Adam, Ève et un certain Toba

Plusieurs cultures parlent d’un premier humain, un Adam duquel descendraient tous les autres humains. Jusqu’à tout récemment, la science considérait cette histoire comme un mythe, une façon de décrire nos origines en rembobinant le film disparu de notre histoire à partir de l’observation de la croissance démographique à différentes époques. De nos jours, on utilise ce même processus de rétrogradation pour décrire la théorie du Big Bang.

On comprend aisément comment cette technique associée à une autre coutume pratiquée à cette époque permettait de remonter le cours du temps. De fait, les enfants apprenaient le nom de tous leurs ancêtres (mâles) jusqu’au premier de leur lignée (!). Évidemment, cette liste ne peut être qu’incomplète. Si on calcule en moyenne cinq ancêtres du côté paternel par siècle, cinquante par millénaire, cinq cents par dix mille ans et cinq mille ancêtres par cent mille ans, la liste apprise de leurs aïeux ne remontait qu’à environs un ou deux millénaires tout au plus. Pourtant, l’apparition d’homo sapiens serait survenue voilà environ 200000 ans et il se serait même reproduit avec d’autres espèces que la sienne, dont les néandertaliens. Qui plus est, homo sapiens a eu des ancêtres pas si bêtes. Ainsi, la liste de nos ancêtres du genre homo s’étire dans le passé jusqu’à environ 2,5 millions d’années.

Les progrès de la génétique tracent un nouveau portrait plus rigoureux des origines de l’espèce humaine. Entre autres, il y aurait eu une sorte de goulot d’étranglement génétique datant d’environ 70000 ans. Il se serait produit un événement majeur durant lequel l’espèce humaine serait passée à un cheveu de l’extinction totale. Nous connaissons depuis peu l’existence d’un cataclysme planétaire survenu voilà -73000 ans ± 4000 ans. Il s’agit de l’éruption d’un supervolcan indonésien dont ses effets se sont fait sentir sur Terre durant près d’un millénaire. Aujourd’hui, ce volcan est une caldeira remplie d’eau et forme le lac Toba sur l’ile de Sumatra. C’est le plus grand lac volcanique du monde. Sa profondeur maximale atteint les 500 mètres et son cratère atteint les dimensions de la ville de New York.

Les deux dates concordent trop bien. On sait que l’éruption du Toba créa un hiver permanent sur la quasi-totalité de la planète avec des refroidissements dépassant les 15 degrés dans les régions tempérées de la planète. Une éruption semblable aujourd’hui décimerait également la population mondiale. À peine moins d’un pour cent de nos semblables pourraient probablement y survivre, sûrement moins. Seulement quelques milliers d’individus de notre espèce ont survécu à Toba quelque part dans le sud de l’Afrique.

L’analyse génétique de l’ensemble des peuples de la Terre tend à confirmer que tous les humains sont issus des mêmes ancêtres et ceux-ci seraient les seuls rescapés de cette épouvantable catastrophe. Malgré leurs apparentes différences physiques, les êtres humains sont quasiment frères et sœurs lorsqu’on compare les ADN de tous les peuples vivant à notre époque.

Ainsi, la théorie du couple mythique Adam et Ève ne relève pas nécessairement d’une bulle au cerveau. Toutefois, les scientifiques ne s’entendent pas encore sur ce point, malgré leur unanimité sur le faible nombre de nos ancêtres. Certains disent que l’analyse génétique mitochondriale (gènes transmis uniquement par la mère) prouve que toutes nos aïeules étaient des sœurs, qu’elles provenaient donc de la même Ève. Certains vont même jusqu’à affirmer que nous aurions également tous le même père, les rejetons des autres survivants s’étant éteints au fil du temps.

À la lumière des faits confirmant cette grande catastrophe mondiale qui fut de survivre à mille ans de changements climatiques drastiques qui éprouvèrent notre espèce et qui firent disparaitre tous nos cousins (ou presque), la plausibilité scientifique de la légende d’Adam et Ève devient forte.

Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons plus douter de la ressemblance génétique de tous les humains et cette dernière confirme nos origines communes. De plus, l’étude de la linguistique est également formelle sur le fait que toutes les langues du monde découlent d’une seule et même langue archaïque. Dans les deux cas, le calcul approximatif, mais non dépourvu de sens, des mutations génétiques et linguistiques visent un point de convergence comparable dans notre passé.

Ainsi, l’humain se serait pratiquement éteint, il aurait vivoté durant presque mille ans avant que la Nature ne redevienne suffisamment clémente pour qu’il recommence à se répandre un peu partout sur la planète pour atteindre aujourd’hui 7,3 milliards de semblables.

Alors, si vous haïssez votre belle-mère envahissante, votre ex infidèle, votre patron injuste ou votre voisine écornifleuse, soyez conciliant(e), car vous appartenez à la même sororité ou fraternité. Ça n’excuse peut-être pas ses comportements injustifiés à votre égard ou envers ceux qui vous sont chers, mais les membres d’une même famille se tolèrent toujours mieux, et ce même si le nom de votre ancêtre commun est à tout jamais perdu parmi les cendres du volcan Toba.

Les feux de l’Antarctique

Aujourd’hui, un article sur les volcans de l’Antarctique. J’utilise le pluriel malgré le fait qu’un seul, le mont Erebus, soit présentement en activité.

Le septième continent suscite beaucoup d’intérêt depuis quelques années, et ce à plus d’un titre. Sa couche de glace varie beaucoup d’un endroit à l’autre, elle peut même atteindre 3 kilomètres à certains endroits. Les outils satellitaires modernes permettent maintenant de fouiller loin sous cette glace jusque dans son sous-sol. Ce continent isolé cache bien des choses, dont toute une kyrielle de volcans. On n’a pas fini de les compter et jusqu’ici, on en a trouvé 138. Pour l’instant, ils semblent endormis, mais un problème se profile à l’horizon.

Lorsqu’ils seront débarrassés de la glace qui les recouvre, ils pourraient bien se remettre en activité puisque ce terrible constat fut observé dernièrement en Islande. Qu’on le veuille ou non, le réchauffement de la Planète risque de nous surprendre de plus d’une façon.

Ainsi, rejeter beaucoup plus de cendres dans l’atmosphère engendrerait un refroidissement des températures constaté lors de l’éruption du mont Pinatubo en 1991 aux Philippines. Cette tendance à la baisse des températures pourrait-elle équilibrer le réchauffement causé par l’émanation des gaz de matières fossiles ?

Prenons un exemple comparable. Deux équipes s’affrontent au jeu de souquer le câble. Lorsque les deux groupes alignent des forces semblables, le centre du câble oscille légèrement autour du point de départ. Mais au final, celui-ci se déplace inexorablement dans un sens ou dans l’autre, car la traction résultante ne pourra jamais rester toujours en parfait équilibre. La conséquence, on la connait. L’équipe A ou l’équipe B gagnera. Il ne peut en être autrement, sauf en ce qui touche la troisième possibilité, celle où le câble se rompt. On ne parvient jamais à faire disparaitre une tragédie en causant une calamité de tendance inverse. L’équilibre est trop fragile et nous n’avons aucun contrôle des quantités de poussières rejetées dans l’atmosphère par les volcans. Nous avions toutefois celui des rejets de nature anthropique, mais nous l’avons totalement délaissé. En poursuivant notre analogie du duel à la souquée, c’est comme laisser une équipe rajouter n’importe quel nombre de joueurs sans rien contrôler, alors que de l’autre, on connait grossièrement le nombre de joueurs graduellement rajouté, mais là encore, le contrôle nous échappe de plus en plus. Inexorablement, la résultante fera une équipe gagnante, mais dans tous les cas, nous, créatures de la Terre, serons perdantes.

<

p class= »p1″>Photo: Wikipédia

Aiguebelle – le fond océanique

On s’étonne toujours de trouver des fossiles de coquillages à des altitudes élevées. On oublie souvent que les continents terrestres ont connu plusieurs périodes géologiques différentes comprenant des collisions titanesques et de formidables écartèlements pour ensuite s’agglomérer de nouveau dans des configurations différentes des centaines de millions d’années plus tard et puis tout recommencer.

À chaque période, des océans s’ouvrent ou disparaissent. De ces collisions entre les continents naissent des chaines de montagnes comme l’Himalaya et les Alpes aujourd’hui. Ces deux chaines de montagnes furent d’anciens fonds océaniques. Il est donc normal d’y trouver des preuves d’anciennes faunes sous-marines à des milliers de mètres d’altitude.

Dans un affleurement rocheux du parc Aiguebelle, on peut voir les restes d’une ancienne séparation continentale. C’est le même phénomène qui, actuellement, écartèle les continents européen et africain des continents américains à partir de la dorsale médio-atlantique. Cette ligne volcanique laisse échapper de la lave en fusion qui se solidifie assez rapidement au contact de l’eau. Le lit océanique se constitue ainsi en repoussant le lit océanique plus ancien vers l’ouest et l’est. En se solidifiant, cette lave adopte une forme caractéristique de bulles qui se chevauchent en repoussant vers le haut les bulles tout juste plus anciennes et pas encore totalement solidifiées (dessin).

Au parc Aiguebelle, la fracturation d’un rocher par le gel a permis de découvrir la façon dont il s’était formé plusieurs centaines de millions d’années auparavant. C’était la lave d’un volcan et les formes caractéristiques prouvent qu’au moment de sa formation, il était submergé au fond d’une ancienne mer aujourd’hui totalement disparue.

Aujourd’hui, il n’existe aucun volcan dans l’est de l’Amérique du Nord. Au Québec, nous vivons sur un roc très stable et très vieux, le Bouclier canadien. Vieux comment ? Lire dans le prochain article.

Lire la suite « Aiguebelle – le fond océanique »

Un dragon endormi

18 mai 1980. Un suspect est sous haute surveillance. Malheureusement, à 8h32, il tue plusieurs de ses gardiens en causant une explosion qui les prend par surprise. Ce drame se passe aux États-Unis dans l’état de Washington. Le coupable est le mont Saint Helens. Il crache une quantité impressionnante de cendres en plus de raser tous les environs. La déflagration retranche 400 mètres du sommet du mont, mais surtout, il emporte la vie de 57 personnes.

Le mont Saint Helens fait partie de la chaine des Cascades qui comprend 27 volcans en Colombie-Britannique et dans trois états étatsuniens. En fait, malgré la violence de cette éruption de 1980, ce sera un rot à comparer à ce qui surviendra quand son grand frère, le mont Rainier, décidera de l’imiter. Cette superbe montagne, semblant un peu trop gonflée pour être inoffensive, engloutira la petite ville de Tacoma sous des milliers de tonnes de boue qui dévaleront ses flancs lorsque ses glaciers permanents fondront d’un seul coup.

La ville de Seattle risque également d’écoper lourdement ainsi que plusieurs autres agglomérations qui se trouveront dans le chemin des coulées de lave, de boue ou de coulées pyroclastiques et sous les cendres et gravats volcaniques qui pleuveront sur une partie importante de l’ouest des États-Unis.

Le mont Rainier est considéré comme un volcan dangereux et est surveillé en permanence. Il y a 5000 ans, une éruption a fait disparaitre 400 mètres de son sommet. Une coulée de boue monstrueuse s‘était alors frayée un chemin jusqu’à l’océan Pacifique en se jetant dans le Puget Sound. Ce scénario risque de recommencer bientôt. Une fois de plus, un volcan nous rappellera que la Terre est dynamique et que nos vies sont bien peu de choses lorsqu’on se tient trop près d’un dragon endormi.

Mont Rainier – Crédit photo: Lyn Topinka – USGS

Quel destin pour les Napolitains ?

Naples est une ville d’un million d’habitants, quatre en comptant son agglomération, une ville comme on en retrouve un peu partout sur la planète. Ce qui la caractérise toutefois, c’est d’être située au pied d’un mont tristement célèbre, le Vésuve. Ce volcan à la source de la pulvérisation les villes de Pompéi et d’Herculanum en 79 de notre Ère n’est pas éteint. Il est en dormance plus ou moins profonde, car sa dernière éruption strombolienne date seulement de 1944. Cette région de l’Europe, et plus particulièrement de l’Italie, se trouve à la jonction de deux plaques tectoniques qui se télescopent. De fait, la plaque africaine emboutit la plaque eurasienne et fait apparaitre dans cette région une grappe de volcans formant l’arc campanien. Mais Naples ne sera peut-être pas ravagée par son imposant et funeste voisin.

C’est stupide de construire une métropole aussi près d’un volcan aux humeurs massacrantes, dirions-nous. Bien que le Vésuve soit atteint de plusieurs centaines de spasmes par année, depuis le terrible épisode plinien du début de notre Ère, les habitants de Naples ont heureusement survécu jusqu’à maintenant. Les sautes d’humeur du Vésuve se sont avérées plutôt banales si on ose les comparer avec celle qui rendit le volcan célèbre. Alors, le sort de cette ville italienne est-il sûr ou est-il compromis ?

Il ne faut pas s’y laisser prendre, le Vésuve laisse clairement planer un destin funeste sur Naples et un jour ou l’autre, son bouchon finira par sauter, détruisant tout aux alentours. Cette ville, célèbre pour sa sauce tomate, verra certainement des effusions rouges d’autres types, car non seulement les Napolitains ont eu la mauvaise idée d’ériger leur ville à l’ombre de cette inquiétante montagne, elle se trouve également à proximité d’un autre volcan encore plus dangereux, même s’il est pratiquement inconnu. On l’appelle champs Phlégréens. Cette caldeira apparait comme une vaste étendue plate d’où émergent des fumeroles et des sources d’eaux chaudes. Les colons grecs lui ont donné son nom dont la signification est « champs brûlants ».

Pour faire court, les Napolitains vivent au-dessus d’une chambre magmatique de 400 kilomètres carrés qui pourrait exploser à tout moment. Les champs Phlégréens sont l’un des rares supervolcans de notre planète au même titre que le Yellowstone aux USA. Ce sera donc le Vésuve qui servira d’exutoire à la pression magmatique croissante ou ce seront les champs Phlégréens. Ainsi, les bouillant Napolitains jouent littéralement avec le feu et un jour, puisque tout ce qui fume finit par cracher, demandez à un pneumologue, ce coquet coin de pays finira par être rayé de la carte ainsi que tous les habitants qui n’auront pas eu le temps ou la sagesse de quitter cette zone. Alors, à votre avis, lequel de ces volcans finira par avoir raison des Napolitains ? Le vénérable et illustre Vésuve ou les vastes et méconnus champs Phlégréens ? Peu importe lequel des deux, mais ne prenez pas cette gageure avec un Napolitain, vous risqueriez de devoir chercher vos gains à travers un tas de cendres de plusieurs dizaines de mètres de profondeur. En revanche, si vous perdez, il ne viendra jamais exiger son dû.

Lire la suite « Quel destin pour les Napolitains ? »