correspond à la vitesse d’un véhicule spatial se libérant de l’attraction gravitationnelle de son astre. Cette vitesse dépend de la masse et du rayon de la planète.

La Terre possède une vitesse de libération d’environ 40 000 km/h. Pour une densité comparable à celle de la Terre, mais d’un rayon deux fois plus important, la vitesse de libération double également. Si l’exoplanète possède une plus forte densité, soit un rapport plus important de sa masse sur son volume, sa vitesse de libération augmentera d’autant.

755912398-登月火箭-土星五号-火箭发射-阿波罗计划

Pour atteindre la vitesse de libération, cela exige de consommer du carburant. Plus cette vitesse est importante, plus le carburant à embarquer à bord de la fusée doit être important. Le problème est qu’avec du poids supplémentaire, ça prend encore plus de carburant et la fusée pèsera encore plus lourd.

Ce cercle vicieux occasionne qu’avec une propulsion chimique, il existe une limite de vitesse de libération au-delà de laquelle, il devient impossible de lancer une fusée dans l’espace.

000_s562g_1-674473

Cela signifie que les peuples extraterrestres ne sont pas tous en mesure de visiter l’espace. Certains restent prisonniers de leur planète jusqu’à ce qu’ils puissent bénéficier d’une propulsion beaucoup plus efficace que les réactions chimiques.

On pourrait penser à des réactions nucléaires ou de la production d’énergie grâce à l’interaction matière-antimatière. Toutefois, le temps permettant de contrôler ces énergies plus exotiques empêcherait ces peuples d’envoyer des satellites et des sondes en orbite comme les humains le font depuis soixante ans uniquement grâce à des réactions chimiques bien ordinaires.

La planète Mars fait partie de celles ayant des dimensions trop petites pour préserver leur atmosphère. Dans l’autre extrême, les superterres actuellement connues risquent de piéger leurs habitants à leur surface tellement la vitesse de libération risque d’être trop importante.

correlation-exoplanetes

Le graphique montre les masses des exoplanètes connues par rapport à leur distance à leur étoile, le tout par rapport à la masse et à la distance de la Terre au Soleil. Les points bleus représentent les planètes de notre système solaire. Les points rouges, les exoplanètes connues à ce jour. Comme on peut le constater, la Terre, sa sœur Vénus et Mars semblent des exceptions dans la Galaxie, mais c’est seulement parce que détecter des planètes leur ressemblant s’avère bien plus difficile que de trouver des géantes gazeuses comme Jupiter ou Saturne. Nos moyens se raffinant et nos instruments scientifiques gagnant en précision et en acuité, bientôt les points rouges inonderont la région de ce graphique où les planètes rocheuses de notre système solaire se situent.

3468

Nous pouvons néanmoins nous féliciter de vivre sur une Terre suffisamment grosse pour retenir son atmosphère et ses océans sans toutefois souffrir d’embonpoint, une Terre au cœur de la zone habitable du Soleil, une Terre permettant aux fusées à propulsion chimique de lancer des satellites et des sondes partout dans son système solaire, une Terre à la mesure de notre curiosité et de nos ambitions présentes.

e-elt-3

Lorsque nous maitriserons d’autres types de propulsions beaucoup plus efficaces, nous aurons déjà plus d’un siècle d’expérience spatiale, d’envois de télescopes scrutateurs, de robots fouineurs, de sondes détectrices et d’humains déterminés. Nous serons prêts à entamer une nouvelle phase de notre parcours spatial, devenir un peuple galactique.

 

 

Choix du consommateur

Je sens qu’on me prend pour un idiot lorsque je dis que je boycotte un commerce pour une raison de principe liée à un mauvais service reçu. Épicerie, resto, grande surface, distributeurs de services, je préfère donner mes sous à ceux qui se forcent à bien me servir. Sans regret, je me tape de plus longues distances et je refuse les promos apparemment alléchantes.

Habituellement, je donne quelques chances avant de prendre cette décision, mais lorsque je vois que la négligence ou l’indifférence est érigée en système, j’élimine complètement ce commerce, comme s’il n’existait plus. Je n’accorde pas de pardon.

Par contre, je n’essaye pas d’influencer les autres clients. Mon choix est personnel et il prend racine dans des expériences que j’ai réellement vécues. En revanche, je ne me laisse pas influencer par les expériences des autres, je dois avoir personnellement subi un préjudice.

Je ne porte pas plainte auprès des gérants, je ne remplis pas de cartes d’évaluation, je boycotte, un point c’est tout. Si l’ensemble des clients faisaient de même, nous pourrions retrouver l’attention, le respect, la bonne humeur et le professionnalisme que nous méritons lorsque nous encourageons un commerce plutôt que sa compétition.

Penser autrement, valable pour tous

La semaine dernière, j’ai été visiter un salon de l’emploi à Montréal. Nous sommes en pleine pénurie de main-d’œuvre et les employeurs tentent tant bien que mal de pourvoir des postes toujours vacants.

Pourtant, combien de kiosques ai-je visité qui n’offraient que la présence d’un préposé chargé de remettre un carton avec l’adresse web de leur site où les postes à pourvoir sont affichés?

Quelle manière dispendieuse mais surtout inutile de trouver des candidats intéressants! Les employeurs recherchent des gens capables de penser autrement, selon leurs propres dires, alors qu’eux-mêmes semblent incapables d’en faire autant. Trouver de bons candidats dans un contexte de pénurie exige de sérieusement réviser ses critères d’embauche ainsi que ses méthodes pour les trouver.

Participer à un tel salon peut s’avérer fructueux si une personne allumée est présente pour percevoir le potentiel au-delà d’un simple CV et où une grille avec des cases à cocher remplace l’intelligence.

Messieurs, mesdames, des ressources humaines, il est temps de rajouter de l’art dans votre méthode. Vous aussi devez penser autrement si vous désirez vraiment découvrir de nouveaux diamants. Cessez de reluquer les écrins des autres, de regarder si des pierres déjà taillées ne trainent pas quelque part sur la moquette. Trouvez des pierres brutes là où vos concurrents n’iraient jamais chercher. Sortez de votre boite à chaussures, think out of the box comme disent les Chinois et vous verrez que ce que vous prenez pour de vulgaires cailloux recèle des gemmes extraordinaires pour peu que vous sachiez les regarder sous des angles et avec des outils différents.

Des promesses !

Lu dans un blogue: «Dieu est fidèle à ses promesses». Ouf! Quelle affirmation lourde de conséquences! En théorie, puisque l’Univers entier est la création de Dieu, la fidélité à ses promesses signifie la façon dont le monde fonctionne dans ce qu’il a de plus élégant, mais aussi dans ce qu’il a de plus hideux et cruel.

220109159157008149226188097136010218008157031035

Cependant, cette citation ne provient pas d’un quelconque dieu, mais seulement d’un disciple un peu trop enthousiaste qui écrit et signe en son nom sans sa permission. Dieu entérinerait-il la paternité de la liste des prétendues promesses que certains humains lui attribuent?

240_f_112067513_xb7ii5igsc4t8kskb8yiuo49c5df45rs

D’autre part, Dieu remplirait ses promesses de façon inégale. Certaines personnes obtiendraient ses préférences alors qu’il renierait ses promesses sans aucune vergogne envers d’autres de ses créatures, et ce indistinctement qu’ils soient croyants ou athées, pieux ou indifférents, vertueux ou bandits.

En supposant que je crois en un quelconque dieu, je serais prêt à lui attribuer la paternité d’une seule promesse, celle qu’on finira tous par crever. Au moins, voilà une vérité qu’il aurait pu nous promettre et à laquelle il tiendrait effectivement parole envers tous ses sujets, bêtes et humains, dévots et impies.

Niels Bohr répondait à Albert Einstein: «Cessez de dire à Dieu ce qu’il est censé faire» quand ce dernier affirmait que «Dieu ne joue pas aux dés».

Cette phrase devrait également concerner tous les disciples de quelconques religions ou sectes qui s’attribuent le droit d’écrire ce que Dieu est censé penser, faire et promettre. Ils pourraient se contenter de se rappeler les promesses qu’eux ont fait à leur Dieu. Ce serait déjà beaucoup.

Menteur-b9fc4

Certains ont peut-être besoin de croire en un Dieu récompensant ou vengeur pour décider de faire le bien plutôt que le mal autour d’eux. Pourtant, il suffit de remplir les cœurs de bonheurs autour de soi et la récompense absolue survient immédiatement. Nul besoin d’attendre une prétendue promesse à survenir dans l’au-delà pour atteindre l’extase.

Les physiciens et le mysticisme

Les physiciens sont considérés comme des mordus de logique, d’indécrottables bouffeurs de formules, des ordinateurs sur deux pattes. Pourtant, l’humain ne se tient jamais loin et il reste susceptible de laisser parfois paraitre son côté mystique.

be105d73-c473-4250-8569-9b49213418ad

Isaac Newton avait un côté ésotérique plutôt fort, une sorte de balancier pour son côté scientifique hypertrophié. Malgré les interdictions gouvernementales anglaises de l’époque, il s’intéressait de près à la transmutation des métaux et à la religion. Newton penchait résolument vers le mysticisme au point où il a même prédit la fin du monde. Selon lui, elle surviendrait en 2060, soit 1260 ans après le sacre de Charlemagne de l’an 800. Soyez certain que cette année fera tache, tout comme l’an 2012 vit une pétarade ininterrompue d’annonces catastrophiques.

On peut reprocher au père de la gravitation universelle ses penchants pour des sujets en dehors des sciences, mais l’époque était bien différente de celle d’aujourd’hui. Et il ne fut pas le seul scientifique, et de loin, à reluquer du côté du mysticisme à des époques bien plus récentes.

Diracb

Paul Dirac, lauréat du prix Nobel, l’un des pères de la physique quantique, l’inventeur de l’équation relativiste de l’électron, celui qui a prédit l’antimatière, l’auteur de la notation bra-ket, faisait également une fixation sur le nombre 137, allant même jusqu’à reprocher à Douglas Adams, l’auteur du Guide du voyageur galactique, d’avoir choisi le mauvais nombre, que 137 aurait bien plus pertinent que la fameuse réponse 42 donnée par le super calculateur à la question sur le sens de la vie. Il dit: «Dieu a créé le monde en utilisant de superbes mathématiques.» Pour lui, seules de belles formules devaient composer la Nature.

896944195679_Digimedia_EinsteinBirthdayProject_DELIVERY_TXTD.00_00_53_12.Still001

Albert Einstein croyait fermement en Dieu et pendant un certain temps à un Univers statique et éternel sans faire reposer cette assertion sur quoi que ce soit de tangible. D’ailleurs, la formule dérivée de sa propre théorie de la relativité générale interdit un Univers statique et éternel. «Dieu ne joue pas aux dés» reste sa boutade la plus célèbre et la moins convaincante contre les principes de la physique quantique alors naissante.

Pauli

Le grand physicien surnommé le «pape», Wolfgang Pauli, considérait que la physique quantique transcende la science et elle pourrait avoir une fonction religieuse dans l’expérience humaine.

Fritjof_Capra

Le physicien Fritjof Capra, l’auteur du livre «Le Tao de la physique» publié en 1970, est considéré comme le père du mysticisme quantique.

john-hagelin_photo

John Hagelin, un spécialiste de la théorie supersymétrique du champ unifié, a déclaré que 4000 pratiquants de la méditation transcendantale avaient réduit la criminalité de 18 % à Washington.

cover-r4x3w1000-57df817974573-trinh-xuan-thuan

Le vietnamien Trinh Xuan Thuan spécialisé en astronomie extragalactique promeut un principe anthropique fort et son confucianisme assumé fait partie de son quotidien de physicien.

Le mysticisme ne semble pas nécessairement quitter les physiciens bien qu’ils se nourrissent abondamment de formules mathématiques toutes plus indigestes les unes que les autres. Pourtant, la base de la science est de tenter d’expliquer les phénomènes observables en usant uniquement d’hypothèses potentiellement démontrables. Le mysticisme a été à la base de beaucoup de corruptions d’hypothèses qui se sont quasiment toutes expliquées logiquement par la suite.

Comme quoi le mysticisme réside très profondément en tout être humain, parfois en nuisant à sa compréhension profonde des phénomènes naturels, parfois en l’aidant à traverser ses propres difficultés, y compris lorsqu’il tente de saisir la façon dont l’Univers fonctionne et que le courage de continuer lui vient à manquer.

a partícula de deus

Mines spatiales

La Terre nous offre une panoplie de minéraux que nous trouvons en creusant des mines. Certains éléments chimiques réputés pour posséder des propriétés rares et utiles font l’objet d’une exploitation intense dont les prix sur le marché reflètent généralement les coûts reliés à leur extraction, leur purification et leur conditionnement.

Mine-a-ciel-ouvert-de-cuivre-plomb-zinc-de-Las-Cruces-en-Espagne-Cliche.png

Qui plus est, beaucoup d’éléments à haute valeur sont des éléments chimiques dits lourds comme l’or, le ruthénium, le platine, le tantale, le tungstène, l’argent, le cadmium, le palladium, etc. Depuis la naissance de la Terre voilà 4,567 milliards d’années, la grande majorité de ces éléments lourds ont migré vers le centre de la Terre, en laissant bien peu remonter par quelques fissures jusqu’à la surface.

2011.12.12.Structure-globe-prepa-copie

Notre utilisation irréfrénée des métaux rares épuise les ressources présentes dans la croûte terrestre et nous n’avons aucun moyen de récupérer celles qui se trouvent à grande profondeur. Cependant, la Terre a été formée à partir d’astéroïdes et de comètes présentes dans le système solaire originel. Ces briques ayant constitué la Terre contiennent des concentrations très importantes de ces mêmes éléments chimiques, cent fois et même plus que dans la croûte terrestre.

asteroid_base_800x450

Voilà pourquoi certains gens d’affaires reluquent de plus en plus ces rochers dérivant dans l’espace afin d’en exploiter les ressources minérales. Le cinéaste canadien James Cameron a même investi une petite fortune dans une entreprise en démarrage dédiée à développer des technologies d’exploitation de mines sur des astéroïdes.

Le problème majeur reste le coût pour amener de la machinerie dans l’espace. Chaque kilo coûte une fortune et il reste encore suffisamment de mines sur Terre pour rendre l’aventure minière spatiale inintéressante d’ici les prochaines décennies. Toutefois, soyons certains que les astéroïdes deviendront un jour le nouvel eldorado grâce aux fortes concentrations de métaux rares et chers. Cela aussi, c’est écrit dans le ciel.

Le libre arbitre et le destin

Plusieurs d’entre vous pensent que nous, les humains, avons une destinée, un avenir auquel nous appartenons et que notre vie entière, ou à tout le moins une certaine partie, nous travaillons à réaliser ce destin, sans même sans rendre compte, sans connaitre ce but qui est inscrit quelque part.

Portez attention au nombre de fois que vous entendez cette théorie dans la bouche des gens que vous côtoyez et vous verrez qu’elle est passablement généralisée.

pexels-photo-70181

Pourtant, celle-ci s’oppose directement au principe du libre arbitre, la possibilité de fléchir le destin par les choix que nous faisons au quotidien. Si vous pensez que vous contrôlez vos choix, vous croyez au principe du libre arbitre. Si vous pensez que vous avez un destin, vous ne pouvez pas avoir le contrôle de votre vie et vous devez croire que vos choix ont été prédéterminés par autre chose ou par quelqu’un d’autre.

Garder son libre arbitre exige l’inexistence de la destinée. Vous ne pouvez pas croire aux deux en même temps.

Alors, croyez-vous toujours avoir un destin et être alors un pantin ou considérez-vous que vos choix sont réels, que vous influencez réellement l’histoire par vos choix et ainsi, vous avez une véritable liberté de pensée et d’action ?